Les courses sont chaque année un succès. Les participants découvrent le campus et obtiennent un T-shirt gratuit au couleur de l'événement "UGA c'est party".

Université Grenoble Alpes : la nou­velle année « c’est party » ou c’est mal parti ?

Université Grenoble Alpes : la nou­velle année « c’est party » ou c’est mal parti ?

REPORTAGE – La nou­velle année sco­laire est offi­ciel­le­ment lan­cée sur le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères. Des mil­liers d’é­tu­diants se sont retrou­vés jeudi 12 sep­tembre pour la qua­trième édi­tion d” « UGA c’est party ! » Au pro­gramme : jeux, sports, concerts… Une fête à laquelle n’ont pas sou­haité se joindre cer­tains étu­diants, très cri­tiques envers la poli­tique de l’u­ni­ver­sité grenobloise.

Jeudi 12 septembre, l'événement UGA c'est party ! a rassemblé des milliers d'étudiants. Cependant, certains n'ont pas souhaité se mêler à la fête…Les courses sont chaque année un succès. Les participants découvrent le campus et obtiennent un T-shirt gratuit au couleur de l'événement.

Les courses sont chaque année un suc­cès. Les par­ti­ci­pants découvrent le cam­pus et obtiennent un T‑shirt gra­tuit au cou­leur de l’é­vé­ne­ment. © Jules Peyron – Place Gre’net

Le désor­mais tra­di­tion­nel ren­dez-vous « UGA c’est party ! » se tenait sur le cam­pus, ce jeudi 12 sep­tembre. Depuis sa nais­sance il y a quatre ans, l’Université Grenoble Alpes (UGA) orga­nise en effet une jour­née entière de fête pour ses 48 000 étu­diants. « Le but c’est que les gens se ren­contrent, notam­ment les 9 000 nou­veaux arri­vants », explique Joris Benelle, direc­teur géné­ral des ser­vices à l’université.

Durant toute l’a­près-midi, des mil­liers d’é­tu­diants se pressent ainsi sur la place cen­trale du cam­pus pour par­ti­ci­per aux nom­breuses acti­vi­tés. Ils testent des sports, prennent place dans un baby-foot géant, font du saut à l’élastique… Mais l’é­vé­ne­ment est vic­time de son suc­cès. Il faut par­fois faire plus d’une demi-heure de queue avant de se prê­ter au jeu.

De l’argent gaspillé ?

Jeudi 12 septembre, l'événement "UGA c'est party !" a rassemblé des milliers d'étudiants. Cependant, certains n'ont pas souhaité se mêler à la fête…Pour pouvoir profiter des nombreuses activités sur la place centrale du campus, il fallait s'armer de patience. "UGA c'est party" a été victime de son succès.

Pour pou­voir pro­fi­ter des nom­breuses acti­vi­tés sur la place cen­trale du cam­pus, il fal­lait s’ar­mer de patience. © Jules Peyron – Place Gre’net

« On attend entre 12 000 et 15 000 per­sonnes », lance un Joris Benelle tout sou­rire, ven­tant les qua­li­tés d’un évé­ne­ment « qui fait l’u­na­ni­mité ».

Vraiment ? À 300 mètres de la place cen­trale, devant la BU droit lettres, on trouve des étu­diants moins enthou­siastes. « UGA c’est mal parti », peut-on ainsi lire sur l’une de leurs banderoles.

« C’est le bud­get dédié à la CVEC [contri­bu­tion de vie étu­diante et de cam­pus de 91 euros, que chaque étu­diant doit payer à chaque ren­trée depuis 2018, ndlr] qui sert à finan­cer cet évé­ne­ment », déplore Kim, ancien étu­diant de l’Université.

Sur la ques­tion du coût, Joris Benelle se veut ras­su­rant : « Pour un évé­ne­ment comme celui-là, nous sommes aux alen­tours des 50 000 euros, finan­cés presque exclu­si­ve­ment grâce au mécé­nat. » Pas de quoi faire chan­ger Kim d’a­vis : « Les mécènes pour­raient mettre leur argent autre part. 50 000 euros, ça fait beau­coup de cafés gra­tuits pour les étudiants… »

Du côté de l'événement "UGA c'est mal parti", on cuisine, on discute et on critique la politique de l'université.

Du côté de l’é­vé­ne­ment « UGA c’est mal parti », on cui­sine, on dis­cute et on cri­tique la poli­tique de l’université.

Les par­te­naires en ren­fort d’UGA c’est party !

