La voie réservée au covoiturage sur l’A48 prête pour l’été 2020 : les contreparties à l’élargissement de l’A480 en bonne voie ?

sep article



 

EN BREF – La voie dédiée au covoiturage sur l’A48 au nord de l’agglomération grenobloise sera mise en place l’été prochain. C’est ce qu’a confirmé le secrétaire d’État chargé des Transports en marge du vote de la loi sur les mobilités. Une nouvelle contrepartie à l’élargissement de l’A480, en attendant une potentielle voie dédiée aux transports publics au sud de l’agglomération.

 

 

La voie réservée au co-voiturage est une des contreparties de l'élargissement de l'A480 © Manu PavardContrepartie à l'élargissement de l'A480 dans la traversée de Grenoble, une voie réservée au covoiturage sera mise en place à l'été 2020 en amont.L'A480 est bouchée à plusieurs heures de la journée.

La voie réser­vée au co-voi­tu­rage est une des contre­par­ties de l’é­lar­gis­se­ment de l’A480 © Manu Pavard

Le vote de la loi sur les mobi­li­tés a confirmé la mise en place d’une voie réser­vée au covoi­tu­rage au nord de Grenoble. C’était une des contre­par­ties à l’é­lar­gis­se­ment de l’A480. Prévue sur huit kilo­mètres, elle ira de la gare de péage de Voreppe jus­qu’à la jonc­tion avec l’A480. Soit jus­qu’à la tra­ver­sée pro­pre­ment dite de la ville de Grenoble.

 

C’est donc acté comme l’a fait savoir le secré­taire d’État chargé des trans­ports Jean-Baptiste Djebbari. La voie réser­vée au covoi­tu­rage devrait être opé­ra­tion­nelle l’été 2020.

 

Une confir­ma­tion qui réjouit tout le monde. La dépu­tée de l’Isère Émilie Chalas, le pré­sident de la Métropole Christophe Ferrari, comme le maire de Grenoble Eric Piolle. Après la limi­ta­tion de la vitesse à 70 km/h, mais sur un peu moins de la moi­tié du tron­çon concerné par l’é­lar­gis­se­ment, c’est une « contre­par­tie » de plus obte­nue.

 

 

Quels moyens de contrôle ?

 

Reste à connaître les détails de sa mise en œuvre. Quelle voie sera dédiée au covoi­tu­rage alors que celle de droite, réser­vée pour l’heure aux véhi­cules « prio­ri­taires », reste et c’est un euphé­misme par­ti­cu­liè­re­ment fluide ? Quels seront sur­tout les moyens de contrôle déployés pour la faire res­pec­ter ?

 

Chantier de l'A480 à Grenoble, le 17 juin 2019. © Nina Soudre - Placegrenet.fr

Chantier de l’A480 à Grenoble, le 17 juin 2019. © Nina Soudre – Placegrenet.fr

 

L’objectif est bien de s’at­te­ler à lever les sem­pi­ter­nels bou­chons… au nord de l’ag­glo­mé­ra­tion. Reste qu’au sud de Grenoble, le schéma est peu ou prou le même. De ce côté-ci, les auto­mo­bi­listes devront patien­ter encore un peu, même si la ministre des Transports a confirmé à Eric Piolle le lan­ce­ment d’é­tudes pour la mise en place d’une voie réser­vée aux trans­ports col­lec­tifs.

 

Un pas de plus pour le maire de Grenoble, qui dit éga­le­ment avoir obtenu d’Area 50 000 plan­ta­tions sup­plé­men­taires le long de l’A480, sans plus de pré­ci­sions… Mais un pas insuf­fi­sant aux yeux de l’é­dile éco­lo­giste qui, dans sa pro­fes­sion de foi en 2014, avait fait du non à l’é­lar­gis­se­ment un des thèmes de sa cam­pagne. Avant de fina­le­ment se plier à une poli­tique de com­pro­mis faite « de petits pas ».

 

Le mur de protection le long du quartier Berriat en attente

 

Les petits pas ? « Nous atten­dons tou­jours que l’État et Area acceptent de mettre en place un mur de pro­tec­tion le long du quar­tier Berriat, que les tra­ver­sées cycles soit amé­lio­rées, que le tra­vail sur l’insertion pay­sa­gère soit appro­fondi et qu’un obser­va­toire de suivi du pro­jet soit mise en place avec des asso­cia­tions et des citoyens », sou­ligne Eric Piolle dans un com­mu­ni­qué.

