Chirurgien grenoblois : une information judiciaire ouverte par le procureur de la République de Grenoble

sep article



FIL INFO – Après avoir reçu le retour de l’enquête préliminaire ouverte en avril dernier, le procureur de la République de Grenoble vient d’annoncer l’ouverture d’une information judiciaire dans l’affaire du chirurgien orthopédique grenoblois. Ce dernier est soupçonné de plusieurs fautes médicales, lors de plus d’une cinquantaine d’opérations.

 

 

Suite à l'enquête préliminaire, le procureur de la République a ouvert une information judiciaire à l'encontre du chirurgien grenoblois.

Opération chi­rur­gi­cale (image d’illus­tra­tion). © Placegrenet.fr

Ce mardi 18 juin au soir, le pro­cu­reur de la République de Grenoble Eric Vaillant a annoncé avoir reçu le retour de l’en­quête pré­li­mi­naire de police qui avait été ouverte pour « escro­que­rie » et « non-assis­tance à per­sonne en dan­ger ».

 

Le Parquet a, par ailleurs, ouvert une infor­ma­tion judi­ciaire à l’en­contre du Docteur Hervé Vouaillat pour « bles­sures invo­lon­taires ayant entraîné une ITT [inter­rup­tion tem­po­raire de tra­vail, ndlr] supé­rieure à trois mois à l’encontre de 27 plai­gnants ». Ce dos­sier est donc désor­mais dans les mains d’un juge d’ins­truc­tion.

 

 

Interdiction d’exercer pendant trois ans

 

Le Docteur Hervé Vouaillat a notam­ment offi­cié au CHU Grenoble Alpes jusqu’en 2009 (avant les faits pré­su­més), puis à la cli­nique des Cèdres d’Échirolles. Ce chi­rur­gien ortho­pé­dique est accusé par de nom­breux plai­gnants d’avoir pra­ti­qué des opé­ra­tions injus­ti­fiées.

 

Une information judiciaire vient d'être ouverte à l'encontre du chirurgien grenoblois ayant exercé à la clinique des Cèdres à Échirolles. © Clinique des Cèdres

La cli­nique des Cèdres à Échirolles. © Clinique des Cèdres

 

S’en sont sui­vies, selon les patients, de nom­breuses inca­pa­ci­tés tem­po­raires de tra­vail, des mobi­li­tés for­te­ment réduites et même une ampu­ta­tion. Des faits graves avé­rés même si la res­pon­sa­bi­lité du méde­cin n’a pas, à ce jour, été éta­bli par la jus­tice.

 

Ces alertes de patients ont conduit à une enquête de la Caisse pri­maire d’as­su­rance mala­die de l’Isère, en décembre 2016. Suite à quoi le chi­rur­gien a été convo­qué devant le conseil régio­nal de l’Ordre des méde­cins, puis devant le conseil natio­nal pour avoir opéré 54 patients « sans jus­ti­fi­ca­tion médi­cale » entre 2013 et 2014.

 

Le Conseil natio­nal a fina­le­ment pro­noncé à son encontre, le 11 avril der­nier, une inter­dic­tion d’exercer pen­dant trois ans, dont 18 mois avec sur­sis pour des opé­ra­tions abu­sives et un man­que­ment d’information des patients.

 

Des « erreurs administratives » selon l’avocat de l’accusé

 

Plusieurs patients ont, de leur côté, déposé plainte pour « non-suivi post-opé­ra­toire », « erreur chi­rur­gi­cale » ou encore « homi­cide invo­lon­taire ». Pour les plai­gnants, aucun doute, le chi­rur­gien ortho­pé­dique a, au mini­mum, abusé de leur confiance en les per­sua­dant de se faire opé­rer du dos, sans qu’ils aient été suf­fi­sam­ment infor­més.

 

Maître Boulloud, l’avocat de l’accusé évoque, pour sa part, des « erreurs admi­nis­tra­tives » et non médi­cales. Après la média­ti­sa­tion de nom­breuses accu­sa­tions, il a déposé plainte pour « dif­fa­ma­tion » et « dénon­cia­tion calom­nieuse » à l’en­contre de plu­sieurs patients et jour­naux de la région.

 

NS

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
1829 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.