Rassemblement de soutien aux migrants et à leurs aidants à Grenoble

sep article

Conférence 50 ans IFTS à Echirolles : vers des politiques publiques de la relation avec Hartmut Rosa

 

DIAPORAMA — Plusieurs centaines de personnes se sont réunies, ce jeudi 24 octobre, devant le Palais de justice de Grenoble à l’appel de nombreuses associations et organisations. Motif de ce rassemblement ? Un soutien aux migrants et à leurs aidants. Le guide de haute montagne Pierre Mumber passait en effet en appel devant les juges, après avoir été condamné à Gap à trois mois de prison avec sursis pour « aide à l’entrée d’un étranger ».

 

 

L’affluence était forte devant le Palais de justice de Grenoble, ce jeudi 24 octobre à 14 heures. Près de 250 personnes se sont en effet rassemblées place Firmin-Gauthier pour crier leur solidarité avec Pierre Mumber.

 

Condamné en première instance à Gap à trois mois de prison avec sursis pour « aide à l’entrée d’un étranger », le maraudeur des Alpes passait alors en appel devant la justice. La veille, son acolyte Kevin Lucas voyait sa peine atténuée, mais maintenue, par le même tribunal*.

 

Environ 250 personnes se sont réunies devant le Palais de justice de Grenoble le 24 octobre en soutien aux migrants et à leurs aidants.Rassemblement devant le Palais de Justice de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rassemblement devant le Palais de Justice de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

À l’occasion du procès en appel de Pierre Mumber, les associations ont battu le rappel. Amnesty international, Tous migrants, Droit au logement, le CIIP ou la Cisem. Sans oublier les drapeaux de la CGT, de Solidaires ou encore de la France insoumise.

 

Autant d’organisations, parmi de nombreuses autres, qui appelaient au rassemblement de soutien pour les migrants et leurs aidants. Au programme, des stands, des témoignages écrits, des prises de parole et une prestation de la BatukaVI pour conclure ce moment militant.

 

 

« On devrait les féliciter »

 

Pour Amnesty international, Pierre Mumber n’a commis aucun crime. Le guide de haute montagne aurait simplement « offert du thé et des vêtements chauds à quatre demandeurs d’asile originaires d’Afrique de l’Ouest dans les Alpes ». Mais il a finalement été reconnu coupable car « car trois des quatre demandeurs d’asile ont ensuite échappé à la surveillance de la police ». L’ONG considère que la condamnation du maraudeur doit être purement et simplement annulée.

 

 

Au micro, les positions de soutien se succèdent. « Pour les remercier, on les met devant le tribunal alors qu’on devrait les féliciter. Ils devraient avoir les honneurs d’aller sauver des humains dans les montagnes », s’écrient un militant du Dal à propos des maraudeurs à la frontière italienne.

 

Et d’ajouter qu’à ses yeux, l’humanité est en train de perdre « le gène de l’hospitalité inscrit depuis des dizaines de milliers d’années ». Sur des pancartes, des témoignages s’affichent : mauvais traitements policiers, mineurs considérés majeurs malgré leurs papiers…

 

« Un tiers des migrants ont des problèmes de santé et la moitié des problèmes est liée au passage de la frontière », affirme une membre d’Amnesty international. Certains n’y survivent pas : le tribunal de Gap a récemment classé sans suite le décès en février d’un Togolais de 28 ans. Un homme retrouvé mort par hypothermie le long de la route menant à Briançon.

 

Florent Mathieu

 

 

* Condamné en première instance à quatre mois de prison avec sursis, Kevin Lucas a écopé en appel d’une condamnation ramenée à deux mois de prison, toujours avec sursis.

 

commentez lire les commentaires
2684 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Accueillez les chez vous dans votre appartement, c’est sur que des solutions existent, mais c’est preferable de manifester et de dire c’est de la faute des autres. Demandez egalement au maire dee Grenoble, avec tous les expulsions d’agents qu’il programme et les demolitions de logements actis, cela en fait de la place!

    sep article
  2. La LOI dit que son délit mérite 5 ans de prison ferme et jusqu’à 30,000€ d’amende. Certes, une somme surmontable pour un passeur, mais je voudrais bien voir ce monsieur dans la prison pour 5 ans.

    sep article
  3. N’importe quoi! Franchement, faire un barouf pareil pour 3 mois avec sursis. J’ai tout vu de la manif, retraités, chômeurs, et beaucoup de gens qui ne travaillent pas, et qui passent le temps. Tam tam, tambours, cris… Bon, ils ont passé une bonne journée

    sep article