Forte mobilisation pour les retraites ce 10 décembre à Grenoble

sep article

 

REPORTAGE – De nombreux manifestants ont arpenté les rues de Grenoble pour protester contre la réforme des retraites, ce mardi 10 décembre, dans la foulée de la très forte mobilisation du jeudi 5 décembre. Beaucoup appelaient, là encore, à la convergence des luttes.

 

 

Plus de 4 400 manifestants selon la Police, 15 000 selon les syndicats. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Plus de 4 400 manifestants selon la police, 15 000 selon les syndicats. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

« Parmi les travailleurs, il n’y a pas de privilégiés. Ceux qu’il faut faire payer, ce sont les milliardaires et les banques », lit-on sur la poitrine d’un manifestant.

 

L’ambiance était à la solidarité et à la convergence des luttes, ce mardi 10 décembre. Cette nouvelle mobilisation pour les retraites a rassemblé tous les secteurs professionnels.

 

Au total, 4 400 manifestants selon la police, 15 000 selon les syndicats. Le cortège est parti à 13 h 30 de la gare et s’est terminé aux alentours de 16 heures à la préfecture place Verdun, le tout sans incident notable.

 

 

Une réforme inégalitaire ?

 

Les contours de la réforme restent encore flous. Elle devrait instaurer, selon les recommandations du haut commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye, un système où les pensions ne seront plus calculées en fonction des trimestres cotisés mais en fonction de points récoltés, selon les sommes cotisées. Le but assumé : faire disparaître les régimes spéciaux.

 

La manifestation a commencé à 13h30 près de la gare. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

La manifestation a commencé à 13 h 30 près de la gare. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

« Sauf qu’on en profite pour revoir tout le monde à la baisse, estime Michel*, technicien de maintenance à la retraite. Pour les gens qui ont travaillé comme moi dans le privé, nos pensions seront maintenant calculées sur l’intégralité de notre carrière, et plus sur les 25 meilleures années. »

 

Le gouvernement a assuré ne pas vouloir toucher à l’âge légal de départ à la retraite, qui restera à 62 ans. « Mais si on doit plus travailler pour toucher pareil, au final, c’est comme si on reculait l’âge légal. »

 

 

« Trois ans de vie volés en 25 ans »

 

Catherine, secrétaire retraitée de la fonction publique, arbore une pancarte sur le dos où l’on peut lire : « 1948 : 160 trimestres, 1973 : 172. 3 ans de vie volés en 25 ans ». « Moi, je suis partie à la retraite à 60 ans avec une décote, raconte-t-elle, et c’était non négociable de partir plus tard. »

 

Une nouvelle mobilisation contre la réforme des retraites a réuni de nombreux manifestants de tous les secteurs ce mardi 10 décembre 2019 à Grenoble.La réforme prévoit la mise en place d'un système à points totalement différent du système de cotisations actuel. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

La réforme prévoit la mise en place d’un système à points totalement différent du système de cotisations actuel. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

Les manifestants s’inquiètent également des conséquences de la refonte du système des retraites sur d’autres pans de leur vie. « Ça va impacter l’ensemble du système de soins », s’inquiète Amélie*, infirmière anesthésiste à Voiron.

 

« Qui pourra se payer l’accès aux soins, qui pourra se payer un Ehpad à 1 000 euros par mois, s’il y a de telles inégalités dans le calcul des pensions de retraite ? »

 

 

Un ras-le-bol général

 

Mais au vu de l’hétéroclisme des pancartes et slogans, les retraites ne sont pas le seul sujet qui fâche au sein des manifestants. « Il va falloir que ça s’arrête, parce qu’on va droit dans le mur ! », souffle Marion, gilet jaune par-dessus son manteau, en regardant la foule.

 

Nombre de gilets jaunes étaient présents. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Nombre de gilets jaunes étaient présents. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

Ancienne éducatrice spécialisée, elle est devenue famille d’accueil il y a six ans. « Le système est tellement mal foutu que plus l’enfant va mal, moins il voit ses parents par exemple, plus je touche d’argent. Si je le sociabilise, qu’on fait des activités, qu’il a moins besoin de moi, je perds des revenus. »

 

Une absurdité qui lui pèse. « Tant qu’ils ne comprendront pas, là-haut, que c’est en bas qu’il y a les experts, que nous, on sait comment ça marche… Financièrement, ça ne coûterait pas plus cher de, disons, travailler plus en collaboration avec les familles. Et ça apporterait tellement plus. On passe à côté d’une richesse folle. C’est un gâchis humain considérable. »

 

Une nouvelle mobilisation contre la réforme des retraites a réuni de nombreux manifestants de tous les secteurs ce mardi 10 décembre 2019 à Grenoble.

 

Cette horizontalité, Marion l’a trouvée chez les gilets jaunes. « Ça m’a fait du bien, ça m’a redonné espoir de voir que je n’étais pas la seule. Je pense que c’est ce qu’ils espèrent faire en haut, nous empêcher de trop nous parler. »

 

 

« Il y a un endroit qu’on ne pourra jamais nous enlever, c’est la rue ! »

 

Certains vivaient, là, leur première mobilisation, comme Cerena, en première STMG au lycée de la Mure. « Moi, je suis là parce que j’ai peur de ne pas avoir mon bac. On n’a pas de prof de maths depuis septembre, et ma première épreuve est en janvier. »

 

Beaucoup de jeunes étaient présents dans le cortège. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Beaucoup de jeunes étaient présents dans le cortège. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

Les lycéens ont organisé un blocus, et une assemblée générale s’est tenue ce lundi. « J’ai pu voir qu’il y en avait beaucoup qui avaient les mêmes peurs que moi et qui étaient prêts à s’engager. »

 

La jeune fille regrette malgré tout, en faisant la moue, le manque d’optimisme des autres élèves. « Ils sont résignés. »

 

Des représentants des différentes sections syndicales, ainsi que des gilets jaunes, se sont succédé à la fin de la manifestation au micro du camion de la CGT pour faire le point sur la mobilisation et appeler à une assemblée générale interprofessionnelle ce jeudi 12 décembre. « Pour tous les secteurs, c’est compliqué de faire grève, lance un représentant de Solidaires. Mais il y a un endroit qu’on ne pourra jamais nous enlever, c’est la rue ! »

 

Une nouvelle mobilisation contre la réforme des retraites a réuni de nombreux manifestants de tous les secteurs ce mardi 10 décembre 2019 à Grenoble.La manifestation s'est déroulée sans heurts à Grenoble. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

La manifestation s’est déroulée sans heurts à Grenoble. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

Le Premier ministre Édouard Philippe devrait faire des annonces ce mercredi 11 décembre pour préciser les contours de la réforme. Les manifestants ont cependant déjà appelé à une nouvelle journée de mobilisation jeudi.

 

« Demain, on ne cherchera qu’à nous balancer des miettes pour mieux nous diviser, s’est écriée une porte-parole FSU au micro du camion CGT. Mais nous tiendrons jeudi, ensemble ! »

 

Raphaëlle Denis

 

 

* Les prénoms ont été modifiés

 

commentez lire les commentaires
2500 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Et toujours pas un mot de Grenoble quoi en commun, la bande du maire en place, concernant l’énorme pollution atmosphérique générée par la grève des transports qui force tout le monde à prendre la voiture. Oubliées la planète et Greta Thunberg. Pas de problème.

    sep article