La Ville de Grenoble réitère son opposition au Ceta et appelle au respect de la Cop21

sep article

 

EN BREF – Moins d’une semaine avant le vote définitif du traité de libre-échange avec le Canada, la Ville de Grenoble réaffirme son opposition au Ceta et appelle au respect de la Cop21. Une position affichée depuis l’arrivée de la municipalité en 2014 et suivie par plus de 800 collectivités locales en France.

 

 

Tafta, Ceta © Ville de Grenoble

© Ville de Grenoble

Les députés de l’Assemblée nationale doivent décider de l’adoption définitive ou non du Ceta, ce mardi 23 juillet 2019.

 

Controversé, le traité de libre-échange avec le Canada inquiète en raison des conséquences économiques, environnementales, sanitaires et sociales qu’il pourrait avoir en Europe.

 

Dans la continuité de son opposition au Tafta*, la Ville de Grenoble se positionne « contre » et appelle au respect de la Cop21. Pour Eric Piolle, maire de Grenoble, « ce traité de libre-échange va accélérer la dérégulation du commerce mondial ». Un faux-pas qui intervient, selon l’édile, « au moment où nos sociétés doivent accélérer leur engagement dans les transitions ».

 

 

« Les villes […] en première ligne pour protéger les territoires »

 

Grenoble n’est pas la seule ville inquiète des retombées que pourrait avoir le Ceta sur son économie, son environnement et la santé de ses habitants. Le comité « Hors Tafta et Ceta » rassemble, en effet, plus de 800 collectivités locales.

 

Action de sensibilisation contre CETA. 21 janvier 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Action de sensibilisation contre le Ceta, 21 janvier 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

De fait, l’adoption du traité autorisera, par exemple, le Canada à exporter vers l’Europe de la viande de bétail nourri aux farines animales ou du saumon génétiquement modifié. Des produits peu chers qui risquent de concurrencer l’agriculture française. Tandis que les conséquences sanitaires des OGM restent encore méconnues.

 

Pour Eric Piolle, ce traité ne va pas dans le sens de la transition écologique et sociale engagée depuis 2014. « Grenoble, en lice pour devenir une prochaine capitale verte de l’Europe, appelle au respect des engagements internationaux que la France a pris en 2015, lors de la Cop21. Ici à Grenoble, comme partout, l’adoption du Ceta va exposer les citoyens à une alimentation dégradée, à un nivellement par le bas des normes sanitaires et va ajouter une couche supplémentaire de concurrence sur nos emplois », prévient le maire.

 

 

« Tenir le cap de la Cop21 »

 

Au contraire, l’édile invite l’État à « tenir le cap de la Cop21 ». Un engagement qui passe, selon lui, par le fait de« [renforcer] l’économie en la relocalisant, [de] protéger la santé des populations face aux risques et [d’]encourager le développement d’une agriculture paysanne, locale, riche en emplois, respectueuse de la terre et de celles et ceux qui la travaillent ».

 

L’opposition aux traités de libre-échange, fer de lance de la municipalité

 

Banderole anti-TAFTA, place Félix Poulat. © Alexandra Moullec

Banderole anti-Tafta, place Félix-Poulat. © Alexandra Moullec

Deux jours après l’adoption du Ceta par le Parlement européen, Grenoble s’était déjà positionnée à l’encontre du traitée en accueillant, en février 2017, les deuxièmes rencontres paneuropéennes des villes contre Tafta-Ceta-Tisa.

 

Ces dernières avaient ainsi rassemblé des maires, élus et acteurs associatifs européens venus d’Espagne, de Grèce, des Pays-Bas, de Croatie, Belgique, du Portugal, etc.

 

À cette occasion, ils avaient rédigé ensemble la « Réplique de Grenoble », présentée par le maire suite à l’adoption du traité. Une déclaration commune dans laquelle les signataires s’engagent à communiquer sur les alternatives possibles au traité.

 

Après le Ceta, ce sera au Mercosur d’être au cœur des débats sur le libre-échange en France. La possibilité d’un traité commun avec l’Amérique latine inquiète les agriculteurs du département. Ils ont d’ailleurs demandé au président Jean-Pierre Barbier de se positionner.

 

Nina Soudre

 

commentez lire les commentaires
5053 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Ces accords de libre-échange ont de nombreux effets pervers et concourent aux crises écologiques et sociales qui gagnent l’ensemble de notre planète. Merci aux humains généreux qui s’en préoccupent et s’y opposent avec courage. La nature nous a donné un paradis terrestre, l’homme inconscient et cupide pourrait en faire un enfer…

    sep article
  2. Chère Caro,
    “I am not a 10$ banknote to be loved by everyone”.
    Sinon, j’avais donc raison en supposant que votre défense de Piolle vient d’un attachement romantique 🙂

    sep article
    • le russe est interdit ? Amigo parle bien en anglais …
      слово — серебро, молчание — золото
      Traduction : la parole est d’argent, le silence est d’or.

      sep article
    • cher Amigo,
      Sachez que la parole est d’argent et le silence est d’or

      sep article
  3. Ping : La Ville de Grenoble réitère son opposition au Ceta et appelle au respect de la Cop21 | Raimanet

  4. Heureusement que la capacité de nuisance de Piolle est assez réduite. Les chiens aboient, la caravane passe 🙂

    sep article
    • Amigo, vous êtes vraiment lassant avec vos petites phrases qui veulent descendre Piolle, toujours la même rengaine. Vous arrivez à l’inverse de vos souhaits : vous faire détester et faire aimer Piolle.
      😉
      « L’ennui naquit un jour de l’uniformité »

      sep article