 

Le 18 juin 2018, l’u­nion de quar­tier Berriat-Saint-Bruno-Europole s’é­tait éton­née dans un cour­rier adressé au maire de Grenoble, mais aussi à Area et au pré­fet de l’Isère, que sa demande ait été mise de côté. Et avait réclamé que le maire inter­vienne pour exi­ger la créa­tion d’un mur anti-bruit du pont de Vercors jus­qu’au pont de Catane.

 

PC

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
6156 visites | 19 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 19
  1. Ceci démontre l’o­pa­cité des cri­tères, ainsi qu’é­vo­qué dans l’ar­ticle du Monde cité par JMB.

    sep article
  2. Oui le vélo c’est bien quand c’est fait intel­li­gem­ment, avec des auto­routes à vélos en cou­ronne autour du centre-ville. Comme à Strasbourg ou Bordeaux qui se main­tiennent tout en haut du clas­se­ment de Copenhague des meilleures villes cyclables. L’édition 2019 vient de sor­tir.
    https://copenhagenizeindex.eu/the-index
    Malgré les for­tunes dépen­sées pour CVCM et Chronovélo, Grenoble n’y figure tou­jours pas ! Et Nantes n’y est plus, ce qui confirme que le modèle des auto­routes à vélos en centre-ville ne fonc­tionne pas.

    sep article
    • sep article
      • Strasbourg métro­pole compte 494 000 habi­tants, bien en des­sous donc des 600 000 habi­tants, et presque comme Grenoble qui est à 452 000.

        sep article
    • Ha, l’in­dex Copenhaguenize. Tenez, un peu de lec­ture par ici : https://www.lemonde.fr/blog/transports/2017/06/16/copenhagenize-palmares-controverse/
      Ceci dit, dans cet index, on trouve Copenhague en pre­mier. C’est bien comme ville même si je lui trouve un carac­tère moto­risé encore très lar­ge­ment domi­nant par rap­port à Amsterdam ou Utrecht. Donc, vous connais­sez sûre­ment Copenhague avec cet axe cyclable lourd sur Gothersgade qui débouche direc­te­ment sur Nyhavn, vous savez, LE truc à visi­ter, en plein centre du centre de la ville ? Et vous savez quoi aussi, ce n’est pas le seul. Il y a aussi un axe mons­trueux sur le bou­le­vard Andersen qui coupe de part en part le centre de Copenhague. Et il y a plein de cyclistes sur ces amé­na­ge­ments, dingues non ? Il faut recon­naître que les Danois sont moins har­gneux que part ici quand ils sont au volant de leur voi­ture.

      Pour en reve­nir à votre insi­nua­tion sur le réseau cyclable gre­no­blois, je par­tage votre avis qu’il aurait été plus intel­li­gent de faire des pistes cyclables sépa­rées phy­si­que­ment du tra­fic moto­risé et du trot­toir au lieu de faire une bidi­rec­tion­nelle (c’est peut-être cela que vous vou­liez dire ?). Mais cela aurait néces­sité de virer le sta­tion­ne­ment de voi­rie. Une chose que des per­sonnes de votre genre aurait qua­li­fié d’hé­ré­tique j’i­ma­gine. Et pour­tant, pour qu’une alter­na­tive cré­dible au dépla­ce­ment moto­risé émerge, il faut d’a­bord virer le maxi­mum de voi­tures en cir­cu­la­tion et en sta­tion­ne­ment, dimi­nuer les vitesses de pointe, avoir un réseau cyclable continu et sécu­risé prin­ci­pa­le­ment aux car­re­fours (prin­cipe “vision zero” ou “safe sys­tem approach”). Sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, on est au milieu du gué : encore trop de bagnoles et trop rapides et plein de trous dans les amé­na­ge­ments cyclables pour les rendre sécu­ri­sés pour toutes et tous. Pour rebon­dir sur l’ar­ticle, l’é­lar­gis­se­ment de l’A480 avec sa voie de covoi­tu­rage drai­nera tout ce tra­fic dixit ses pro­mo­teurs et sup­por­ters et per­met­tra de rendre les centres des villes de l’ag­glo joux­tant cette auto­route aux modes actifs.

      Dernier point : vous connais­sez le mon­tant investi dans CVCM et le réseau Chronovélo par rap­port aux mon­tants inves­tis dans les autres pro­jets rou­tiers de l’ag­glo (même sans par­ler de l’A480 ou du Rondeau) ?
      Un indice : le réseau Chronovélo, c’est 10 mil­lions d’eu­ros sur 5/6 ans envi­ron. Le pont Bergonzoli à St-Martin-le-Vinoux pour res­tau­rer la cir­cu­la­tion moto­ri­sée, c’est 6,5 mil­lions d’eu­ros. La réfec­tion du pont Potié à St-Martin d’Hères pour assu­rer la cir­cu­la­tion moto­risé, c’est 2 mil­lions d’eu­ros. Les for­tunes, s’il y a, ne sont pas englou­ties dans les amé­na­ge­ments pour les modes actifs mais bien dans le tout-rou­tier.
      A force de voir la paille dans l’oeil de son voi­sin, on en oublie la poutre qu’on a dans le sien.

      sep article
  3. Cher Amigo, vous n’a­vez pas répondu au fait qu’é­lar­gir les auto­routes ne règle abso­lu­ment rien sur le moyen et long terme m, et qu’une par­tie de la popu­la­tion, dont je fais par­tie, vit à l’ex­té­rieur de la ville, sans conce­voir les dépla­ce­ments par le seul prisme de la voi­ture indi­vi­duelle.

    sep article
    • Cher Gilce, vous mélan­gez les sujets.
      (1) élar­gir les auto­routes c’est une bonne idée, mais il faut sta­bi­li­ser la popu­la­tion de Grenoble et de la métro­pole, sinon effec­ti­ve­ment ça ne ser­vira à rien.
      (2) moi aussi je fais par­tie de ceux qui vivent à l’ex­té­rieure de la ville. Professionnellement, c’est impos­sible pour moi d’u­ti­li­ser le trans­port autre que la voi­ture – mon temps coûte trop cher. Je m’ex­cuse pas, je constate la réa­lité. Pour rap­pel, 54% de ceux qui tra­vaillent à Grenoble, ne vivent pas en ville. La ville de Grenoble pour­rait bien sûr inter­dire à ces per­sonnes de venir au bou­lot en voi­ture, mais ça serait la fin de l’in­dus­trie et com­merce à Grenoble 🙂
      (3) Utiliser le vélo pour aller au tra­vail c’est pas une puni­tion, c’est un pri­vi­lège. Par contre, compte tenu les contraintes géo­gra­phiques, ça sera jamais une option pour la plu­part des gens qui habitent dehors de Grenoble

      bonne jour­née

      sep article
      • @Amigo
        Bonjour Amigo,
        1) contrai­re­ment à ce que vous affir­mer, il n’est pas ques­tion ici de « mélan­ger les sujets » mais de les trai­ter glo­ba­le­ment, car la pro­blé­ma­tique des dépla­ce­ments est glo­bale.
        2) Quand on parle de prendre des moyens de trans­ports alter­na­tifs comme les TC et le vélo, heu­reu­se­ment que j’ai indi­qué « ceux qui le peuvent rai­son­na­ble­ment »…
        3) Il faut sor­tir du cli­ché « voi­ture = rapi­dité » car c’est loin d’être une réa­lité. Personnellement je mets seule­ment 15 minutes à vélo pour tra­ver­ser Grenoble avant de récu­pé­rer ma voi­ture ou mon bus.
        4) Utiliser le vélo pour aller au tra­vail n’est pas seule­ment un pri­vi­lège, mais peut aussi être vu comme un choix et beau­coup plus de monde que vous ne le croyez serait prêt à fran­chir le pas.
        5) Un jour de grève des trans­ports en com­mun comme aujourd’­hui, j’ai clai­re­ment vu la dif­fé­rence en termes d’ac­crois­se­ment du tra­fic et des bou­chons sur l’A480 et dans Grenoble. Un élé­ment de plus qui prouve l’im­por­tance de favo­ri­ser tous les moyens de dépla­ce­ments alter­na­tifs à la voi­ture indi­vi­duelle.
        Cordialement,

        sep article
        • « Il faut sor­tir du cli­ché « voi­ture = rapi­dité » car c’est loin d’être une réa­lité. »
          — —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  — —
          soit vous êtes vrai­ment con, soit vous ne lisez même pas ce qu’on vous dit.
          Ca me prends 1:10′ pour aller au bou­lot en vélo et 1:50′ pour ren­trer (et je roule vrai­ment VITE). En hiver c’est tota­le­ment impos­sible. En été je le fais pour plai­sir, mais 1 fois par semaine et pas plus, car c’est TRES chro­no­phage. En voi­ture (4×4) mon tra­jet prends 25 – 30 min, en été comme en hiver. Donc, arrê­tez vos conne­ries et lais­sez nous tra­vailler, gagner notre vie, payer nos impôts etc. Vive la voi­ture, car notre mode de vie en depends. Et n’es­sayez pas de me mena­cer : je suis un pro­fes­sion­nel ; si Grenoble m’emmerde, je par­ti­rai sans regret e sans hési­ta­tion 🙂
          Je crée du bou­lot, je ne le cherche pas.

