Rassemblement devant GEG à Grenoble jeudi 26 septembre contre un projet de microcentrale dans le Rif Garcin

sep article

 

FIL INFO – L’Association pour la défense de l’environnement d’Ornon (Adeo), soutenue par la FNE Isère (anciennement Frapna), dénonce le projet de construction d’une microcentrale dans la vallée du Rif Garcin. Portée par GEG, la microcentrale s’installerait dans des habitats naturels reconnus et protégés et mettait en danger la population de Tétras lyre. Un rassemblement est organisé devant les bureaux de GEG de Grenoble, ce jeudi 26 septembre.

 

 

GEG, promoteur d’une « centrale irresponsable et destructrice d’un site remarquable au cœur de l’Oisans sauvage » ? C’est en ces termes que l’Association pour la défense de l’environnement d’Ornon (Adeo) décrit, dans une pétition mise en ligne, le projet de microcentrale dans la vallée du Rif Garcin. Projet contre lequel elle organise un rassemblement devant les locaux de GEG à Grenoble, le jeudi 26 septembre à partir de 11 h 30.

 

La FNE Isère appelle à un rassemblement jeudi 26 septembre devant GEG de Grenoble pour dénoncer un projet de microcentrale dans la vallée du Rif Garcin.Les locaux de GEG à Grenoble © Chloé Ponset - Place Gre'net

Les locaux de GEG à Grenoble © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

Le projet de la microcentrale du Rif Garcin semble pourtant bien engagé : un site entier lui est consacré et vante « la démarche de concertation » ou les « ateliers de coconstruction » ayant accompagné le projet. Un calendrier fixe même pour 2021 la mise en service de la centrale. « Avec GEG ENeR comme partenaire, c’est l’assurance de réaliser de véritables projets de territoire », revendique encore le site… développé par GEG ENeR.

 

 

GEG accusée d’“habiller de vert” des projets désastreux

 

L’Adeo et la FNE Isère (France nature environnement, ex-Frapna) ne partagent bien sûr pas cette opinion. Pour les habitants de la région comme l’association écologiste, la production prévue de la microcentrale ne suffit pas à justifier sa construction. Et ceci encore plus « au sein d’une zone d’intérêt communautaire identifiée par la Directive européenne Habitats, et au niveau national comme une zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique ».

 

La FNE Isère appelle à un rassemblement jeudi 26 septembre devant GEG de Grenoble pour dénoncer un projet de microcentrale dans la vallée du Rif Garcin.La Basse Montagne, où doit être réalisée la prise d'eau de la microcentrale. © Adeo - Facebook

La Basse Montagne, où doit être réalisée la prise d’eau de la microcentrale. © Adeo – Facebook

 

Ainsi, selon la FNE Isère, la réalisation de la microcentrale aurait pour conséquence « [d’éventrer] deux habitats naturels reconnus comme prioritaires pour le site Natura 2000 [réseau patrimonial écologique de l’UE, ndlr] dont le document d’objectif indique “qu’il ne doit y être réalisé aucuns travaux” ! » De plus, la microcentrale nuirait à la population en danger de Tétras Lyre, en empiétant sur la zone de reproduction de l’oiseau.

 

Et la FNE de saluer les résultats de la pétition de l’Adéo qui, le mercredi 25 septembre en fin d’après-midi, frôle les 1 800 signatures. Sévère, l’association accuse GEG d’utiliser « la sensibilité grandissante des citoyens à l’écologie (…) pour “habiller de vert” des projets désastreux pour la nature et l’environnement ». De quoi faire siffler les oreilles d’une société qui, entre solaire, éolien ou biométhane, se targue d’être en pointe sur les énergies vertes.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2611 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Que GeG reste à Grenoble, Piolle encourage à travers ce type d’initiatives la destruction des sites naturels pour son entreprise grenobloise super capitalistique désormais

    sep article