La commune est à nous ! veut diriger Grenoble… autrement

sep article



 

DÉCRYPTAGE – En lice pour les élections municipales, La commune est à nous ! se démarque par le profil de ses colistiers, qui ont le militantisme social chevillé au corps. Quant à la façon d’exercer le pouvoir, cette liste entend bousculer les lignes, avec un système de rotation de élus durant le mandat. Reste à savoir si elle est de taille à gérer une ville comme Grenoble…

 

 

Les colistiers de La commune est à nous ! sur les marches de l'hôtel de ville de Grenoble, vendredi 21 février 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Les colis­tiers de La com­mune est à nous ! sur les marches de l’hô­tel de ville de Grenoble, ven­dredi 21 février 2020 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

« On a eu 70 can­di­dats pour consti­tuer la liste, sans faire trop de com­mu­ni­ca­tion, se féli­cite Bruno de Lescure, numéro 1 de La com­mune est à nous ! Et on les a tirés au sort*. » Une consti­tu­tion de liste, qui n’est, en cela, pas banale.

 

Des mili­tants poli­tiques du Nouveau Parti anti­ca­pi­ta­liste, de la France insou­mise, du Parti com­mu­niste, des mili­tants asso­cia­tifs pour le droit au loge­ment, pour l’écologie, des gilets jaunes, des syn­di­ca­listes, des retrai­tés, des actifs et des deman­deurs d’emploi, des allo­ca­taires de l’al­lo­ca­tion adulte han­di­capé… La liste de La com­mune est à nous ! est « très diverse », se féli­cite Bruno de Lescure. Et « c’est la seule liste issue du mou­ve­ment social », lance-t-il fiè­re­ment. Il découle de cet ancrage, un pro­gramme très tourné vers le sort des plus dému­nis (cf. enca­dré).

 

 

« La France insoumise n’a pas rallié Piolle, c’est un mythe ! »

 

Numéro 2 de la liste, Marion Bottard se montre quant à elle ravie que des citoyens moins enga­gés aient rejoint la liste, « embal­lés par les pro­po­si­tions ».

 

Quatre colistiers de La commune est à nous !, sur le parvis de l'hôtel de ville de Grenoble, vendredi 21 février 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Quatre colis­tiers de La com­mune est à nous !, sur le par­vis de l’hô­tel de ville de Grenoble, ven­dredi 21 février 2020. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Interrogée sur son mili­tan­tisme à La France insou­mise, elle annonce avoir été sus­pen­due du parti, « au moins pen­dant la durée des élec­tions ».

 

Et la mili­tante de pré­ci­ser à ce sujet pour mieux le démen­tir : « Ils [la liste Grenoble en com­mun, ndlr] veulent abso­lu­ment faire croire au mythe de La France insou­mise qui a ral­lié Piolle. »

 

À peu près toutes les tranches d’âges sont repré­sen­tées dans La com­mune est à nous ! Par contre, les jeunes, les tren­te­naires se font plus rares. « La ten­dance n’est pas à l’investissement géné­ral, répond Bruno de Lescure à cette remarque. Il faut remo­bi­li­ser ». Et celui-ci de concé­der : « Le temps nous a man­qué pour cap­ter les jeunes […]. Il faut dire que les autres listes pro­gramment leur écu­rie depuis un, voire deux ans […] Et les bobos de trente-cinq, qua­rante ans sont allés sur la liste de Piolle », se moque-t-il.

 

Droit de réponse d’Alan Confesson et Laura Pfister, « co-chef.fes de file de la FI à Grenoble » [ajout le 29 février 2020 à 11 h 45]

 

Nous démen­tons fer­me­ment les pro­pos tenus par Marion Bottard qui, comme elle le dit elle-même, a été sus­pen­due de la France insou­mise et n’est par consé­quent plus membre de notre mou­ve­ment. Le sou­tien de la France insou­mise à la liste Grenoble en Commun conduite par Eric Piolle n’a rien d’un mythe. Cette déci­sion a été vali­dée par notre comité élec­to­ral natio­nal suite à deux assem­blées com­mu­nales, au cours des­quelles une très large majo­rité d’insoumis-es gre­no­blois-es ont exprimé leur sou­hait de par­ti­ci­per à Grenoble en Commun. Marion Bottard le sait très bien puisqu’elle était pré­sente à la pre­mière de ces deux assem­blées et qu’elle a ensuite assisté à des réunions internes des insou­mis-es gre­no­blois-es pour orga­ni­ser l’implication de la FI dans Grenoble en Commun.

 

Nous deman­dons à ce que cessent ces fake news. Grenoble en com­mun est la seule et unique liste pou­vant se pré­va­loir du sou­tien de la France insou­mise lors de ces élec­tions muni­ci­pales à Grenoble. Nous deman­dons à la liste « La com­mune est à nous » de bien vou­loir res­pec­ter la sou­ve­rai­neté de notre orga­ni­sa­tion dans sa prise de déci­sions ainsi que l’avis très majo­ri­tai­re­ment expri­més par nos mili­tants. Ni la liste « La com­mune est à nous » ni aucun de ses membres ne peuvent invo­quer une quel­conque appar­te­nance à la France insou­mise.

 

De même nous deman­dons cor­dia­le­ment et res­pec­tueu­se­ment aux médias locaux de bien vou­loir tenir compte de cet état de fait, il en va de la bonne infor­ma­tion des élec­trices et élec­teurs en cette période de cam­pagne offi­cielle.

 

 

La rotation des élus de La commune est à nous ! , gage d’une forte implication

 

En dehors de quelques com­men­taires infor­mels, aucun dis­cours n’a été prévu pour pré­sen­ter les colis­tiers. Ceux qui ont pu se libé­rer ne se sont pas dépla­cés en vain… Et se sont prê­tés à une mise en scène ayant voca­tion à expli­quer le sys­tème de rota­tion des élus, l’une des mesures phares de La com­mune est à nous ! Selon ce prin­cipe, les élus ne res­te­ront pas plus de deux ans en place.

 

 

 

Un moyen d’en finir avec les élus « pro­prié­taires de leurs man­dats, confor­ta­ble­ment ins­tal­lés dans leurs sièges, qui votent méca­ni­que­ment pen­dant six ans toute une série de déli­bé­ra­tions ». La rota­tion de plu­sieurs élus sur un même man­dat, gage d’une plus forte impli­ca­tion ? Bruno de Lescure le sou­tient : « À par­tir du moment où vous n’êtes là que pour deux ans, vous vous inves­tis­sez et vous par­ti­ci­pez vrai­ment (…) »

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
4199 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. En regard de ces anar­cho-archaïques, Eric Piolle fait figure de dis­rup­tif macro­nien.

    sep article