Plusieurs étudiants toujours en attente d’inscription à l’Université Grenoble Alpes

sep article



 

EN BREF – À quelques jours du début des cours, plusieurs étudiants ne savent toujours pas s’ils pourront commencer leur année à l’Université Grenoble Alpes (UGA). Leur demande d’inscription ayant été refusée, ils ont fait appel aux syndicats qui ont organisé un rassemblement ce jeudi 12 septembre devant la présidence de l’université.

 

 

Ils étaient cen­sés faire la fête avec l’é­vè­ne­ment de ren­trée « UGA c’est party ». Pourtant une tren­taine d’é­tu­diants ont pré­féré se ras­sem­bler ce jeudi à 13 heures, à l’ap­pel de plu­sieurs syn­di­cats (Unef Grenoble, CNT Campus 38 et Solidaires Étudiants Grenoble). Motif de leur mobi­li­sa­tion : plu­sieurs étu­diants attendent tou­jours d’être offi­ciel­le­ment ins­crits.

 

Une trentaine d'étudiants et de militants syndicaux manifestent pour l'inscription de tous les étudiants. Crédit photo : Thomas Courtade

Une tren­taine d’é­tu­diants et de mili­tants syn­di­caux ont mani­festé pour l’ins­crip­tion de tous les étu­diants. © Thomas Courtade – placegrenet.fr

 

Depuis le mois de juin, les syn­di­cats ont en effet recensé une ving­taine d’é­tu­diants dont le dos­sier d’ins­crip­tion a été refusé. À l’heure actuelle, « cinq étu­diants ont pu s’ins­crire », affirme Camille, repré­sen­tant syn­di­cal de l’Unef Grenoble. Neuf autres cas posent encore pro­blème.

 

 

L’UGA s’engage à examiner les cas en question

 

Camille, étudiant et représentant du syndicat UNEF à l'université Grenoble Alpes. Crédit photo : Thomas Courtade

Camille, étu­diant et repré­sen­tant du syn­di­cat Unef à l’u­ni­ver­sité Grenoble Alpes. © Thomas Courtade – placegrenet.fr

C’était d’ailleurs l’ob­jet de la réunion qui s’est tenue dans la mati­née, ce jeudi. Joris Benelle, direc­teur géné­ral des ser­vices de l’UGA, et Jean-François Redon, direc­teur géné­ral délé­gué à la for­ma­tion, ont en effet reçu des repré­sen­tants syn­di­caux.

 

La direc­tion de l’u­ni­ver­sité s’est même enga­gée à exa­mi­ner la situa­tion des étu­diants non ins­crits. « Une avan­cée » pour Camille, mais cela arrive « très tar­di­ve­ment, à quelques jours de la reprise des cours », déplore-t-il. Car la direc­tion « avait refusé », rap­pelle-t-il, cette même demande d’exa­men en juillet der­nier.

 

 

Sélection en mas­ter

 

De son côté, la direc­tion de l’u­ni­ver­sité évoque, via son ser­vice de com­mu­ni­ca­tion, des « pro­cé­dures spé­ci­fiques ». Et pré­cise que ces étu­diants ne sont pas des « pre­mière année ». La plu­part des cas concer­ne­raient en réa­lité des « étu­diants étran­gers qui ne rem­plis­saient pas les condi­tions d’ad­mis­sion ».

 

Certains étu­diants sont en effet titu­laires de diplômes étran­gers « qui n’ont pas for­cé­ment d’é­qui­valent » en France. Car, désor­mais, l’ins­crip­tion en mas­ter « n’est plus auto­ma­tique ». Le repré­sen­tant syn­di­cal de l’Unef ren­ché­rit : « Depuis 2017, une loi auto­rise la sélec­tion en mas­ter ». Certains se sont donc vu refu­ser leur entrée dans le mas­ter, « même en ayant validé une licence de même men­tion ».

 

 

Des responsabilités partagées

 

Inscription : Le bâtiment de la présidence de l'université, sur la campus de Grenoble. © Léa Raymond - placegrenet.fr

Le bâti­ment de la pré­si­dence de l’u­ni­ver­sité, sur la cam­pus de Grenoble. © Léa Raymond – placegrenet.f

Plusieurs autres dif­fi­cul­tés viennent s’a­jou­ter. Camille pointe du doigt les « coupes bud­gé­taires ». Pour lui, le manque de moyens, et donc de places, est même la cause prin­ci­pale du pro­blème.

 

Pourtant le code de l’é­du­ca­tion « confère au pré­sident d’u­ni­ver­sité le pou­voir d’ins­crire un étu­diant », rap­pelle Camille. Ce qui lui fait dire « qu’il [le pré­sident, ndlr] se défausse quand même de ses res­pon­sa­bi­li­tés ».

 

Toutefois, il admet que la pré­si­dence de l’UGA « n’est pas la seule res­pon­sable ». Le cadre légal étant « contrai­gnant », en plus du manque de moyens. De plus, la direc­tion de l’u­ni­ver­sité s’est, selon lui, mon­trée déter­mi­née à faire son pos­sible pour ins­crire les étu­diants. Le sort des neuf étu­diants sera donc pro­chai­ne­ment débattu. Des com­mis­sions vont se réunir, pro­ba­ble­ment dans la semaine qui vient. Un ren­dez-vous est d’ores et déjà prévu mer­credi pro­chain entre la pré­si­dence et les syn­di­cats pour faire le point sur la situa­tion.

 

Thomas Courtade

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3195 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.