Élus locaux, politiques nationaux… et portrait d’Emmanuel Macron au barrage de Saint-Égrève samedi 15 juin

sep article



FIL INFO — Des élus locaux, des personnalités politiques et des militants se sont rassemblés devant le barrage de Saint-Égrève, samedi 15 juin. Mais aussi des activistes, accompagnés d’un invité surprise : le portrait d’Emmanuel Macron. Objectif du mouvement organisé par des syndicats et collectifs ? Dénoncer la privatisation des barrages. Un terme que refuse la parlementaire iséroise Émilie Chalas, qui défend la nécessaire « ouverture à la concurrence du renouvellement des concessions ».

 

 

Les mani­fes­tants contre la pri­va­ti­sa­tion des bar­rages réunis à Saint-Égrève samedi 15 juin comp­taient dans leurs rangs un invité inat­tendu en la per­sonne d’Emmanuel Macron… ou plus pré­ci­sé­ment de son por­trait. Les acti­vistes d’ANV-Cop21 ont en effet pro­fité de l’oc­ca­sion pour bran­dir le por­trait décro­ché en avril 2019 des bureaux de l’Hôtel de Ville de Poisat, au cours d’une opé­ra­tion bap­ti­sée « Sortons Macron ».

 

Le portrait d'Emmanuel Macron brandi durant le rassemblement au barrage de Saint-Égrève © ANV Cop21

Le por­trait d’Emmanuel Macron brandi durant le ras­sem­ble­ment au bar­rage de Saint-Égrève. © ANV Cop21

 

Le sym­bole est double : les mili­tants écrivent vou­loir « faire sor­tir le pré­sident de sa tour d’Ivoire et lui mon­trer qu’un grand nombre de citoyens se mobi­lisent contre sa poli­tique sociale et envi­ron­ne­men­tale »… mais aussi rap­pe­ler les consé­quences de la “réqui­si­tion” du fameux por­trait. En l’oc­cur­rence, une garde à vue et un rap­pel à la loi pour neuf membres d’ANV-Cop21 et le jour­na­liste indé­pen­dant Stephan Pull.

 

 

L’occasion de dénoncer « une répression importante »

 

C’est suite à une plainte dépo­sée par Ludovic Bustos, maire de Poisat et vice-pré­sident de la Métro aux Espaces publics et à la Voirie, que les acti­vistes (et le jour­na­liste) avaient été convo­qués par les forces de l’ordre. Organisées dans 52 autres villes de France, l’o­pé­ra­tion « Sortons Macron » a conduit à 60 gardes à vue, 50 per­qui­si­tions et 10 pro­cès, dénombre le mou­ve­ment ANV-Cop21. Qui ne manque pas de dénon­cer « une répres­sion impor­tante ».

 

Éric Piolle protège Delphine Batho des gouttes en plein discours © Antoine Back - Facebook

Éric Piolle pro­tège Delphine Batho des gouttes en plein dis­cours © Antoine Back – Facebook

 

Outre le por­trait d’Emmanuel Macron, d’autres élus et poli­tiques par­ti­ci­paient au ras­sem­ble­ment, en chair et en os. À com­men­cer par le maire de Grenoble Éric Piolle, son adjoint Pascal Clouaire et son conseiller muni­ci­pal Antoine Back. Sans oublier le pré­sident du SMTC Yann Mongaburu, le séna­teur de l’Isère Guillaume Gontard. En pas­sant par le secré­taire dépar­te­men­tal du PCF Jérémie Giono, et même l’an­cienne ministre de l’Écologie Delphine Batho.

 

 

Pas de privatisation mais une ouverture à la concurrence, juge Émilie Chalas

 

Sans sur­prise, la dépu­tée LREM de l’Isère Émilie Chalas n’é­tait, elle, pas parmi les mani­fes­tants. La par­le­men­taire n’a tou­te­fois pas man­qué de se rap­pe­ler à leur bon sou­ve­nir via un com­mu­ni­qué émis pour dénon­cer « des pos­tures et des oppo­si­tions de prin­cipe ». Et affir­mer que « les bar­rages ne seront pas pri­va­ti­sés », mais sou­mis à une néces­saire « ouver­ture à la concur­rence du renou­vel­le­ment des conces­sions ». Tout en res­tant pro­priété de l’État.

 

Emilie Chalas, députée de l'Isère. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Émilie Chalas, dépu­tée de l’Isère. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

« Personne ne sou­haite dila­pi­der notre patri­moine hydro­élec­trique qui res­tera un pilier de la poli­tique éner­gé­tique de la France », écrit encore la dépu­tée de la 3e cir­cons­crip­tion du dépar­te­ment. Non sans oublier de men­tion­ner ceux qui, selon elle, « au tra­vers de leurs accu­sa­tions poli­ti­ciennes ou dog­ma­tiques, esquivent le débat de fond qui est celui des moyens néces­saires pour par­ve­nir à notre sou­ve­rai­neté éner­gé­tique, qui est euro­péenne et non franco-fran­çaise ».

 

FM

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1495 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.