Interasso Grenoble dénonce une hausse de 130 euros des frais d’inscription des étudiants en soins infirmiers et paramédicaux

sep article



FIL INFO — Les étudiants grenoblois en soins infirmiers, en maïeutique, en kinésithérapie et les manipulateurs en électroradiologie devront s’acquitter de 130 euros supplémentaires d’inscription à la rentrée 2019. Ceci pour participer au fonctionnement du nouveau bâtiment qu’ils intègrent sur le campus. L’association Interasso Grenoble-Alpes dénonce ces nouveaux frais et exige leur suppression.

 

 

Une aug­men­ta­tion des frais d’ins­crip­tion de 130 euros pour les étu­diants en soins infir­miers de Grenoble à la ren­trée 2019 ? C’est ce que dénonce l’as­so­cia­tion étu­diante Interasso Grenoble-Alpes dans un com­mu­ni­qué en date du mardi 25 juin. La hausse concerne aussi les étu­diants en maïeu­tique, en kiné­si­thé­ra­pie, ainsi que les mani­pu­la­teurs en élec­tro­ra­dio­lo­gie. Et ceci que les élèves soient bour­siers ou non.

 

Interasso dénonce une hausse des frais d'inscriptions 2019 pour certains étudiants, en soins infirmiers ou en maïeutique.Personnel soignant du CHU de Grenoble. © Léa Raymond - placegrenet.fr

Personnel soi­gnant du CHU de Grenoble. © Léa Raymond – placegrenet.fr

 

Que recouvrent ces 130 euros ? « Ces frais d’inscriptions sont pré­sen­tés comme une par­ti­ci­pa­tion afin d’avoir accès à un bâti­ment neuf, des salles équi­pées, au wifi et aux biblio­thèques uni­ver­si­taires », décrit Interasso. Les dis­ci­plines men­tion­nées vont en effet inté­grer le bâti­ment neuf de l’Institut de for­ma­tion des pro­fes­sion­nels de santé (IFPS) à la ren­trée 2019. Avec pour but affi­ché de mieux inté­grer les pro­fes­sions para­mé­di­cales dans le domaine uni­ver­si­taire.

 

 

Quelle intégration pour les formations paramédicales

 

Mais la par­ti­ci­pa­tion revient cher, alors que les frais d’ins­crip­tion des étu­diants s’é­lèvent déjà à 130 euros, aux­quels il faut ajou­ter 91 euros au titre de la “contri­bu­tion de vie étu­diante et de cam­pus”. Et Interasso voit dans cette somme sup­plé­men­taire exi­gée des étu­diants un « désen­ga­ge­ment » qui « remet en lumière la ques­tion de l’in­té­gra­tion uni­ver­si­taire des for­ma­tions para­mé­di­cales et maïeu­tique ».

 

Le CHU Grenoble Alpes est porteur du projet de l'IFPS, en lien avec l'Université Grenoble Alpes et la Région © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le CHU Grenoble Alpes est por­teur du pro­jet de l’IFPS, en lien avec l’Université Grenoble Alpes et la Région. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Au nom de l’é­ga­lité de trai­te­ment entre étu­diants, la fédé­ra­tion demande la créa­tion d’un groupe de tra­vail sur la ques­tion. Et, faute d’a­van­cées avec les direc­tions du CHU Grenoble-Alpes et des écoles concer­nées, déclare « s’op­po­ser for­mel­le­ment » à ces frais sup­plé­men­taires, et deman­der leur sup­pres­sion immé­diate. « Les étudiant.e.s n’ont pas à com­bler le désen­ga­ge­ment des ser­vices publics », conclut l’as­so­cia­tion.

 

FM

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
1788 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.