Mécontente des conditions d’enregistrement d’une émission, l’Alliance citoyenne met France 3 Alpes en demeure

sep article



 

EN BREF – L’Alliance citoyenne met en demeure France 3 de lui permettre de prévisualiser un débat et un reportage consacrés à ses opérations burkini menées dans les piscines municipales de Grenoble. L’association accuse la chaîne de l’avoir exclue du débat dans le cadre de l’enregistrement de l’émission Dimanche en politique et attend de la direction une explication publique, ainsi que des « regrets » par courrier.

 

 

Un nou­vel épi­sode dans l’af­faire des bur­ki­nis de Grenoble et de la stra­té­gie média­tique de l’Alliance citoyenne ? Dans un com­mu­ni­qué, l’as­so­cia­tion annonce mettre en demeure France 3 Rhône-Alpes. Les défen­seurs du « maillot de bain cou­vrant » dans les pis­cines muni­ci­pales estiment que la chaîne leur a refusé la par­ti­ci­pa­tion a un débat, dès lors consi­déré comme « tron­qué ». Et demandent à pré­vi­sua­li­ser un repor­tage qui leur est consa­cré.

 

Opération burkini de l'Alliance citoyenne de Grenoble © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Opération bur­kini de l’Alliance citoyenne de Grenoble © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

C’est dans le cadre de l’en­re­gis­tre­ment de l’émission Dimanche en poli­tique que l’Alliance citoyenne a été conviée à la rédac­tion de France 3, le ven­dredi 6 sep­tembre. Deux membres de l’as­so­cia­tion, « Yasmine et Fatiha », se sont pré­sen­tées mais se sont vu refu­ser l’ac­cès au débat. Motif ? D’une part, l’une des deux inter­ve­nantes est mineure. D’autre part, le rédac­teur en chef Patrick Pinto demande à ce que l’Alliance soit repré­sen­tée par un binôme com­posé d’une femme et d’un homme.

 

 

L’Alliance citoyenne met en demeure France 3

 

Le débat aura fina­le­ment lieu… mais sans l’as­so­cia­tion. Et s’est, semble-t-il, résumé à une conver­sa­tion entre le conseiller muni­ci­pal d’op­po­si­tion de Grenoble Matthieu Chamussy et le mili­tant pour la laï­cité Naëm Bestandji.

 

Naëm Bestandji et Brigitte Périllier lors de la présentation du collectif transpartisan Laï'Cité : des élu.es et militant.es engagé.es pour la promotion de l'universalisme dans les politiques publiques, notamment en ce qui concerne le féminisme. © Paul Turenne - Placegrenet.fr

Naëm Bestandji lors de la pré­sen­ta­tion du col­lec­tif trans­par­ti­san Laï’Cité, pour la pro­mo­tion de l’u­ni­ver­sa­lisme dans les poli­tiques publiques. © Paul Turenne – Placegrenet.fr

Deux per­son­na­li­tés qui ont fré­quem­ment et publi­que­ment cri­ti­qué les opé­ra­tions bur­ki­nis. Ce der­nier a par ailleurs, plus récem­ment, mené une action pour dénon­cer le sou­tien du Planning fami­lial aux reven­di­ca­tions de l’Alliance citoyenne.

 

De quoi pro­vo­quer la colère des mili­tants pro-bur­kini, pour qui « il est incom­pré­hen­sible que M. Pinto ait pris la déci­sion d’enregistrer un débat tron­qué ». L’Alliance citoyenne dit en outre craindre « que son absence sur le pla­teau fasse l’objet d’une mau­vaise inter­pré­ta­tion ».

 

Son désir de visi­bi­lité n’en est pas moins très contrôlé : l’as­so­cia­tion sou­ligne ainsi qu’à sa demande Patrick Pinto s’est engagé à ne pas dif­fu­ser d’i­mages de ses sala­riés, de ses membres ou de ses béné­voles.

 

Patrick Pinto, rédacteur en chef de France 3 Alpes en discussion avec les gilets jaunes. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Patrick Pinto, rédac­teur en chef de France 3 Alpes, en dis­cus­sion avec les gilets jaunes, en jan­vier 2019. © Joël Kermabon – Place Gre’net

L’objet de la mise en demeure, adres­sée à France 3 sur conseil des deux avo­cats de l’or­ga­ni­sa­tion ?

 

L’Alliance demande à la chaîne « de s’expliquer publi­que­ment sur la déci­sion du rédac­teur en chef de l’émission (…) d’exclure du débat enre­gis­tré les deux repré­sen­tantes de l’Alliance citoyenne ». Mais aussi d’a­dres­ser « un cour­rier d’apaisement (…) aux membres de l’association ». Si pos­sible assorti d’ex­pli­ca­tions… voire de « regrets ».

 

Enfin, l’Alliance citoyenne demande à pou­voir vision­ner l’é­mis­sion avant dif­fu­sion, pré­vue pour le dimanche 15 sep­tembre. Plus pré­ci­sé­ment, l’as­so­cia­tion veut pou­voir regar­der le repor­tage qui lui sera consa­cré, mais aussi le débat auquel elle n’a pu prendre part. Pour éven­tuel­le­ment, in fine, cher­cher à en empê­cher la dif­fu­sion ? L’Alliance s’en défend, décla­rant « lais­ser à France 3 le libre choix » de dif­fu­ser le repor­tage et le débat. Au nom de la « liberté » qu’elle défi­nit comme son « prin­cipe fon­da­teur ».

 

Sollicitée par Place Gre’net, France 3 n’a pas (encore) réagi à l’ac­tion de l’Alliance citoyenne et nous indique juste attendre les retours de son ser­vice juri­dique.

 

Florent Mathieu

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
5927 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Espérons que la chaîne res­tera ferme. Elles ne cherchent que le chaos !

    sep article
  2. Demande de l’al­liance non citoyenne de ne pas dif­fu­ser les visages de ses membres : alors, on fout la m… et on n’as­sume pas ? Et le public n’a-t-il pas le droit de connaître les visages de ceux qui agissent avec l’argent de leurs impôts ? Et ce n’est pas en met­tant en demeure un jour­na­liste de pou­voir vision­ner son tra­vail avant dif­fu­sion, que ledit jour­na­liste s’exé­cu­tera, bien au contraire !

    sep article
  3. Que cette asso­cia­tion la ferme et soit dis­soute, ils n’ont le droit à rien eux qui prône l’is­la­misme inté­griste poli­tique.

    sep article
  4. L’alliance pour la mani­pu­la­tion citoyenne vue de l’in­té­rieur :
    « Moi … quand j’ai voulu dire non à l’opération bur­qini, on m’a dit de la fer­mer. »
    « Moi ce qui me fait prendre du recul, c’est quand j’ai appris que l’alliance don­nait des for­ma­tions rému­né­rées à des par­tis poli­tiques, comme les Verts ou les Insoumis ».
    « Vous auriez dû voir l’un des cadres péter de joie quand il y a eu le pre­mier repor­tage sur France 3 sur le bur­qini. »
    https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/07/18/isere-societe-grenoble-apres-l-affaire-du-burkini-elles-ont-choisi-de-quitter-l-alliance-citoyenne

    sep article