Rassemblement de soutien aux migrants et à leurs aidants à Grenoble

sep article

 

DIAPORAMA — Plusieurs centaines de personnes se sont réunies, ce jeudi 24 octobre, devant le Palais de justice de Grenoble à l’appel de nombreuses associations et organisations. Motif de ce rassemblement ? Un soutien aux migrants et à leurs aidants. Le guide de haute montagne Pierre Mumber passait en effet en appel devant les juges, après avoir été condamné à Gap à trois mois de prison avec sursis pour « aide à l’entrée d’un étranger ».

 

 

L’affluence était forte devant le Palais de jus­tice de Grenoble, ce jeudi 24 octobre à 14 heures. Près de 250 per­sonnes se sont en effet ras­sem­blées place Firmin-Gauthier pour crier leur soli­da­rité avec Pierre Mumber.

 

Condamné en pre­mière ins­tance à Gap à trois mois de pri­son avec sur­sis pour « aide à l’en­trée d’un étran­ger », le marau­deur des Alpes pas­sait alors en appel devant la jus­tice. La veille, son aco­lyte Kevin Lucas voyait sa peine atté­nuée, mais main­te­nue, par le même tri­bu­nal*.

 

Environ 250 personnes se sont réunies devant le Palais de justice de Grenoble le 24 octobre en soutien aux migrants et à leurs aidants.Rassemblement devant le Palais de Justice de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rassemblement devant le Palais de Justice de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

À l’oc­ca­sion du pro­cès en appel de Pierre Mumber, les asso­cia­tions ont battu le rap­pel. Amnesty inter­na­tio­nal, Tous migrants, Droit au loge­ment, le CIIP ou la Cisem. Sans oublier les dra­peaux de la CGT, de Solidaires ou encore de la France insou­mise.

 

Autant d’or­ga­ni­sa­tions, parmi de nom­breuses autres, qui appe­laient au ras­sem­ble­ment de sou­tien pour les migrants et leurs aidants. Au pro­gramme, des stands, des témoi­gnages écrits, des prises de parole et une pres­ta­tion de la BatukaVI pour conclure ce moment mili­tant.

 

 

« On devrait les féliciter »

 

Pour Amnesty inter­na­tio­nal, Pierre Mumber n’a com­mis aucun crime. Le guide de haute mon­tagne aurait sim­ple­ment « offert du thé et des vête­ments chauds à quatre deman­deurs d’asile ori­gi­naires d’Afrique de l’Ouest dans les Alpes ». Mais il a fina­le­ment été reconnu cou­pable car « car trois des quatre deman­deurs d’asile ont ensuite échappé à la sur­veillance de la police ». L’ONG consi­dère que la condam­na­tion du marau­deur doit être pure­ment et sim­ple­ment annu­lée.

 

 

Au micro, les posi­tions de sou­tien se suc­cèdent. « Pour les remer­cier, on les met devant le tri­bu­nal alors qu’on devrait les féli­ci­ter. Ils devraient avoir les hon­neurs d’al­ler sau­ver des humains dans les mon­tagnes », s’é­crient un mili­tant du Dal à pro­pos des marau­deurs à la fron­tière ita­lienne.

 

Et d’a­jou­ter qu’à ses yeux, l’hu­ma­nité est en train de perdre « le gène de l’hos­pi­ta­lité ins­crit depuis des dizaines de mil­liers d’an­nées ». Sur des pan­cartes, des témoi­gnages s’af­fichent : mau­vais trai­te­ments poli­ciers, mineurs consi­dé­rés majeurs mal­gré leurs papiers…

 

« Un tiers des migrants ont des pro­blèmes de santé et la moi­tié des pro­blèmes est liée au pas­sage de la fron­tière », affirme une membre d’Amnesty inter­na­tio­nal. Certains n’y sur­vivent pas : le tri­bu­nal de Gap a récem­ment classé sans suite le décès en février d’un Togolais de 28 ans. Un homme retrouvé mort par hypo­ther­mie le long de la route menant à Briançon.

 

Florent Mathieu

 

 

* Condamné en pre­mière ins­tance à quatre mois de pri­son avec sur­sis, Kevin Lucas a écopé en appel d’une condam­na­tion rame­née à deux mois de pri­son, tou­jours avec sur­sis.

 

commentez lire les commentaires
3327 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Accueillez les chez vous dans votre appar­te­ment, c’est sur que des solu­tions existent, mais c’est pre­fe­rable de mani­fes­ter et de dire c’est de la faute des autres. Demandez ega­le­ment au maire dee Grenoble, avec tous les expul­sions d’a­gents qu’il pro­gramme et les demo­li­tions de loge­ments actis, cela en fait de la place !

    sep article
  2. La LOI dit que son délit mérite 5 ans de pri­son ferme et jusqu’à 30,000€ d’amende. Certes, une somme sur­mon­table pour un pas­seur, mais je vou­drais bien voir ce mon­sieur dans la pri­son pour 5 ans.

    sep article
  3. N’importe quoi ! Franchement, faire un barouf pareil pour 3 mois avec sur­sis. J’ai tout vu de la manif, retrai­tés, chô­meurs, et beau­coup de gens qui ne tra­vaillent pas, et qui passent le temps. Tam tam, tam­bours, cris… Bon, ils ont passé une bonne jour­née

    sep article