Les dirigeants de Soitec revendent leurs actions : hold-up sur une entreprise renflouée par l’État ?

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

 

FOCUS – La vente d’une partie du capital de Soitec a-t-elle permis aux dirigeants du fabricant de plaques de silicium sur isolant basé à Bernin en Isère de bénéficier d’un confortable matelas aux dépends du contribuable ? Alors que cette première cession d’actions a rapporté 98 millions d’euros, un second plan de co-investissement est sur les rails. Il y a trois ans, l’État français et son ministre de l’Économie Emmanuel Macron était venu voler au secours de l’entreprise alors au bord du dépôt de bilan.

 

 

Le siège de Soitec à Grenoble. © Soitec

Le siège de Soitec à Grenoble. © Soitec

Hold-up pour les uns, jack-pot pour les autres. La vente, le 16 septembre dernier, de 3,3 % du capital de Soitec par ses dirigeants vient une nouvelle fois poser la question de l’utilisation et de la redistribution de l’argent public.

 

Car la cession de ces actions a permis à une vingtaine de dirigeants du fabricant de plaques de silicium sur isolant basé à Bernin en Isère de percevoir 98 millions d’euros. Un premier “round” ? Ces 3,3 % ne représentent en effet qu’une partie du plan mis en place il y a trois ans avec la complicité de Bercy.

 

Après avoir misé hasardeusement sur le solaire parallèlement à son activité principale, Soitec s’était trouvé fin 2014 à deux doigts du dépôt de bilan. « L’entreprise avait englouti plus de 700 millions d’euros, en partie financés par les marchés financiers et l’État français, actionnaire historique de l’entreprise via la Banque publique d’investissement (BPI) », rappelle Fabrice Lallement, délégué syndical et secrétaire du syndicat CGT à Soitec.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4060 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. c’est où le problème ? Les dirigeants ont sauvé l’entreprise qui vaut aujourd’hui 3 mlrd. Ils sont les propriétaires de ces actions ? Oui. Donc, ils ont le droit de faire ce qu’ils veulent avec leurs parts. Et, compte tenu le prix d’action assez élevé en ce moment, c’est logique de monétiser leur part

    sep article
  2. Des goinfres. L’entre-soi. Entre personnes qui ont toutes fait les grandes écoles, hauts-fonctionnaires de Bercy compris. L’objectif est de faire un max de fric et de se barrer! Ces personnes (l’élite ultra-libérale mondialisée) sont les vrais fossoyeurs de la France, en empêchant celle-ci d’avoir une véritable politique industrielle et aggravant la désindustrialisation que subit le pays! Les seuls coins qui résistent sont ceux placés sous perfusion de fonds publics, tels que « l’éco-système » grenoblois.

    sep article