          sep article
          • Mais quelle vul­ga­rité !
            Vous chois­si­sez sciem­ment (c’est vous qui l’a­vez écrit) un lieu d’ha­bi­ta­tion qui vous impose des contraintes de dépla­ce­ments qui ne vous laisse le choix que la voi­ture, vous faites du tran­sit dans Grenoble (c’est encore vous qui l’é­cri­vez) avec un 4×4 (tou­jours vous qui l’af­fir­mez) qui pol­lue sur tous les plans et vous la rame­nez encore en cri­ti­quant ceux qui vou­draient tout sim­ple­ment vivre en bonne santé sans se faire embê­ter par une mul­ti­tude de petites per­sonnes égoïstes comme vous. C’est le monde à l’en­vers ! Et en plus, vous pre­nez votre cas à la marge comme le fait d’une majo­rité. Mais vous ne pigez abso­lu­ment rien de rien : il est impos­sible phy­si­que­ment de trans­por­ter tout le monde en voi­ture comme a tenté de vous l’ex­pli­quer Gilce.

            Mais puisque vous le pro­po­sez, je vous sug­gère de vous bar­rer tout de suite avec votre petite entre­prise de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Vous vous croyez le centre du monde parce que vous êtes entre­pre­neur au volant d’un 4×4, que vous gagnez votre vie, que vous payez vos impôts. En aucune façon cela ne vous donne des droits sur les autres ! Alors ouste, du balai et sur­tout, n’hé­si­tez pas un ins­tant ! On vous en remer­ciera, on trou­vera tou­jours faci­le­ment un pro pour rem­pla­cer votre départ (peut-être moins obtus, plus lucide sur ces dépla­ce­ments et avec un égo moins déme­suré) et sur­tout, on ne vous regret­tera aucu­ne­ment !
            Bon vent !

            sep article
  4. Et revoilà les pleu­reuses qui reviennent. « Ouin, ouin, on n’aura pas les 6 voies de cir­cu­la­tion de l’A480 pour nous tous seuls ! Il fau­dra par­ta­ger avec des gens qui sont plus intel­li­gents que nous et qui se mettent à plus d’une per­sonne dans une voi­ture. Rhooo, la vie est vrai­ment trop injuste ! »
    Mais les cali­mé­ros, essayez de lâcher votre voi­ture pour ceux qui peuvent (je n’ai pas écrit tous) ! Agrandir les auto­routes et routes ne sert à rien : il y aura tou­jours des débiles égoïstes comme ceux qui tra­versent Grenoble en tran­sit en 4×4 pour venir occu­per la place libé­rée par l’é­lar­gis­se­ment et hop, retour à la case départ avec 300 mil­lions d’eu­ros en moins. Et on fait quoi après ? 2×4 voies, 2×5 voies, 2×13 voies comme la Katy Freeway à Houston ?

    Et dans votre petit confort d’1,5 tonnes pour dépla­cer 80 kg de viande sur quelques kilo­mètres, essayez de pen­ser (aïe, ça va être dur pour cer­tains) aux rive­rains de ces axes rou­tiers qui subissent toutes les nui­sances de ce tra­fic moto­risé, de ces gosses qui déve­lop­pe­ment des insuf­fi­sances res­pi­ra­toires ou font des crises d’asthme en mon­tant 4 étages à pied. Tout ça pour vous faire gagner quelques minutes sur 7 kilo­mètres ?

    sep article
  5. Grenoble était la 10ème ville la plus embou­teillée de France en 2016. Le temps perdu dans les embou­teillages était alors de 23,6 mn par jour.
    https://www.sudouest.fr/2017/02/20/bordeaux-troisieme-ville-de-france-la-plus-embouteillee-en-2016 – 3213964-2780.php
    Depuis, CVCM étant passé par là, Grenoble est deve­nue n°4 (jour­nal Les Affiches du 6 sep­tembre), avec un temps de 39 mn par jour ! C’est +65% d’aug­men­ta­tion en moins de 3 ans ! C’est au même niveau que Paris (41 mn) ou Marseille (40 mn) !
    A ce rythme et au vu des déci­sions du pou­voir en place, il est très pos­sible que Grenoble détrône Paris ou Marseille en 2020. Un autre trône est la pra­tique de la poli­tique de l’au­truche par nos élus, à moins que nous soyons l’u­nique ville de France où plus d’embouteillages ne pol­lue pas ???

    sep article
    • Et les tra­vaux de l’A480 (et ceux « pré­pa­ra­toires » en 2017/2018) ne génèrent pas de bou­chons non plus par report d’une par­tie du tra­fic moto­risé dans les centre-villes ? Bien sûr que non !!! Et vos pro­po­si­tions pour amé­lio­rer le bazar, elles sont où ? Ce n’est pas faute de vous les deman­der, hein ?

      Pfff, 13 minutes de perdu par jour… Tout ça parce que vous êtes le pro­blème : les bou­chons, ce sont vos voi­tures qui les créent ! On vous le rap­pelle, mais une voi­ture, c’est 10 m² au sol à l’ar­rêt, 20/25 m² en sta­tion­ne­ment, plus de 100 m² en rou­lant en ville, rejets de CO2/NO/PM à la pelle, bruit, insé­cu­rité rou­tière, impacts sani­taires. Et vous vou­lez qu’on pleure sur vos 13 mn de perdu par jour ? Soyons sérieux… Mais pour ceux qui peuvent, tirez-vous de votre caisse, pla­quez-là, uti­li­sez un autre moyen de trans­port mais arrê­tez de nous seri­ner avec vos com­por­te­ments égoïstes quand les impacts du tra­fic moto­risé sont aussi dra­ma­tiques sur l’en­semble de la col­lec­ti­vité ! Vous avez choisi un mode de trans­port avec des contraintes, il faut assu­mer !

      Au pas­sage, pen­dant que cer­tains passent 39 mn coin­cés dans leur propre bou­chon avec leurs congé­nères moto­ri­sés, un cycliste par­court plus de 10 bornes. Et sans for­cer haha­ha­haha.

      sep article
  6. Chers Pierre Isère, Amigo : toutes les villes connaissent ce phé­no­mène de conges­tion rou­tière. Mais toutes les villes n’ont pas E. Piolle comme maire – vous allez me dire : « heu­reu­se­ment » ! Cela signi­fie que les rai­sons de la conges­tion sont autres et tiennent notam­ment au sur­plus de véhi­cules moto­ri­sés conju­gué à l’é­ta­le­ment urbain, bien au delà de l’aire élec­to­rale des « pas­tèques » que vous citez. Ainsi, je ne savais pas que le voi­ron­nais était gou­verné par une pas­tèque ! Aussi, un cer­tain nombre de métro­poles d’en­ver­gure natio­nale et inter­na­tio­nale, en France et ailleurs, pos­sèdent des auto­routes à 4, 6, 8, 10 voies : et cela ne règle RIEN, en plus d’ag­gra­ver la pol­lu­tion ! Sur l’aire urbaine gre­no­bloise, des solu­tions ont été mises en places et des inves­tis­se­ments impor­tants sont effec­tués dans les alter­na­tives à la voi­ture indi­vi­duelle, même si tout n’est pas par­fait (mais la voi­ture, elle, est-elle par­faite?): TER, VRTC, Transisère, covoi­tu­rage, vélo, etc : il revient à une cer­tain nombre d’au­to­mo­bi­listes (ce qui le peuvent, de manière rai­son­nable – je devance vos argu­ments) de faire pré­va­loir civisme et inté­rêt com­mun sur la « liberté indi­vi­duelle » en les uti­li­sant, d’au­tant plus qu’ils ne sont pas dénués d’a­van­tages. Si vous vou­lez vrai­ment des auto­routes à 6 voies, je suis cer­tain que vous avez de la place devant chez vous pour les faire pas­ser, vous allez voir, c’est très amu­sant !

    sep article
    • non, cher Monsieur, il n’y aura pas d’au­to­route devant ma mai­son pour des rai­sons pure­ment géo­lo­giques et géo­gra­phiques. Et vous savez pour­quoi ? Parce que la qua­lité de vie, c’est un para­mètre socio-éco­no­mique. J’étais jeune et pauvre, je vivais en centre ville pourri, tout comme celui de Grenoble. Je ne suis plus jeune et pas tout à fait pauvre, je peux me per­mettre de vivre dans un endroit où il n’y a pas d’au­to­route et de délin­quants, si chers à la pas­tèque Piolle. La vie est comme ça, elle est juste, n’en déplaise aux pas­tèques et assi­mi­lés 🙂

      Et pour reve­nir à la cir­cu­la­tion – la res­pon­sa­bi­lité repose sur ceux (Destot-les verts) qui ont mené une poli­tique urba­niste catas­tro­phique. Je com­prends bien sur leurs impé­ra­tifs clien­té­listes : plus d’HLM, plus d’é­lec­teurs de gauche. Ce qu’il faut faire à Grenoble aujourd’­hui c’est le contraire – intro­duire l’EMBARGO total sur les nou­velles construc­tions. Un bâti­ment construit = un bâti­ment démoli. Augmenter la taxe fon­cière. Comme ça on peut réduire la popu­la­tion de Grenoble, voire amé­lio­rer sa qua­lité.

      sep article
      • Et c’est vous qui dans un autre fil vous van­tiez de venir tra­ver­ser le centre-ville de Grenoble avec votre 4×4… Et après, vous venez encore pleu­rer ? Mais les bou­chons, c’est VOUS avec vos voi­tures ! Il ne faut pas avoir le QI d’une moule pour s’en rendre compte !

        sep article
  7. Le pro­blème des embou­teillages de Grenoble vient de deux choses : (1) l’interdiction débile de cir­cu­la­tion aux poids lourds le Dimanche. Par consé­quent, ils partent du Nord Lundi matin et arrivent en masse au niveau de Grenoble matin. (2) l’explosion de la popu­la­tion dans le bas­sin gre­no­blois, consé­quence de la poli­tique urba­nis­tique de Destot ‑pas­tèques depuis plus de 10 ans.
    Aujourd’hui, les mêmes per­sonnes qui ont créé cette situa­tion catas­tro­phique osent de nous pro­po­ser leurs « solu­tions ». Merci, non, le balais arrive bien­tôt

    sep article
  8. Totalement débile à l’i­mage du dog­ma­tisme cré­tin et aveugle d’Eric Piolle.

    Voie de gauche de plus.

    Elargir l”#A48 #A480 afin de flui­di­fier la cir­cu­la­tion et embou­teillages monstres ainsi que faire bais­ser la pol­lu­tion pour fina­le­ment neu­tra­li­ser une voie sur 8km ?

     Merci à #Eric Piolle donc et ses alliés du #Smtc #Yann Mongaburu et autres de sa majo­rité a la Métropole, #Christophe Ferrari en tête.

    Ils ont bien tra­vaillé et obtenu ce qu’ils vou­laient afin de tou­jours plus nous pour­rir la vie. D’ailleurs des ver­rous a 2 voies sont conser­vés sous leur pres­sion afin que les embou­teillages soient iden­tiques et qu’ils puissent fan­fa­ron­ner en nous expli­quant qu’e­lar­gir ne ser­vait à rien.

    Quand à Emilie Chalas a t‑elle une once de bon sens ?

    Et  #Jean-Baptiste Djebbari de LREM qui pense faire le malin alors qu’il ne connait pas Grenoble et son agglo­mé­ra­tion.

    https://www.editions-rgra.com/revue/962/nouvelles-mobilites/voie-reservee-au-covoiturage-sur-8-km

    sep article
  9. Bonsoir

    Deux choses. La pre­mière n’a rien à voir avec la voie de covoi­tu­rage mais avec les tra­vaux. Il semble que lors des tra­vaux des ouvriers ont été malades et que la base de vie a du être dépla­cée. Un article la des­sus serait bien­venu … je me trompe peut-être mais je.n’ai rien vu pas­ser et pour­tant de nom­breux articles portent sur cet élar­gis­se­ment.

    La deuxième le covoi­tu­rage ne réduit pas for­cé­ment beau­coup le tra­fic induit. Une récente étude de cher­cheurs le montre. Il serait bien d’a­voir une approche scien­ti­fique du pro­blème et de faire un article en ce sens.
    Le lien vers cette étude

    Substantial rebound effects in urban ride­sha­ring : Simulating tra­vel deci­sions in Paris, France – ScienceDirect
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1361920918303201?via%3Dihub

    sep article