Des activistes et un journaliste en garde à vue après la « réquisition » du portrait d’Emmanuel Macron à Poisat

sep article

FOCUS – Des activistes d’ANV-Cop21 se sont rassemblés devant la gendarmerie d’Eybens, ce mercredi 10 avril. En cause ? La convocation de dix d’entre eux suite au décrochage du portrait d’Emmanuel Macron le 3 avril dernier en mairie de Poisat. Placés en garde à vue, ils seront convoqués le 7 mai devant le TGI en vue d’un rappel à la loi.

 

 

Suite au décrochage du portrait d'Emmanuel Macron, des activistes ont été convoqués à la gendarmerie d'Eybens. © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Si nous sommes là aujourd’­hui c’est pour répondre de nos actes. Nous avons réqui­si­tionné ou sou­te­nons ceux qui ont réqui­si­tionné le por­trait de Macron le 3 avril à Poisat. » Ce mer­credi 10 avril en début de mati­née, une acti­viste d’ANV-Cop21 lit un texte à haute voix devant les grilles du por­tail de la caserne de gen­dar­me­rie d’Eybens.

 

Derrière elle, une dizaine d’autres acti­vistes et quelques sym­pa­thi­sants bran­dissent des ban­de­roles ou tiennent, ser­rées contre leurs poi­trines, des pan­cartes. Tous sont là pour sou­te­nir six d’entre eux répon­dant à une convo­ca­tion des gen­darmes d’Eybens. En cause ? La plainte dépo­sée par Ludovic Bustos, le maire de Poisat, pour vol en réunion. En com­plé­ment, une sep­tième convo­ca­tion devait se dérou­ler dans l’a­près-midi.

 

 

Pour les activistes c’est une réquisition, pas un vol

 

Des activistes devant la gendarmerie d'Eybens après la convocation de dix d'entre eux suite au décrochage du portrait d'Emmanuel Macron.© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

La rai­son de ces pour­suites ? L’action de déso­béis­sance civile du mer­credi 3 avril, durant laquelle les mili­tants ont décro­ché le por­trait d’Emmanuel Macron dans la salle du conseil muni­ci­pal de la com­mune.

 

Une opé­ra­tion nom­mée « Sortons Macron » ayant pour objec­tif de réqui­si­tion­ner le por­trait pré­si­den­tiel. Et de ne le rendre que si le gou­ver­ne­ment tient ses enga­ge­ments en faveur du cli­mat. « C’est une réqui­si­tion, pas un vol », sou­lignent pour leur défense les acti­vistes. Qu’à cela ne tienne, les auto­ri­tés sont d’un tout autre avis. Pour elles, il ne s’a­git ni plus, ni moins que d’un vol en réunion.

 

 

Gardes à vue, perquisitions et convocations pour un rappel à la loi

 

Depuis l’é­va­po­ra­tion du por­trait, dix per­sonnes dont un jour­na­liste [cf. enca­dré] ont été pla­cées en garde à vue. Et la plu­part de leurs domi­ciles ont fait l’ob­jet de per­qui­si­tions. Le but de ces visites à domi­cile ? Bien sûr ten­ter de retrou­ver la photo dans son cadre, mais aussi col­lec­ter tout autre élé­ment pro­bant pour l’en­quête. À l’is­sue d’une garde à vue de près de quatre heures, les gen­darmes ont relâ­ché les acti­vistes et le jour­na­liste. La suite ? Une convo­ca­tion ce 7 mai devant le tri­bu­nal de grande ins­tance (TGI) qui devrait leur signi­fier un simple rap­pel à la loi.

 

Des activistes rassemblés devant la gendarmerie d'Eybens après la convocation de dix d'entre eux suite au décrochage du portrait d'Emmanuel Macron.© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Toujours est-il qu’il en fal­lait plus pour décou­ra­ger les mili­tants pour le cli­mat. « Nous, nous res­tons déter­mi­nés. Les réqui­si­tions n[e] [s”]arrêteront pas, mal­gré la répres­sion déme­su­rée qu’a pro­vo­quée cette action », assure Marie Cesaroni d’ANV-Cop21. L’activiste l’af­firme, les mili­tants pour le cli­mat n’ont pas peur des pour­suites. « Ce qui nous fait peur c’est que rien ne soit fait et que les condi­tions de vie sur Terre soient mena­cées », lance-t-elle, dépi­tée.

 

Depuis le 21 février, les acti­vistes ont ainsi réqui­si­tionné 32 por­traits dans toute la France. Face à cela « [nous subis­sons] une répres­sion forte et dérai­son­nable, sem­blable à celle mise en place face aux mou­ve­ments sociaux actuels », estiment les acti­vistes, qui n’ont pas man­qué de tacler le gou­ver­ne­ment. « Trente-deux por­traits, vingt-six per­qui­si­tions et vingt per­sonnes en pro­cès… Mais tou­jours pas d’ac­tion pour le cli­mat… », déplorent-ils.

 

Joël Kermabon

 

 

Stephan Pull, journaliste : « Je ne comprends pas pourquoi je suis là, je n’ai rien volé »

 

« Ma convo­ca­tion fait suite à l’é­vé­ne­ment de Poisat, nous confie Stephan Pull, jour­na­liste indé­pen­dant. Je ne sais pas com­ment ils [les gen­darmes, ndlr] ont su que j’é­tais jour­na­liste ». Ce der­nier, titu­laire de la carte de presse, dit ne pas faire par­tie des acti­vistes pour­sui­vis.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Préparation des pan­cartes. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce pro­fes­sion­nel, qui a tra­vaillé durant trente ans dans le ser­vice public à France Télévision dont vingt-cinq ans pour Thalassa, se sent plei­ne­ment jour­na­liste. « Je pro­duis une infor­ma­tion qui est certes dif­fé­rente des autres médias mais je pro­fite de ma liberté pour trai­ter des sujets qui m’in­té­ressent vrai­ment », explique-t-il.

 

« Je suis à la fois jour­na­liste et mili­tant parce que je tra­vaille pour des causes qui me semblent utiles », nous pré­cise Stephan Pull, tout en indi­quant qu’il donne « des coups de main à plein d’as­so­cia­tions qui ont besoin d’i­mages ».

 

« Ils ont fait une perquisition à mon domicile »

 

Ce jour­na­liste che­vronné n’a pas bien com­pris ce qui lui arri­vait. « Je ne com­prends pas pour­quoi je suis là, je n’ai rien volé. J’ai juste fait des images d’une action qui se dérou­lait. J’ai fait mon métier de jour­na­liste indé­pen­dant », a‑t-il objecté aux gen­darmes lors de sa garde à vue. En l’oc­cur­rence, réa­li­ser des séquences des­ti­nées à d’autres médias qui en auraient mani­festé le besoin.

Les activistes pénètrent dans la gendarmerie pour leur garde à vue. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les acti­vistes pénètrent dans la gen­dar­me­rie pour leur garde à vue. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Durant la garde à vue, les gen­darmes ont été très aimables et com­pré­hen­sifs sur la cause », relate Stephan Pull. Quoi qu’il en soit, cela ne les a nul­le­ment empê­chés de signa­ler que ça res­tait un vol. « Ils ont fait une per­qui­si­tion à mon domi­cile », pour­suit le jour­na­liste free lance, lui aussi convo­qué le 7 mai devant le TGI pour un rap­pel à la loi.

 

JK

commentez lire les commentaires
2343 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.