Trois ans d’interdiction d’exercer pour un chirurgien grenoblois après 54 opérations “sans justification médicale”

sep article

FIL INFO — Un chirurgien grenoblois écope d’une interdiction d’exercer de trois ans, dont 18 mois avec sursis. Suite à une plainte de la CPAM, le Conseil des médecins estime que le médecin aurait pratiqué en 2013 et 2014 pas moins de cinquante-quatre interventions chirurgicales sans justification médicale.

 

 

La Haute autorité de santé a classé les établissements. Parmi les meilleurs élèves en Isère, figurent la Clinique des Cèdres et la Clinique Belledonne

Opération chirurgicale. (image d’illustration) © Joël Kermabon

Un chirurgien grenoblois aurait-il eu le coup de bistouri trop facile ? Jeudi 11 avril, le Dauphiné Libéré révèle qu’un spécialiste en chirurgie orthopédique a été sanctionné par le Conseil national de l’ordre des médecins. À compter du 1er mai, le médecin ne pourra exercer durant trois ans (dont 18 mois avec sursis) suite à 54 dossiers de patients « opérés sans justification médicale » portant sur les années 2013 et 2014.

 

À l’origine de la décision, une plainte déposée en 2016 par la CPAM de l’Isère, à laquelle le chirurgien est également condamné à verser 35 000 euros. Selon le Conseil de l’ordre, cité par le Dauphiné Libéré, « le médecin n’aurait pas respecté une technique opératoire conforme aux recommandations de bonnes pratiques de la Haute Autorité de santé ». L’avocat du médecin réplique en précisant que certains des dossiers litigieux ne portent “que” sur des défauts d’information.

 

 

Des patients en fauteuil roulant après leurs opérations ?

 

Plus grave : certains patients auraient subi des complications d’une extrême gravité après leur passage sur le billard. Deux cas d’amputation et deux personnes en fauteuil roulant, évoque ainsi le Dauphiné Libéré. Des patients dont l’avocat estime que le chirurgien « a bénéficié de beaucoup trop de mansuétude jusqu’à présent et qu’il devrait être définitivement radié ». Quatre plaintes au pénal ont été déposées.

 

Opération chirurgicale. @ Chuga

Opération chirurgicale. (image d’illustration) © Chuga

 

Toujours dans les colonnes du Dauphiné Libéré, l’avocat du chirurgien dénonce « un véritable lynchage médiatique », quand bien même le nom de son client n’est jamais mentionné. Pour le défenseur, le lien entre opérations et infirmités des patients n’est pas avéré, ajoutant qu’un rapport d’expertise judiciaire aurait déjà disculpé le médecin dans au moins une des affaires. Pas question en somme pour l’avocat de laisser son client se faire traiter de « boucher ».

 

FM

 

commentez lire les commentaires
2039 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.