Les par­te­naires de l’é­vé­ne­ment sont, il est vrai, nom­breux. On y trouve des acteurs pri­vés comme Orange, le Crédit agri­cole Sud Rhône-Alpes, la Mutuelle géné­rale de l’Éducation natio­nale (MGEN), mais aussi des col­lec­ti­vi­tés publiques, comme la Région ou le Département.

« Des par­te­naires qui n’ont rien à faire à l’u­ni­ver­sité », tranche Kim, tout en cui­si­nant des gnoc­chis. La cui­sine, c’est le cœur du petit évé­ne­ment « UGA c’est mal parti ». Elle marque aussi le lan­ce­ment d’une nou­velle année pour la Tambrouille, can­tine végan à prix libre créée en 2016 à Saint-Martin-d’Hères. « Un pro­jet qui est cohé­rent avec notre logique de réap­pro­pria­tion de l’es­pace sur le cam­pus, à l’en­contre de la logique néo­li­bé­rale de pri­va­ti­sa­tion que mène l’u­ni­ver­sité », ana­lyse Salomé, étu­diante à Science-Po.

Du côté de l'événement "UGA c'est mal parti", on cuisine, on discute et on critique la politique de l'université.

Du côté de l’é­vé­ne­ment « UGA c’est mal parti », on cui­sine, on dis­cute et on cri­tique la poli­tique de l’u­ni­ver­sité. © Jules Peyron – Place Gre’net

À côté des mar­mites de la Tambrouille, les Gilets jaunes sont aussi venus tenir un petit stand. Ici, pas de saut à l’élastique. Quelques dizaines de per­sonnes gra­vitent autour de ce contre-évé­ne­ment, bien loin des mil­liers d’é­tu­diants que brasse « UGA c’est party ! », à proximité.

L’année com­mence en musique

Le groupe pop Papooz a fait le show et le public grenoblois n'a pas oublié de se déhancher.

Le groupe pop Papooz s’est pro­duit lors de la soi­rée. © Jules Peyron – Place Gre’net

Le soleil décline et les concerts peuvent com­men­cer. Devant la biblio­thèque uni­ver­si­taire, du rap avec une sono pour les dis­si­dents, mais sans scène. Ce n’est pas d’ici que résonne la musique qu’on entend sur tout le cam­pus mais bien de la grande scène de « UGA c’est party ! » qui a mis les petits plats dans les grands avec quatre concerts.

Les artistes s’y enchaî­ne­ront entre 18 h 30 et jus­qu’à 00 h 30 devant un public conquis. La pop du groupe Papooz et l’élec­tro­beat­box de Saro met­tront notam­ment le feu en deuxième par­tie de soirée.

Plusieurs milliers d'étudiants sont venus à UGA c'est party ! profiter des concerts gratuits sur le campus.

Plusieurs mil­liers d’é­tu­diants sont venus pro­fi­ter des concerts gra­tuits sur le cam­pus. © Jules Peyron – Place Gre’net

Deux lieux, deux ambiances, deux visions de l’u­ni­ver­sité. La ren­trée uni­ver­si­taire 2019 – 2020 a été lan­cée en musique sui­vant deux tem­pos bien dif­fé­rents, ce jeudi. De quoi s’at­tendre à quelques fausses notes pour cette nou­velle année universitaire ?

Jules Peyron

JP

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

"Femme et racisée", Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité grenobloise après s'être vue refuser la délégation Égalité des droits?
« Femme et raci­sée », Maude Wadelec a‑t-elle quitté la majo­rité gre­no­bloise après s’être vue refu­ser la délé­ga­tion Égalité des droits ?

FOCUS - Pour quelles raisons Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité du conseil municipal pour figurer désormais parmi les élus d'opposition, en tant que non Lire plus

Le Mois des fiertés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa traditionnelle Marche des fiertés samedi 1er juin
Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

FLASH INFO - Le Mois des fiertés de Grenoble, porté par l'association Grenoble Fiertés, prend son envol jeudi 16 mai et se poursuivra jusqu'au dimanche Lire plus

Grenoble et son CCAS affectent un bâtiment à l'hébergement des sans-domicile et à la lutte contre le non-recours
Grenoble : un bâti­ment dédié à l’hé­ber­ge­ment des sans-domi­cile et à la lutte contre le non-recours

FLASH INFO - Lors du conseil municipal du lundi 13 mai, la Ville de Grenoble a validé une convention entre elle et son CCAS pour Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !