Le numéro un du PCF Fabien Roussel, en visite à Grenoble, dénonce la « casse des services publics de proximité »

sep article

Notre indépendance c

 

REPORTAGE VIDÉO – Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), était à Grenoble ce mercredi 16 octobre. Une visite s’inscrivant dans le cadre de son « tour de France des entreprises » initié au cours de l’été. Point d’orgue de cette journée : le discours du numéro un du PCF lors d’un rassemblement pour la défense des services publics de proximité organisé place André-Malraux.

 

 

Fabien Roussel à la rescousse des services publics de proximité. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fabien Roussel à la res­cousse des ser­vices publics de proxi­mité. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Trésoreries muni­ci­pales, caisses pri­maires d’as­su­rance mala­die, per­ma­nences de la caisse de retraite (Carsat) ou des allo­ca­tions fami­liales (Caf)…Autant de ser­vices publics de proxi­mité « en train d’être fer­més, un par un, dans toutes les com­munes ! », dénonce avec force Fabien Roussel, le secré­taire natio­nal du Parti com­mu­niste fran­çais (PCF).

 

En visite à Grenoble ce mer­credi 16 octobre dans le cadre d’un « tour de France des entre­prises* », ce der­nier s’est rendu au dépar­te­ment Énergies nou­velles du CEA. Avant de ren­con­trer, un peu plus tard, des syn­di­ca­listes du sec­teur de l’in­dus­trie au stade SNCF de la rue des Martyrs. En point d’orgue de cette jour­née, un ras­sem­ble­ment pour la défense des ser­vices publics de proxi­mité orga­nisé place André-Malraux.

 

 

« Les seules choses qu’ils nous mettent à la télé, c’est l’immigration et la radicalisation ! »

 

Sur la place, une cen­taine de mili­tants du PCF attendent les prises de parole, dont celle de Fabien Roussel, retrans­mises en direct par l’é­quipe du Travailleur alpin. Dans la foule, deux élus RCGE de la Ville de Grenoble, Salima Djidel et Antoine Back.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce der­nier inter­vien­dra à la tri­bune un peu plus tard. Tout comme les repré­sen­tants de la Confédération natio­nale du loge­ment de l’Isère (CNL), de la CPAN et de Convergence natio­nale, un col­lec­tif de défense des ser­vices publics. Tous évo­que­ront, tour à tour, les luttes gagnées ou en cours pour défendre les ser­vices publics du dépar­te­ment.

 

« Tout est fait dans le pay­sage poli­tique et média­tique pour que l’on ne parle pas du bud­get qui est en train d’être dis­cuté à l’Assemblée natio­nale », fus­tige Fabien Roussel. Pire, déplore-t-il, « les seules choses qu’ils nous mettent à la télé, c’est l’im­mi­gra­tion et la radi­ca­li­sa­tion ! » 

 

« Pendant ce temps, pour­suit le numéro un du PCF, on ne nous parle pas de ce qui est la réa­lité du pays ! Ils nous font les poches ! » En cause, les pre­miers élé­ments du bud­get 2020. Tout par­ti­cu­liè­re­ment la « pour­suite dras­tique » de la réduc­tion du péri­mètre de l’intervention de l’État et de ses ser­vices publics.

 

 

 

Joël Kermabon

 

 

* Ce tour de France des entre­prises com­prend des ren­contres, dans les dif­fé­rents dépar­te­ments de France, avec le monde du tra­vail, les sala­riés du privé comme du public ou encore les acteurs éco­no­miques. L’objectif pour le PCF ? Se rendre compte direc­te­ment et concrè­te­ment de ce qui se passe, de la réa­lité sociale du pays.

 

commentez lire les commentaires
2561 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. « Les seules choses qu’ils nous mettent à la télé, c’est l’immigration et la radi­ca­li­sa­tion ! »
    Pas du tout, on nous montrent aussi les gau­chistes achar­nés qui essaient de se faire élire sur le dos de la misère humaine. Tout ce qu’ils dénoncent s’ins­crit dans la poli­tique pas annon­cée, mais, heu­reu­se­ment menée par Macron, de « moins l’as­sis­ta­nat ». Merci, Monsieur Macron.

    sep article