La CFDT s'invite au congrès des maires de l'Isère ce 12 septembre pour dénoncer le projet d'Emmanuel Macron de démantèlement d'EDF.

La CFDT s’in­vite au congrès des maires de l’Isère pour dénon­cer le pro­jet de scis­sion d’EDF

La CFDT s’in­vite au congrès des maires de l’Isère pour dénon­cer le pro­jet de scis­sion d’EDF

EN BREF – La CFDT EDF Hydro Alpes s’in­vite au congrès des maires de l’Isère ce samedi 12 octobre à l’Alpe d’Huez. Le syn­di­cat, très remonté contre le pro­jet de réor­ga­ni­sa­tion de l’en­tre­prise qui vise une scis­sion des acti­vi­tés, dénonce une com­mande venue du chef de l’État avec l’ap­pui des banques d’affaires.

Barrage de Romanche - Gavet en eau.© EDF - C.Huret

Barrage de Romanche – Gavet en eau.© EDF – C.Huret

La CFDT EDF Hydro Alpes s’in­vite au congrès des maires de l’Isère, ce 12 octobre à l’Alpe d’Huez. Les repré­sen­tants du per­son­nel entendent sen­si­bi­li­ser les élus du dépar­te­ment au deve­nir du groupe, sus­pendu au pro­jet Hercule.

Le 19 sep­tembre, une grève à l’ap­pel de l’in­ter­syn­di­cale avait déjà mobi­lisé une grande par­tie du per­son­nel. En ques­tion, le pro­jet du gou­ver­ne­ment et de la direc­tion d’EDF de scin­der le groupe en deux – EDF bleu et EDF vert– et de pro­cé­der, d’un côté, à une rena­tio­na­li­sa­tion, de l’autre, à une ces­sion des actifs.

Ainsi, EDF bleu regrou­pe­rait l’en­semble des moyens de pro­duc­tion au sein d’une entité sur laquelle l’État repren­drait le contrôle inté­gral. EDF vert regrou­pe­rait, elle, l’en­semble des moyens de dis­tri­bu­tion. Cette seconde entité pour­rait être en par­tie cédée via l’ou­ver­ture du capi­tal de sa filiale Enedis.

EDF « per­drait sa fonc­tion de ser­vice public », selon la CFDT

Un pro­jet de réor­ga­ni­sa­tion que contestent les syn­di­cats. « La CFDT est opposée à la désintégration du groupe EDF qui, de fait, per­drait sa fonc­tion de ser­vice public, tout en fai­sant croître les bénéfices des banques d’af­faires et les intérêts privés sans aucune contre­par­tie pour les citoyens, les consom­ma­teurs et les salariés de l’entreprise », sou­ligne le syn­di­cat dans un communiqué.

La grande salle souterraine du chantier Romanche - Gavet. © EDF - C. Huret

La grande salle sou­ter­raine du chan­tier Romanche – Gavet. © EDF – C. Huret

Prévue pour la fin 2019, la réor­ga­ni­sa­tion a été repous­sée, le temps d’y voir plus clair du côté de la régu­la­tion du mar­ché de l’élec­tri­cité. La ministre des Transports ne le sou­tien­drait par ailleurs qu’à moi­tié, selon la CFDT.

« Il est clair que le flot­te­ment ministère de tutelle-ministère de l’économie-Matignon-direction EDF autour du pro­jet de réorganisation d’EDF vient du fait que la com­mande têtue « Hercule » vient du loca­taire de l’Élysée. La CFDT se sou­vient par­fai­te­ment qu’en 2016 M. Macron alors ministre à Bercy avait déjà en tête le pro­jet très libéral de scis­sion des activités », pointe le syndicat.

Une « manœuvre avant tout financière » ?

Le pro­jet Hercule n’est pas le seul motif d’in­quié­tude des syn­di­cats. Pour la CFDT, l’ou­ver­ture des bar­rages hydro-élec­triques fran­çais à la concur­rence, une « manœuvre avant tout finan­cière », fait pla­ner un risque sur la pro­duc­tion fran­çaise. Ce alors que les bar­rages hydroélectriques représentent aujourd’hui entre 13 % et 14 % des capacités de pro­duc­tion en France et 70 % de l’électricité renouvelable.

Manifestation PCF barrage du Sautet 8 avril 2018 © PCF Isère

Le PCF avait quant à lui orga­nisé une mani­fes­ta­tion sur le bar­rage du Sautet, le 8 avril 2018. © PCF Isère

« Les bar­rages hydroélectriques ne sont pas que de simples outils de pro­duc­tion d’électricité. Ce sont avant tout des sto­ckages d’eau, essen­tiels dans ces temps de chan­ge­ment cli­ma­tique et de sécheresse qui se pro­longent dans la durée », sou­ligne le syndicat.

« Quel intérêt auraient-ils [les inves­tis­seurs pri­vés, ndlr] à assu­rer la main­te­nance et l’entretien de ce patri­moine indus­triel français, quand on sait com­bien cela coûte aujourd’hui à l’opérateur his­to­rique (près de 400 mil­lions d’euros par an) ? »

Patricia Cerinsek

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Législatives 2024 : 6 900 à 8 500 per­sonnes ont défilé à Grenoble pour « la mani­fes­ta­tion uni­taire contre l’ex­trême droite »

REPORTAGE - Entre 6 900 et 8 500 personnes (selon la police ou les syndicats) ont défilé dans les rues de Grenoble, samedi 15 juin 2024, Lire plus

Hémicycle de l'assemblée nationale CC-BY-SA 3.0 Richard Ying et Tangui Morlier
Législatives 2024 : Front popu­laire, Renaissance, LR, RN… Les pre­mières can­di­da­tures confir­mées en Isère

FOCUS - À deux jours de la date limite de dépôt des candidatures, dimanche 16 juin 2024, les candidats investis pour les élections législatives des Lire plus

Législatives 2024 : mani­fes­ta­tion uni­taire et inter­syn­di­cale « contre l’ex­trême droite » samedi 15 juin à Grenoble

EN BREF - À deux semaines du premier tour des législatives anticipées, des manifestations "contre l'extrême droite" sont prévues partout en France, samedi 15 juin Lire plus

"Je vais assumer plus clairement ma sensibilité social-démocrate": Émilie Chalas candidate sur la troisième circonscription de l'Isère
« Je vais assu­mer plus clai­re­ment ma sen­si­bi­lité social-démo­crate » : Émilie Chalas can­di­date sur la 3e cir­cons­crip­tion de l’Isère

FOCUS - Émilie Chalas annonce avoir reçu l'investiture de la majorité présidentielle pour se porter candidate aux élections législatives sur la troisième circonscription de l'Isère. Lire plus

La Métropole renouvelle sa convention avec TéléGrenoble avec une participation à hauteur de 300 000 euros la première année
La Métropole renou­velle sa conven­tion avec TéléGrenoble avec, à la clé, 300 000 euros pour l’an­née 2024 – 2025

FOCUS - La Métropole de Grenoble a voté à la quasi-unanimité le renouvellement de sa convention avec TéléGrenoble sur une période de trois ans avec, Lire plus

Après avoir quitté la majorité grenobloise, Maude Wadelec annonce sa candidature sur la troisième circonscription de l'Isère
Après avoir quitté la majo­rité gre­no­bloise, Maude Wadelec annonce sa can­di­da­ture sur la troi­sième cir­cons­crip­tion de l’Isère

FLASH INFO - La conseillère municipale de Grenoble Maud Wadelec, qui a récemment quitté les rangs de la majorité sans donner d'explications officielles, a annoncé Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !