Les courses sont chaque année un succès. Les participants découvrent le campus et obtiennent un T-shirt gratuit au couleur de l'événement "UGA c'est party".

Université Grenoble Alpes : la nouvelle année « c’est party » ou c’est mal parti ?

Université Grenoble Alpes : la nouvelle année « c’est party » ou c’est mal parti ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

REPORTAGE – La nouvelle année scolaire est officiellement lancée sur le campus de Saint-Martin-d’Hères. Des milliers d’étudiants se sont retrouvés jeudi 12 septembre pour la quatrième édition d” « UGA c’est party ! » Au programme : jeux, sports, concerts… Une fête à laquelle n’ont pas souhaité se joindre certains étudiants, très critiques envers la politique de l’université grenobloise.

 

 

Jeudi 12 septembre, l'événement UGA c'est party ! a rassemblé des milliers d'étudiants. Cependant, certains n'ont pas souhaité se mêler à la fête…Les courses sont chaque année un succès. Les participants découvrent le campus et obtiennent un T-shirt gratuit au couleur de l'événement.

Les courses sont chaque année un suc­cès. Les par­ti­ci­pants découvrent le cam­pus et obtiennent un T‑shirt gra­tuit au cou­leur de l’é­vé­ne­ment. © Jules Peyron – Place Gre’net

Le désor­mais tra­di­tion­nel ren­dez-vous « UGA c’est party ! » se tenait sur le cam­pus, ce jeudi 12 sep­tembre. Depuis sa nais­sance il y a quatre ans, l’Université Grenoble Alpes (UGA) orga­nise en effet une jour­née entière de fête pour ses 48 000 étu­diants. « Le but c’est que les gens se ren­contrent, notam­ment les 9 000 nou­veaux arri­vants », explique Joris Benelle, direc­teur géné­ral des ser­vices à l’université.

 

Durant toute l’a­près-midi, des mil­liers d’é­tu­diants se pressent ainsi sur la place cen­trale du cam­pus pour par­ti­ci­per aux nom­breuses acti­vi­tés. Ils testent des sports, prennent place dans un baby-foot géant, font du saut à l’élastique… Mais l’é­vé­ne­ment est vic­time de son suc­cès. Il faut par­fois faire plus d’une demi-heure de queue avant de se prê­ter au jeu.

 

 

De l’argent gaspillé ?

 

Jeudi 12 septembre, l'événement "UGA c'est party !" a rassemblé des milliers d'étudiants. Cependant, certains n'ont pas souhaité se mêler à la fête…Pour pouvoir profiter des nombreuses activités sur la place centrale du campus, il fallait s'armer de patience. "UGA c'est party" a été victime de son succès.

Pour pou­voir pro­fi­ter des nom­breuses acti­vi­tés sur la place cen­trale du cam­pus, il fal­lait s’ar­mer de patience. © Jules Peyron – Place Gre’net

« On attend entre 12 000 et 15 000 per­sonnes », lance un Joris Benelle tout sou­rire, ven­tant les qua­li­tés d’un évé­ne­ment « qui fait l’u­na­ni­mité ».

 

Vraiment ? À 300 mètres de la place cen­trale, devant la BU droit lettres, on trouve des étu­diants moins enthou­siastes. « UGA c’est mal parti », peut-on ainsi lire sur l’une de leurs banderoles.

 

« C’est le bud­get dédié à la CVEC [contri­bu­tion de vie étu­diante et de cam­pus de 91 euros, que chaque étu­diant doit payer à chaque ren­trée depuis 2018, ndlr] qui sert à finan­cer cet évé­ne­ment », déplore Kim, ancien étu­diant de l’Université.

 

Sur la ques­tion du coût, Joris Benelle se veut ras­su­rant : « Pour un évé­ne­ment comme celui-là, nous sommes aux alen­tours des 50 000 euros, finan­cés presque exclu­si­ve­ment grâce au mécé­nat. » Pas de quoi faire chan­ger Kim d’a­vis : « Les mécènes pour­raient mettre leur argent autre part. 50 000 euros, ça fait beau­coup de cafés gra­tuits pour les étudiants… »

 

Du côté de l'événement "UGA c'est mal parti", on cuisine, on discute et on critique la politique de l'université.

Du côté de l’é­vé­ne­ment « UGA c’est mal parti », on cui­sine, on dis­cute et on cri­tique la poli­tique de l’université.

 

 

Les partenaires en renfort d’UGA c’est party !

 

Les par­te­naires de l’é­vé­ne­ment sont, il est vrai, nom­breux. On y trouve des acteurs pri­vés comme Orange, le Crédit agri­cole Sud Rhône-Alpes, la Mutuelle géné­rale de l’Éducation natio­nale (MGEN), mais aussi des col­lec­ti­vi­tés publiques, comme la Région ou le Département.

 

« Des par­te­naires qui n’ont rien à faire à l’u­ni­ver­sité », tranche Kim, tout en cui­si­nant des gnoc­chis. La cui­sine, c’est le cœur du petit évé­ne­ment « UGA c’est mal parti ». Elle marque aussi le lan­ce­ment d’une nou­velle année pour la Tambrouille, can­tine végan à prix libre créée en 2016 à Saint-Martin-d’Hères. « Un pro­jet qui est cohé­rent avec notre logique de réap­pro­pria­tion de l’es­pace sur le cam­pus, à l’en­contre de la logique néo­li­bé­rale de pri­va­ti­sa­tion que mène l’u­ni­ver­sité », ana­lyse Salomé, étu­diante à Science-Po.

 

Du côté de l'événement "UGA c'est mal parti", on cuisine, on discute et on critique la politique de l'université.

Du côté de l’é­vé­ne­ment « UGA c’est mal parti », on cui­sine, on dis­cute et on cri­tique la poli­tique de l’u­ni­ver­sité. © Jules Peyron – Place Gre’net

À côté des mar­mites de la Tambrouille, les Gilets jaunes sont aussi venus tenir un petit stand. Ici, pas de saut à l’élastique. Quelques dizaines de per­sonnes gra­vitent autour de ce contre-évé­ne­ment, bien loin des mil­liers d’é­tu­diants que brasse « UGA c’est party ! », à proximité.

 

 

L’année commence en musique

 

Le groupe pop Papooz a fait le show et le public grenoblois n'a pas oublié de se déhancher.

Le groupe pop Papooz s’est pro­duit lors de la soi­rée. © Jules Peyron – Place Gre’net

Le soleil décline et les concerts peuvent com­men­cer. Devant la biblio­thèque uni­ver­si­taire, du rap avec une sono pour les dis­si­dents, mais sans scène. Ce n’est pas d’ici que résonne la musique qu’on entend sur tout le cam­pus mais bien de la grande scène de « UGA c’est party ! » qui a mis les petits plats dans les grands avec quatre concerts.

 

Les artistes s’y enchaî­ne­ront entre 18 h 30 et jus­qu’à 00 h 30 devant un public conquis. La pop du groupe Papooz et l’élec­tro­beat­box de Saro met­tront notam­ment le feu en deuxième par­tie de soirée.

 

Plusieurs milliers d'étudiants sont venus à UGA c'est party ! profiter des concerts gratuits sur le campus.

Plusieurs mil­liers d’é­tu­diants sont venus pro­fi­ter des concerts gra­tuits sur le cam­pus. © Jules Peyron – Place Gre’net

 

Deux lieux, deux ambiances, deux visions de l’u­ni­ver­sité. La ren­trée uni­ver­si­taire 2019 – 2020 a été lan­cée en musique sui­vant deux tem­pos bien dif­fé­rents, ce jeudi. De quoi s’at­tendre à quelques fausses notes pour cette nou­velle année universitaire ?

 

Jules Peyron

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

JP

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble a signé une convention de partenariat sur les signalements d’agressions sexistes ou sexuelles le monde étudiant avec l’Université Grenoble-Alpes, Grenoble École de management, la DDSP de l'Isère et d’autres établissements d'enseignement supérieur. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Étudiants victimes de violences sexuelles et sexistes : une convention signée entre le parquet de Grenoble et plusieurs établissements

FOCUS - Le parquet de Grenoble et plusieurs établissements d'enseignement supérieur grenoblois ont signé, ce 15 octobre 2021, une convention régissant la prise en charge Lire plus

La Région bannit l'écriture inclusive, et l'UNI Grenoble demande à l'UGA de faire de même
La Région bannit l’écriture inclusive, et l’UNI Grenoble demande à l’UGA de faire de même

FLASH INFO — La Région Auvergne-Rhône-Alpes dit non à l'écriture inclusive. Prenant notamment le contrepied de la Ville de Grenoble qui, en novembre 2019, a Lire plus

Corine Lemariey, la nouvelle présidente de l’établissement public de coopération culturelle (EPCC)-CSTI Grenoble-Alpes avait dévoilé le programme de la Fête de la Science à l'occasion de l'inauguration des nouveaux locaux de La Casemate. © Joël Kermabon - Place Gre'net
30e édition de la Fête de la Science : un anniversaire placé sous le signe « de l’émotion de la découverte » jusqu’au 11 octobre en Isère

EN BREF - La 30e édition de la Fête de la Science qui a démarré ce vendredi 1er octobre 2021 a pris ses quartiers en Lire plus

Une visite ministérielle de Frédérique Vidal dédiée à la stratégie quantique et ses futures implications
Une visite ministérielle de Frédérique Vidal dédiée à la stratégie quantique et ses futures implications

FOCUS - La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal était présente à Grenoble jeudi 23 septembre. Si le programme prévoyait une Lire plus

Un lien établi entre exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens et troubles du comportement chez l'enfant
Un lien établi entre exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens et troubles du comportement chez l’enfant

EN BREF - Une étude menée, entre autres, par des chercheurs du CHU Grenoble-Alpes et notamment coordonnée par l'Université Grenoble-Alpes établit un lien entre l'exposition Lire plus

Philippe Cinquin : "la fabrique de l’hypocrisie de la déontologie de la recherche française"
Philippe Cinquin : « la fabrique de l’hypocrisie de la déontologie de la recherche française »

TRIBUNE LIBRE — Alors que l'Université Grenoble-Alpes a vu sa labellisation Idex confirmée de façon définitive, Philippe Cinquin, professeur en santé publique, continue de dénoncer Lire plus

Flash Info

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

|

19/10

10h35

|

|

19/10

9h26

|

|

18/10

18h56

|

|

18/10

11h04

|

|

17/10

22h06

|

|

16/10

22h21

|

|

16/10

14h42

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin