Coupe d’Afrique des nations : à Grenoble, la liesse des supporters de l’Algérie sur le cours Jean-Jaurès diversement appréciée

sep article

Creative Mobilities Mou

 

FIL INFO — Alors que la finale de la Coupe du monde féminine de football se tenait à Lyon dimanche 7 juillet, c’est la victoire de l’Algérie en huitième de finale de la Coupe d’Afrique des nations qui a suscité la liesse à Grenoble. Environ 200 personnes ont ainsi laissé exploser leur joie sur le cours Jean-Jaurès durant la nuit, avec des concerts de Klaxons et des vrombissements de moteurs diversement appréciés par les riverains.

 

 

La Coupe du monde féminine de football a beau avoir fait parler d’elle à Grenoble, c’est bien la Coupe d’Afrique des nations qui a fait du bruit dans les rues au soir du dimanche 7 juillet. Pourtant, c’est le même soir que se déroulait à Lyon la finale entre les joueuses des États-Unis et celle des Pays-Bas. Avec, à la clé, une nouvelle victoire des Américaines. Mais nombre de téléviseurs étaient branchés sur les 8e de finale de la CAN entre l’Algérie et la Guinée.

 

 

« Et un, et deux, et trois zéro », pourraient scander à leur tour les supporters de l’Algérie, avec un score de 3-0 qui les propulse en quart de finale. Alors que chaque but était l’occasion d’une clameur chez ces derniers, la victoire finale a été le déclencheur de scènes de liesse sur le cours Jean-Jaurès de Grenoble. Avec, comme le veut la “tradition” ces dernières années, fumigènes, concerts de klaxons et vrombissements de moteurs durant plusieurs heures.

 

Un exutoire pour la communauté algérienne de Grenoble, en partie mobilisée chaque samedi depuis plusieurs semaines en soutien au soulèvement populaire de l’autre côté de la Méditerranée ? Une chose est certaine : les drapeaux algériens étaient de sortie sur le cours Jean-Jaurès, où environ 200 personnes ont laissé exploser leur joie… quitte à bloquer la circulation des véhicules, ainsi que des tramways en occupant les voies.

 

 

Une explosion de joie diversement appréciée

 

Sur les réseaux sociaux, la joie des supporters des Fennecs à Grenoble a été diversement accueillie. « Grenoble meilleur ambiance d’après match de l’Algérie », s’enthousiasme un internaute. « C’est limite plus le bordel que quand on a gagné la coupe du monde. Va peut être falloir vous détendre les mecs », peste un deuxième, quitte à exagérer un peu. La ferveur des supporters de l’Algérie était certes indéniable, mais difficile en effet de comparer la situation à celle de juillet 2018.

 

Lors du Championnat d'Europe 2016, des CRS se déployaient aux abords du Cours Jean-Jaurès les soirs de victoire de l'Équipe de France. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Lors du Championnat d’Europe 2016, des CRS se déployaient aux abords du cours Jean-Jaurès les soirs de victoire de l’Équipe de France. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Si les supporteurs de l’Algérie n’ont probablement pas beaucoup dormi cette nuit-là, c’est aussi le cas des Grenoblois dont les fenêtres donnent sur le cours Jean-Jaurès. Des riverains qui ont pour certains retrouvé au petit matin leurs poubelles incendiées… Une autre tradition visiblement, puisque de mêmes débordements avaient eu lieu à l’occasion, encore une fois, de la demi-finale de la Coupe du monde.

 

 

Une “tradition » depuis une dizaine d’années

 

Suite au match de foot qualifiant l'Algérie pour le Mondial 2014, des supporters ont bloqué le carrefour Berriat - Jean-Jaurès à Grenoble et klaxonné tard dans la nuit

Carrefour Jaurès-Berriat bloqué par des supporters de l’Algérie, le 19 novembre 2013. © placegrenet.fr

Si les supporters de l’Algérie n’ont pas l’exclusivité de ces rassemblements, ceux-ci se sont fait particulièrement remarquer ces dernières années. Le 19 novembre 2013, alors que l’Algérie s’était qualifiée pour sa quatrième Coupe du monde, plusieurs dizaines de supporters s’étaient ainsi réunis au centre-ville et avaient bloqué le carrefour cours Berriat – Jean-Jaurès.

 

Avec, déjà, klaxons en continu, cris et vrombissement de motos passant à très grande vitesse sur le cours, y compris sur les trottoirs… Un rodéo urbain qui n’avait à l’époque déclenché aucune réaction.

 

Rebelote en juin 2014 : les supporters des Fennecs avaient investi le cours Jean-Jaurès pour fêter leur victoire, suite à la qualification de l’Algérie pour les huitièmes de finale face à la Russie. Concerts de klaxons, cris de joie, chant, percussions… Mais aussi dérapages sur les pelouses fraîchement posées pour l’inauguration de nouvelle ligne de tram.

 

À la clé, d’importants dégâts, la police, pourtant stationnée cours Berriat, ayant tardé à intervenir. Au total, 17 véhicules avaient été incendiés selon la préfecture de l’Isère et une jeune femme gravement blessée par un conducteur de scooter.

 

ualification de l'Algérie pour les huitièmes de finale en juin 2014 à Grenbole. © placegrenet.fr

Un supporter tirant une fusée depuis le cours Jean-Jaurès à Grenoble vers le cours Berriat où stationnaient des cars de CRS à l’occasion de la qualification de l’Algérie pour les huitièmes de finale, en juin 2014. © Placegrenet.fr

 

De quoi finir par déclencher la réaction des forces de l’ordre ? En 2016, la préfecture n’avait ainsi pas manqué de déployer des CRS au soir des victoires de l’Équipe de France durant le Championnat d’Europe. Et la préfecture de l’Isère avait annoncé, en juillet 2018, une série de mesures avant la finale de coupe du monde pour éviter des troubles à l’ordre public.

 

Prochain match impliquant l’équipe algérienne le jeudi 11 juillet à 18 heures, contre un adversaire encore à déterminer. L’ambiance risque d’être chaude car, en 62 ans de CAN, l’Algérie ne s’est qualifiée que deux fois pour la finale de la compétition. Et l’a remporté une fois à domicile, en battant le Nigeria 1 à 0 en 1990.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
8102 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Que les victoires algériennes soient accompagnées de liesse, cela est normal. Mais que
    cela suscite des débordements l’est moins. La communauté algérienne devrait mieux se tenir
    si elle tient à être respectée. Et puis de qui s’agit-ils ? De jeunes nés en France (droit du sol, donc Français) mais qui se prennent toujours pour des Algériens – la preuve tous ces drapeaux étrangers que l’on brandit ! C’est ça les binationaux qui entendent jouer sur les deux tableaux.

    sep article
  2. Et ça continue !!!

    L’Algérie vient de battre la Cote d’Ivoire aux tirs au but !!!
    Les drapeaux sont de sortie les klaxons retentissent …

    sep article
  3. je deviens certainement vieux et con, mais en Algérie il est interdit de manifester avec un drapeau autre que celui d’Algérie.
    On fait ça en France? (perso je suis contre, mais ça donne le contrepoint). Il faut être fier de ses origines… et être capable de s’intégrer dans le pays d’accueil…là c’est pas gagné.
    PS: si c’était le drapeau italien ca serait pareil, troll passez votre chemin:D

    sep article
  4. J’ai vu et entendu. Beaucoup de bruit, beaucoup de cris, des drapeaux, mais pas de violence, parce que pas d’intervention de la police ou la police n’a pas eu à intervenir puisqu’il n’y a pas eu de violence ?

    sep article
    • C’était festif.
      Les riverains, empêchés de dormir à cause de ces manifestations de joie, apprécieront.

      sep article
      • vous avez dit la même chose l’année dernière, le 15 juillet, après la victoire des Bleus ?

        sep article
        • Tout à fait, Caro, la couleur du drapeau ne fait rien à l’affaire, comme l’âge selon Brassens !
          Les emmerdeurs restent les emmerdeurs.
          Victoire de l’équipe d’Algérie ou victoire de l’équipe de France [15 juillet 2018, un car avait été attaqué et dévalisé à deux pas de chez moi, entre autres péripéties] (ou de La Papouasie-Nouvelle Guinée), tout est bon pour certains pour se livrer à des débordements, incivilités ou vandalismes qui n’ont plus rien à voir avec le foot (seul sport, soit dit en passant, à l’origine de tels phénomènes).
          Lasavanne l’avait écrit avant moi en priant d’ailleurs les trolls de passer leur chemin.
          -:)

          sep article