Bannière NL JEP 2021
Agglomération grenobloise

Capitale verte de l’Europe 2022 : la candidature de Grenoble est désormais officielle… et collective

Capitale verte de l’Europe 2022 : la candidature de Grenoble est désormais officielle… et collective

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS — Grenoble est officiellement candidate au titre de Capitale verte de l’Europe 2022. Le maire de la Ville Éric Piolle et le président de Grenoble-Alpes Métropole Christophe Ferrari s’en sont fait l’écho ensemble. Pour mieux vanter un modèle de dynamique commune et de candidature collective.

 

 

Le maire de Grenoble Éric Piolle l’a­vait annoncé durant ses vœux en jan­vier 2019 : la capi­tale des Alpes est offi­ciel­le­ment can­di­date au titre de Capitale verte euro­péenne 2022. Et plus ques­tion de don­ner l’im­pres­sion de jouer solo. En février, le séna­teur de l’Isère Michel Savin repro­chait en effet au maire de ne pas enga­ger une démarche par­te­na­riale. Cette fois, c’est en com­pa­gnie du pré­sident de la Métro Christophe Ferrari que l’an­nonce a été faite.

 

Éric Piolle et Christophe Ferrari présentent la campagne de Grenoble au titre de Capitale verte de l'Europe 2022 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Éric Piolle et Christophe Ferrari pré­sentent la cam­pagne de Grenoble au titre de Capitale verte de l’Europe 2022. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Quand on dit Grenoble c’est évi­dem­ment le ter­ri­toire au sens large ! », pré­cise par ailleurs Éric Piolle. Le pré­sident de la Métro insiste, de son côté, sur la « can­di­da­ture col­lec­tive » enga­gée auprès de la Commission euro­péenne. Tout en rap­pe­lant, au détour d’une phrase, que l’i­dée ori­gi­nale était bien gre­no­blo-gre­no­bloise : « C’est une excel­lente ini­tia­tive qu’a prise le maire de Grenoble de vou­loir can­di­da­ter. »

 

 

La « longue tradition d’innovation » d’un territoire « résilient »

 

Aujourd’hui, la Ville n’est clai­re­ment plus la seule por­teuse du pro­jet. Outre la par­ti­ci­pa­tion de la Métropole, y com­pris de ses ser­vices tech­niques pour l’é­la­bo­ra­tion d’un dos­sier com­plexe, Éric Piolle dénombre les par­te­na­riats : les parcs natu­rels régio­naux du Vercors et de la Chartreuse, la Chambre de com­merce et d’in­dus­trie, Gem, GEG, la CCIAG, l’IMT… Auxquels il faut encore ajou­ter des acteurs scien­ti­fiques, cultu­rels et spor­tifs ou des repré­sen­tants de la société civile.

 

Le visuel de la candidature grenobloise au titre de Capitale verte. © Ville de Grenoble

Le visuel de la can­di­da­ture gre­no­bloise au titre de Capitale verte. © Ville de Grenoble

« Le sens de la démarche c’est de se fédé­rer, à la fois pour être fiers de ce que le ter­ri­toire a déjà su accom­plir, et se dire qu’on est au bon endroit pour accé­lé­rer et sai­sir ces défis ! », se réjouit Éric Piolle.

 

Au bon endroit ? Grenoble et sa région alpine sont en effet dure­ment tou­chées par les consé­quences du chan­ge­ment cli­ma­tique. Tout en étant un ter­ri­toire por­teur « d’une longue tra­di­tion d’in­no­va­tion », sou­ligne encore l’édile.

 

Christophe Ferrari veut pour sa part mettre en avant le carac­tère « rési­lient » de la région. « Le ter­ri­toire a tou­jours su faire face aux grandes trans­for­ma­tions en pré­ser­vant sa qua­lité de vie, et en ayant un déve­lop­pe­ment éco­no­mique qui le place aujourd’­hui parmi les métro­poles avec une vraie puis­sance de feu », lance le pré­sident de la Métro.

 

Au-delà du titre, la can­di­da­ture est, à ses yeux, une manière de « mon­trer la dyna­mique col­lec­tive à l’œuvre sur ce ter­ri­toire ».

 

 

Le titre de capitale verte serait « un beau moment d’intensité »

 

Mais, au final, qu’est-ce qu’une Capitale verte ? « C’est un titre attri­bué à une ville qui prend un temps d’a­vance, qui a voca­tion à ins­pi­rer les autres et qui encou­rage l’en­semble des com­mu­nau­tés urbaines à rem­plir des objec­tifs ambi­tieux », décrit Éric Piolle. Pour qui Grenoble a toute les qua­li­tés requises pour rem­por­ter le titre. Et celui-ci de citer une « ville sans pes­ti­cides », avec du bio et du local dans ses can­tines… et un plan de réduc­tion de la publi­cité.

 

Le bio et le local dans les cantines (à hauteur de 60 %), un bon point pourla candidature grenobloise ? © Ville de Grenoble

Le bio et le local dans les can­tines (à hau­teur de 60 %), un bon point pour la can­di­da­ture gre­no­bloise ? © Ville de Grenoble

 

Dès lors, estime le maire, deve­nir Capitale verte per­met­trait au ter­ri­toire gre­no­blois « de regar­der ce qui a été fait et de se deman­der où accé­lé­rer ». Tout en don­nant des exemples de che­mins à suivre aux autres col­lec­ti­vi­tés d’Europe, jugées moteurs de la tran­si­tion. Au final, le titre serait l’oc­ca­sion de « chan­ger d’é­chelle » dans les actions en cours ou à venir. Et consti­tue­rait, estime encore Éric Piolle, « un beau moment d’in­ten­sité pen­dant l’an­née 2022 ».

 

Un moment d’in­ten­sité que d’autres com­munes convoitent éga­le­ment. Le maire de Grenoble table ainsi sur cinq à dix villes fran­çaises can­di­dates pour 2022. Peut-on dès lors par­ler d’é­change, si l’on s’ins­crit dans une com­pé­ti­tion ? La ques­tion ne se pose pas en ces termes pour Éric Piolle : « Nous allons pré­sen­ter le ter­ri­toire. Et l’Europe, elle, doit choi­sir quelle est la ville oppor­tune pour faire du tam-tam sur ces sujets un peu par­tout en Europe. »

 

Florent Mathieu

 

 

ALAIN CARIGNON DÉNONCE UNE « COURSE À LA COM »

 

Une can­di­da­ture qui s’ins­crit « au-delà de toutes les sen­si­bi­li­tés poli­tiques » pour consti­tuer une « véri­table mobi­li­sa­tion du ter­ri­toire » ? C’est ainsi que Christophe Ferrari pré­sente l’en­trée en lice de Grenoble pour le titre de Capitale verte 2022.

 

Il est vrai que des per­son­na­li­tés comme le séna­teur de l’Isère Michel Savin ou Stéphane Gemmani ont cha­cun, par­fois avec des réserves, approuvé et sou­tenu la candidature.

 

Pour Alain Carignon, la candidature de Grenoble est un « coup de com' » © Florent Mathieu - Place Gre'net

Pour Alain Carignon, la can­di­da­ture de Grenoble est un « coup de com” ». © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Il n’en va pas vrai­ment de même pour Alain Carignon. Celui qui est en passe de deve­nir le meilleur ennemi d’Éric Piolle pour les muni­ci­pales de 2020 dénonce au contraire l’i­ni­tia­tive de la muni­ci­pa­lité. « Éric Piolle doit ces­ser ce mar­ke­ting et cette course à la com’ pré­élec­to­rale sur fonds publics pour trai­ter les ques­tions de fond », assène l’an­cien maire de Grenoble dans un com­mu­ni­qué. Avant d’in­vi­ter l’é­dile à « pas­ser de la com” aux actes ».

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Les taxis grenoblois "rassurés" par les engagements de la Ville au sortir d'un (nouveau) rassemblement
Les taxis grenoblois plutôt « rassurés » par les engagements de la Ville au sortir d’un (nouveau) rassemblement

EN BREF - Les taxis de Grenoble étaient de retour devant l'Hôtel de Ville jeudi 16 septembre, soit une semaine à peine après un premier Lire plus

Grenoble capitale verte: Alain Carignon interpelle (de nouveau) la Commission européenne
Grenoble capitale verte : Alain Carignon interpelle (de nouveau) la Commission européenne

FOCUS - Pour l'opposition municipale de Grenoble présidée par Alain Carignon, Grenoble n'a rien d'une capitale verte. C'est pourquoi l'élu interpelle par courrier la Commission Lire plus

Fermeture d'Esclangon: Grenoble coupe-t-elle les ponts avec la Ville de Fontaine et la Métropole?
Fermeture d’Esclangon : Grenoble coupe-t-elle les ponts avec la Ville de Fontaine et la Métropole ?

FOCUS - La décision de la Ville de Grenoble de ne pas rouvrir, comme attendu, le pont Esclangon dans son sens Grenoble-Fontaine provoque la colère Lire plus

La Ville de Grenoble fait don de 400 arbres pour des plantations sur des terrains privés

FLASH INFO — "Premier arrivé, premier servi", prévient la Ville de Grenoble. La municipalité fait don de 400 jeunes arbres, à réserver sur la plateforme Lire plus

Échange acerbe entre Marlène Schiappa et Éric Piolle sur l'accueil de réfugiés afghans à Grenoble
Échange acerbe entre Marlène Schiappa et Éric Piolle sur l’accueil de réfugiés afghans à Grenoble

FOCUS - La correspondance entre Marlène Schiappa et Éric Piolle n'a rien d'amical. Alors que la ministre déléguée à la Citoyenneté accuse le maire de Lire plus

« Vies et visages des changements climatiques », une exposition d’Oxfam au Jardin de Ville de Grenoble

FLASH INFO — "Informer sur les thématiques croisée du genre, des inégalités et du climat", tout en mobilisant sur la question du changement climatique. Tels Lire plus

Flash Info

|

15/09

16h55

|

|

14/09

18h06

|

|

14/09

17h28

|

|

13/09

19h30

|

|

13/09

15h10

|

|

12/09

12h26

|

|

10/09

19h32

|

|

10/09

10h00

|

|

09/09

11h44

|

|

09/09

9h58

|

L'Oeil de Perotto - Les manifestations antipass sur Place Gre'net, vues par Marc Perotto

Les plus lus

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

La Rampe-Lancement de saison

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin