Après l’adoption du Ceta, Éric Piolle présente « La Réplique de Grenoble »

sep article

« Les traités de libre-échange de nouvelle génération profitent à une minorité dans nos sociétés ». Suite à l’adoption du Ceta par le Parlement européen, le maire de Grenoble Éric Piolle a présenté « La Réplique de Grenoble ». Un texte proposé « à la signature des villes et territoires mobilisés en faveur d’alternatives locales et durables aux nouveaux traités de libres échanges. »

 

 

Cette « Réplique de Grenoble » a été rédigée à l’occasion des deuxièmes Rencontres paneuropéennes des villes anti Tafta-Ceta-Tisa, qui se déroulaient à Grenoble les 17 et 18 février dernier. Des rencontres au cours desquelles le candidat écologiste Yannick Jadot a notamment pu déguster une « grande soupe paysanne. »

 

 

Du temps de l’opposition à celui de la proposition

 

Pour les rédacteurs du texte, les traités de libre-échange « menacent directement notre capacité à construire une société et une vie meilleures pour chacun, une économie socialement et écologiquement durable, le droit à la reconnaissance démocratique des habitant-e-s tout en préservant nos territoires comme des biens communs. »

 

« L’urgence, pour l’Europe, est de consolider son économie en renforçant les droits sociaux, économiques, environnementaux et du travail, et non de déréguler davantage ses marchés », estime encore le texte.

 

Après avoir pris acte de l’adoption du traité Ceta, les maires et élus signataires se prononcent sur un certain nombre de principes. « Mobilisation locale », « reconstruction démocratique » ou encore « réinvention du lien avec les citoyens ». « Il est temps de passer de l’opposition à la proposition. »

 

 

Une commande publique durable et responsable

 

En matière de proposition, le texte demeure cependant très général. Évoquant « des milliers d’alternatives […] déjà en marche autour de nous », il appelle à « définir et promouvoir des règles d’un commerce juste et durable, dans l’intérêt de tous et non celui de quelques-uns ».

 

Seules pistes concrètes exposées : la municipalisation des services publics et « une commande publique durable et responsable ». Ceci afin que les territoires puissent « renforcer leurs capacités de résilience et de coopération pour reconquérir les biens communs, retrouver les moyens de dynamiser l’emploi local » ou encore « préserver l’agriculture biologique ».

 

« Nous nous engageons à communiquer cette déclaration, proposée par les villes et territoires présents ou représentés, aux responsables de l’Union européenne, aux gouvernements nationaux et aux institutions et organismes pertinents », concluent enfin les rédacteurs et premiers signataires de cette Réplique de Grenoble.

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
4722 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Une fois encore, ils ne comprennent pas de quoi il ressort, ne se rendent pas compte que le CETA est très loin d’être adopté. Il faut d’abord qu’il passe le contrôle de légalité de la CJUE et qu’il soit ratifié par tous les parlements nationaux, ce qui n’est pas gagné et pas qu’en Belgique.

    Et voilà qu’on nous ressort les sempiternelles antiennes comme la commande publique durable est responsable…
    Mais cela existe déjà, on a pas attendu Eric Piolle pour ça, surtout pas au niveau européen pour y penser!
    Par exemple l’attribution des marchés au mieux disant plutôt qu’au moins disant permet d’intégrer des critères non financiers dans l’attribution des marchés à partir du moment où ces critères sont objectifs et opératoires.
    Pour les PME et/ou les entreprises locales, leur accès à la commande publique se fait par l’allotissement, c’est à dire la création de lots, de « sous-marchés » dans des marché plus importants qui vont leur permettre d’y répondre. C’est le cas depuis 30 ans!
    En ce qui concerne la préservation de l’agriculture biologique qui n’est en aucun cas menacée, c’est prévu depuis 1995 dans les traités internationaux dont celui de l’OMC, c’est la fameuse boîte verte qui autorise les subventions découplées de la production et sans laquelle le développement de l’agriculture biologique n’aurait pas eu lieu car il permet les primes à la conversion, les primes à la jachère etc. Et la politique agricole n’est pas du ressort d’un Maire, qui n’est pas le Président d’une ville république!

    Ce que veut Eric Piolle c’est le retour du clientélisme et pouvoir un marqueur politique de à qui il octroie des marchés publics, en payant des surcoûts qui ne sont dans la plupart des cas aucunement justifiés! Il veut un blanc-seing pour donner des marchés à sa convenance et donc souhaite le retour de l’arbitraire le plus total!

    Au lieu de nous asséner les même dogmes en continu, Eric Piolle ferait mieux de se pencher sur ce qui existe déjà et qui suffit à obtenir ces objectifs, mais faut-il encore être capable d’agir, au lieu de continuellement parler et vouloir nous faire croire que ce qui existe depuis des lustres est une ‘innovation » en en changeant le nom.

    Il est plus simple de déblatérer sur des sujets généraux que de faire son boulot de Maire qui lui est très concret. Si le Maire avait son boulot, on nous aurait évité le fiasco de proportion biblique du stationnement e 500 000 euros de trou dans le budget 2017, qu’il va bien falloir trouver quelque part.

    sep article
    • SVP, pouvez-vous être plus explicite ? qu’est-ce qui vous permet d’affirmer :
      « Ce que veut Eric Piolle c’est le retour du clientélisme et pouvoir un marqueur politique de à qui il octroie des marchés publics, en payant des surcoûts qui ne sont dans la plupart des cas aucunement justifiés! Il veut un blanc-seing pour donner des marchés à sa convenance et donc souhaite le retour de l’arbitraire le plus total! »
      Tout le monde sait que vous ne l’appréciez pas du tout, mais est-ce que ça vous permet d’asséner vos idées sans preuves ?
      Quant à la proposition de stationnement, on verra ce que sera dit en appel, car le tribunal n’a pas jugé textuellement sur la réclamation de l’élue plaignante, mais à côté. Bizarre, c’était vos copains à vous ?.

      sep article
  2. Ping : Après l’adoption du Ceta, Éric Piolle présente « La Réplique de Grenoble » | Place Gre’net | Raimanet