À Grenoble, les communistes rejoignent le maire sortant Eric Piolle dans la course aux municipales

sep article

Conférence 50 ans IFTS à Echirolles : vers des politiques publiques de la relation avec Hartmut Rosa

 

FIL INFO – Les communistes grenoblois rejoignent la liste conduite par le maire sortant Eric Piolle (EELV). Et renvoient dos à dos les candidatures plus ou moins déclarées d’Alain Carignon, Émilie Chalas et Olivier Noblecourt.

 

 

Les communistes grenoblois rejoignent la liste conduite par le maire sortant Eric Piolle (EELV) dans la course aux municipales. Nicolas Beron Perez

Nicolas Beron Perez – DR

Les communistes grenoblois rejoignent le maire sortant Eric Piolle (EELV) dans la course aux municipales en 2020. Après la France insoumise, Génération Écologie, Génération.s, Ensemble !, Place publique et une partie des socialistes, le PCF a fait le choix à une large majorité – 87 % des voix – de rejoindre le collectif Grenoble en commun.

 

Ce n’est pas vraiment une surprise. Voilà plusieurs mois que les communistes grenoblois disaient travailler, eux aussi, à un grand rassemblement de la gauche.

 

Si plusieurs options étaient ouvertes, trois cas de figure avaient été exclus. Celui d’un ralliement à la liste emmenée par l’ex-maire de Grenoble Alain Carignon. Tout comme le soutien à la candidate du parti au pouvoir Émilie Chalas. Ou encore une alliance avec la liste potentiellement emmenée par le délégué interministériel Olivier Noblecourt.

 

Cette dernière option avait en effet été écartée, comme l’avait confirmé le secrétaire départemental du PCF Jérémie Giono à Place Gre’net il y a quelques semaines. Restait alors trois possibilités : une liste autonome, la participation à un rassemblement gilets jaunes-extrême gauche ou à celui autour de la gauche avec Eric Piolle.

 

 

« Favoriser le rassemblement à gauche »

 

À l’issue d’un vote par correspondance, le PCF a donc décidé de se rallier au maire sortant. « Nous sommes persuadé.es que Grenoble en commun constitue le meilleur rempart contre les extrêmes droites et Alain Carignon, contre le patronat d’Olivier Six et d’Émilie Chalas, contre les tentatives de réhabilitation de l’aile droite du PS avec le Macron-compatible Olivier Noblecourt », souligne Nicolas Beron-Perez dans un communiqué.

 

« Nous sommes convaincu.es que le choix des communistes grenoblois.es pourra favoriser et inciter au rassemblement, sur d’autres territoires. »

 

« Face à l’ultralibéralisme autoritaire macroniste, à la dérive constante de la droite et au relent nauséabond des extrêmes droites, chaque composante de gauche porte, sur chaque parcelle du territoire, la responsabilité de favoriser le rassemblement à gauche, de semer des graines d’espoir et d’émancipation collective, ou à l’inverse de continuer à labourer le champ stérile de l’amertume et de la division. »

 

De quelle marge de manœuvre disposera le PCF ? Les nouveaux alliés entendent peser dans le débat, notamment sur les questions du logement public ou de la gratuité des transports en commun. En attendant, ils donnent rendez-vous dans la rue : le 5 décembre contre la réforme des retraites et le 16 décembre devant la Métropole de Grenoble, en ouverture du prochain conseil municipal où siègera un nouvel élu : Alain Carignon.

 

Patricia Cerinsek

 

commentez lire les commentaires
3205 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. L’alliance des verts & rouges à la municipalité Piolle et à la Métropole est une catastrophe pour Grenoble.

    sep article
  2. Alain Carignon et Emilie Chalas ont plus ou moins annoncé leurs candidatures ? Vous avez loupé quelque chose de toute évidence 😁

    sep article
    • PC

      23/11/2019
      23:04

      Je reprends l’article :  » Alain Carignon, Emilie Chalas et Olivier Noblecourt ont plus ou moins annoncé leur candidature » est-il écrit. Olivier Noblecourt n’est pas encore officiellement candidat.

      sep article
  3. sep article
  4. Non mais là c’est drôle! De quel rassemblement de ma gauche parle t-on? Et ça va être drôle pour la constitution de la liste, on vous raconte pas la tonne de déçus, à commencer dans les rangs d’Eric Piolle… Va y avoir tout plein de cadavres sur le bas côté de la route!

    sep article
  5. Les communistes de la section Grenoble-Meylan et les bobos de EELV ensemble, c’est à hurler de rire ! Ils n’ont pas vu le béton massif des villes communistes depuis 1945 : Fontaine, Echirolles, etc ?
    Et l’histoire, ils la connaissent ? Les désastres écologiques de l’URSS (jamais entendu parler de Tchernobyl ?), la déforestation massive de la Chine sous Mao, les catastrophes au Venezuela actuellement, ….
    Quant à Neyrpic, le centre grosmercial du maire PCF de Saint Martin d’Hères, ils sont pour ou ils sont contre ?

    sep article