La Ville de Grenoble candidate au titre de Capitale verte de l’Europe 2022… sans la Métro ?

sep article

Notre indépendance c

EN BREF – La Ville de Grenoble se porte candidate pour le titre de Capitale verte de l’Europe 2022. Une distinction décernée par la Communauté européenne venant récompenser les villes avec des objectifs environnementaux forts. Si la municipalité espère mobiliser la population grenobloise autour de cette « candidature collective », le sénateur Michel Savin regrette, lui, l’absence de synergie envisagée avec la Métropole.

 

 

Éric Piolle, le maire de Grenoble, l’a annoncé lors de ses vœux aux habi­tants le 24 jan­vier 2019 : la Ville de Grenoble est can­di­date au titre de Capitale verte de l’Europe 2022. Décerné par la Communauté euro­péenne depuis 2010, ce prix met à l’hon­neur chaque année une ville d’Europe se fixant des objec­tifs envi­ron­ne­men­taux forts. Et pou­vant, in fine, ser­vir d’exemple à d’autres col­lec­ti­vi­tés de par le monde.

 

 La Ville de Grenoble appelle à soutenir sa candidature au titre de Capitale verte de l'Europe 2022 mais sans un mot pour la Métro, souligne Michel Savin.Le maire de Grenoble Éric Piolle © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le maire de Grenoble Éric Piolle © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Pour Éric Piolle, la poli­tique menée par sa majo­rité per­met ample­ment à la Ville de pré­tendre à ce titre. « Grenoble relève le défi de l’éco mobi­lité (RER urbain, trans­ports en com­mun, par câble, axes vélos struc­tu­rants…). Elle s’engage éga­le­ment sur le che­min de l’autonomie ali­men­taire et géné­ra­lise l’alimentation bio dans ses can­tines », écrit le maire. Avant d’é­vo­quer les tari­fi­ca­tions soli­daires ou la « gra­tuité ciblée » pour faire rimer jus­tice sociale et tran­si­tion éner­gé­tique.

 

Et l’élu d’es­ti­mer que sa ville est au cœur des enjeux cli­ma­tiques de demain. « Ici […] le cli­mat devient fou deux fois plus vite qu’ailleurs en Europe. À Grenoble, en 2050, la cani­cule pour­rait durer trois mois de l’année… et la neige ces­sera presque de tom­ber en hiver », rap­pelle-t-il. De plus, aux yeux de l’é­dile, la situa­tion géo­gra­phique même des Alpes, « à che­val sur huit pays », plaide encore en faveur de cette dis­tinc­tion.

 

 

Une « candidature collective »

 

La can­di­da­ture se veut « col­lec­tive », insiste la Ville. Cette der­nière met ainsi dès à pré­sent en place un calen­drier de débats grand public « pour des­si­ner ensemble les contours du Grenoble de demain ». Et s’as­su­rer au pas­sage du sou­tien de la popu­la­tion à cette can­di­da­ture.

 

Grenoble appelle au soutien de sa candidature. DR

Grenoble appelle au sou­tien de sa can­di­da­ture. DR

La muni­ci­pa­lité la consi­dère en effet comme « une for­mi­dable oppor­tu­nité pour accé­lé­rer les tran­si­tions déjà enga­gées ». Parmi les sou­tiens déjà enre­gis­trés : GEG, Gem, l’UGA, ou encore les villes d’Eybens et d’Échirolles.

 

Si le suc­cès était au ren­dez-vous, Grenoble serait la deuxième ville de France à rem­por­ter le titre, après Nantes en 2013. Et s’ins­cri­rait dans la lignée de Stockholm (2010), de Hambourg (2011), de Copenhague (2014) ou encore d’Oslo et de Lisbonne, res­pec­ti­ve­ment Capitales vertes 2019 et 2020.

 

La capi­tale des Alpes sera-t-elle éga­le­ment Capitale verte euro­péenne, le temps d’une année ? Début de réponse au prin­temps 2020, quand Grenoble saura si elle est en finale.

 

FM

 

« PAS SANS LA MÉTRO », APPELLE MICHEL SAVIN

 

La suppression de la taxe d'habitation va représenter un manque à gagner de 24 milliards d'euros pour les communes, selon Michel Savin. Le sénateur, membre de Les Républicains, appelle à utiliser cet argent pour les quatre priorités que sont la santé, l'éducation, la solidarité et la sécurité.

