Grenoble en commun lève le voile sur quelques colistiers d’Éric Piolle et ses propositions en faveur du climat

sep article

 

FOCUS – La liste Grenoble en commun qui soutient le maire sortant a présenté, ce 10 janvier, quatre premiers colistiers d’Éric Piolle. L’occasion de dévoiler quelques propositions visant à « accélérer les transitions ». Au menu ? Convention citoyenne, végétalisation, protection du vivant, isolation des logements… Mais aussi accueil des migrants, challenge zéro déchet et mobilités décarbonées.

 

 

Les quatre premières personnalités de la liste Grenoble en commun. De gauche à droite : Sandra Krief, Barbara Scuman, Céline Deslattes et Gilles Namur. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les quatre premières personnalités de la liste Grenoble en commun : Sandra Krief, Barbara Scuman, Céline Deslattes et Gilles Namur. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Aujourd’hui, le défi climatique révolutionne notre société, notre ville. La jeunesse, en particulier, appelle à la mobilisation générale. Nous sommes les parents de cette génération climat », introduit Gille Namur, ingénieur de 46 ans, président de l’union de quartier Île verte.

 

Celui-ci dit ainsi « se retrouver dans la démarche » du collectif Grenoble en commun (Gec) soutenant le candidat Éric Piolle. Et il fait partie des quatre premiers colistiers que le collectif a dévoilés, ce vendredi 10 janvier, en même temps qu’une salve de mesures visant « à accélérer les transitions partout dans Grenoble ».

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4259 visites | 9 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 9
  1. Auraient-ils mis une extrémiste du RN sur la liste? Non. Alors pourquoi mettent-ils quelqu’un qui adhère à une idéologie identitaire selon laquelle les droits des personnes sont différents selon leur origine ou leur religion, et selon laquelle la femme n’est pas l’égale de l’homme? Cette dame a monnayé son ralliement en piétinant la cause des femmes.

    sep article
  2. L’accueil des migrants c’est leur fond de commerce ; le reste est opportuniste

    sep article
  3. Piqûre de rappel : Céline Deslattes est favorable au port du burquini dans les piscines. Actuelle présidente du Planning Familial grenoblois, elle en foule allègrement au pied tout ce qui en a fait la préoccupation essentielle : l’émancipation des femmes.

    sep article
    • Je suis un peu tristounet de retrouver mon commentaire encadré par ceux d’enragés anti-Piolle et plus ou moins crypto-carignoniens.
      C’est tout le problème de ces municipales 2020 réduites à un affrontement entre le Vert dogmatique et le vieux cheval de retour.
      Grenoble mérite mieux.

      sep article
      • Au fait, chers amis journalistes, « Grenoble en commun lève LE VOILE », c’est un lapsus ou un message subliminal ?! 🙂

        sep article
  4. Donc Célines Deslattes, notoirement pro burquini, est parmi les 4 premiers noms de la liste. C’est un choix, c’est même un signe très clair.

    sep article
  5. Il va falloir que les Grenoblois mettent un terme en 2020 à cette comédie que nous joue Eric Piolle, pas plus écologiste que moi curé, il nous a assez pris pour des crétins, ce qu’il continue avec ses promesses qui n’engagent que ceux qui les reçoivent, il n’y a qu’a voir celles qu’il a tenu, c’est à dire presqu’aucune, il a tellement fait de mal a notre ville.

    sep article
  6. Céline Delattes (présidente du planning familiale) qui a soutenu les islamistes lors de leurs opérations burkini dans nos piscines. Gilles Namur, pdt union de quartier ile verte, concentré de partisans a commencer par Vincent Comparat [modéré : propos diffamatoires], Namur qui a soutenu Piolle pendant toute sa mandature comme président du Cluq en avançant masqué, aussi manipulateur que son mentor.

    sep article