Michel Savin séna­teur de l’Isère. © Nils Louna – placegrenet.fr

Le séna­teur de l’Isère Michel Savin voit d’un bon œil la can­di­da­ture de Grenoble au titre de Capitale verte de l’Europe 2022. Une « ini­tia­tive posi­tive qui per­met­tra de mettre en lumière notre ter­ri­toire et ses nom­breux atouts, ren­for­çant ainsi notre attrac­ti­vité sur le long terme », écrit-il. Une ini­tia­tive qui sau­rait aussi, espère le séna­teur, cas­ser l’i­mage de cuvette pol­luée que ren­voie sou­vent Grenoble au niveau natio­nal.

 

« Faisons de cette initiative communale un projet de territoire »

 

Pour autant, le séna­teur regrette « qu’aucune syner­gie avec la Métropole n’ait été annon­cée par le maire de Grenoble ». Et ceci d’au­tant plus que les cri­tères de sélec­tion de la Communauté euro­péenne concernent sou­vent des com­pé­tences métro­po­li­taines. Que cela soit en matière de trans­ports, de trai­te­ment des déchets, de qua­lité de l’air ou encore de ges­tion des réseaux d’eau potable et d’as­sai­nis­se­ment.

 

Métrovélo © Joël Kermabon - Place Gre'net

Métrovélos. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Soyons ambi­tieux, fai­sons de cette ini­tia­tive com­mu­nale un pro­jet de ter­ri­toire impli­quant nos habi­tants, nos par­te­naires publics et pri­vés, nos entre­prises… Que cette can­di­da­ture soit nos Jeux olym­piques du 21siècle ! », clame enfin Michel Savin. Avant d’in­vi­ter le pré­sident de la Métropole Christophe Ferrari à « s’emparer de cette for­mi­dable oppor­tu­nité ». Et ne pas lais­ser Eric Piolle en reti­rer seul les béné­fices ?

 

commentez lire les commentaires
4010 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. La muni­ci­pa­lité Piolle va t‑elle reve­nir à l’an­cien plan de cir­cu­la­tion afin de faire ces­ser les embou­teillages en ville depuis la mise en place de leur nou­veau plan de cir­cu­la­tion CVCM ?

    sep article
    • Le CVCM est du res­sort de La Metro. Adressez vos récri­mi­na­tions à M. Ferrari

      sep article
  2. Sans rire ? Le buche­ron et maçon Piolle ne manque pas d’air.

    sep article
  3. C’est une can­di­da­ture plus large que La Métro : « Grenoble, can­di­da­ture des Alpes »
    http://www.grenoble.fr/1336-grenoble-capitale-verte-de-l-europe-2022.htm
    « …Une fois que Grenoble aura obtenu son label, au terme de la can­di­da­ture du ter­ri­toire, l’année label­li­sée sera l’occasion pour l’ensemble des par­te­naires gre­no­blois et hors Grenoble de tra­vailler ensemble à une valo­ri­sa­tion intel­li­gente et sou­te­nable du ter­ri­toire. »

    sep article
  4. J’avoue ne plus rien com­prendre.
    Je pen­sais que Piolle et Ferrari étaient de nou­veau des par­te­naires pour l’après muni­ci­pales de 2020.
    Visiblement non.
    A contra­rio Ferrari a le sou­tien de Sully avec qu’il entre­tient d’excellentes rela­tions.
    Et puis plus glo­ba­le­ment je croyais naï­ve­ment que tant la com­pé­tence Energie, que la com­pé­tence de Developpement Eco ou encore l’attractivité ter­ri­to­riale reve­naient à la Métropole.
    Donc pour résu­mer, d’abord tech­ni­que­ment le sujet devrait être métro­po­li­tain.
    Ensuite poli­ti­que­ment sur ces sujets, il ne devrait pas y avoir de cli­vages.
    J’en conclus à un divorce pro­fond entre Piolle et Ferrari est-ce bien cela ?

    sep article
    • … de l’air pur de nos mon­tagnes comme dans la chan­son des Allobroges :

      Allobroges vaillants ! Dans vos vertes cam­pagnes,
      Accordez-moi tou­jours asile et sûreté,
      Car j’aime à res­pi­rer l’air pur de vos mon­tagnes,
      Je suis la Liberté ! La Liberté !

      sep article
      • ce com­men­tai­reau­rait dû aller sous le com de Pierre Isère : « Sans rire ? Le buche­ron et maçon Piolle ne manque pas d’air. »
        Erreur d’a­dres­sage … déso­lée

        sep article