Portrait d’Emmanuel Macron « réquisitionné » à Poisat : rappel à la loi pour neuf activistes d’ANV-Cop21

sep article



FOCUS – Le délégué du procureur a convoqué, ce mardi 7 mai, neuf activistes d’ANV-Cop21 auteurs de la “réquisition” du portrait d’Emmanuel Macron à Poisat. Une action visant à symboliser le « vide de la politique climatique et sociale du gouvernement ». Après les avoir tous entendus, le délégué leur a signifié un simple rappel à la loi. Les militants, qui risquaient cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende, n’ont toutefois pas consenti à rendre le portrait. 

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Une dizaine d’ac­ti­vistes d’Action non vio­lente – Cop21 (ANV-Cop21) avaient décro­ché, le 3 avril der­nier, le por­trait d’Emmanuel Macron dans la salle du conseil muni­ci­pal de Poisat. Après enquête, la gen­dar­me­rie d’Eybens les avaient pla­cés en garde à vue entre les 4 et 9 avril pour « vol en réunion ». Non sans avoir per­qui­si­tionné leurs domi­ciles res­pec­tifs dans l’es­poir de retrou­ver le por­trait.

 

L’objectif de cette opé­ra­tion coup de poing inti­tu­lée « Sortons Macron » ? Interpeller le gou­ver­ne­ment afin qu’il prenne des mesures radi­cales contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique.

 

Ce mardi 7 mai, neuf des dix acti­vistes inter­pel­lés ont répondu à une convo­ca­tion du délé­gué du pro­cu­reur de la République, en vue d’un rap­pel à la loi. Mais ces der­niers n’ont pas dévié de leurs pre­mières décla­ra­tions, refu­sant d’une seule voix de rendre le por­trait du pré­sident.

 

 

« Si c’était à refaire, je le referais ! »

 

« Nous lui avons dit que c’é­tait une action non vio­lente sym­bo­lique et que nous ne recon­nais­sions pas le vol du por­trait », relate Philippe, l’une des per­sonnes convo­quées. « Quand comp­tez-vous le rap­por­ter ? », leur a demandé le délé­gué du pro­cu­reur. « C’est une réqui­si­tion, pas un vol. Nous le ramè­ne­rons quand M. Macron pren­dra des mesures effec­tives pour lut­ter contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique. »

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Les acti­vistes ris­quaient pour­tant gros, selon les termes de la loi. De fait, pour la qua­li­fi­ca­tion de « vol en réunion » le légis­la­teur a prévu cinq ans d’emprisonnement et une amende de 75 000 euros. Pas de quoi démon­ter Philippe, qui assure n’a­voir aucun regret. « Je suis très content d’a­voir par­ti­cipé à cette action. Si c’é­tait à refaire, je le refe­rais », déclare-t-il.

 

Au nombre des per­sonnes convo­quées, Stéphane Poulle, un jour­na­liste qui a notam­ment tra­vaillé pour Thalassa. « J’ai dit que je ne com­pre­nais pas pour­quoi j’é­tais convo­qué alors que je n’ai fait que le métier que je fais depuis trente ans », relate-t-il. Et ce d’au­tant plus, fait-il remar­quer, « que d’autres confrères étaient pré­sents au moment de cette action et que eux n’ont pas été convo­qués ». Pour Stéphane Poulle, la cause est enten­due. Il était là pour faire des images de l’ac­tion qui se dérou­lait, pour infor­mer, ni plus ni moins.

 

 

« C’est de la communication de masse, nous essayons juste de parler aux gens »

 

« Nous avons mené l’ac­tion à visages décou­verts. Il n’é­tait pas ques­tion pour nous de refu­ser de signer le rap­pel à la loi », explique Valentin. Tout comme Philippe, il reste déter­miné à ne pas céder. « Nous serons heu­reux de rendre le por­trait le jour où il y aura plus de jus­tice sociale et cli­ma­tique », assure le mili­tant.

 

Quant à l’en­tre­vue, « elle est res­tée bon­homme », décrit-il. Point de morale sur la forme de l’ac­tion ou ses rai­sons. « Il [le délé­gué du pro­cu­reur, ndlr] serait sorti de son rôle en fai­sant cela, fait remar­quer Valentin. Et, nous, nous étions dans le nôtre. »

 

Neuf auteurs de la “réquisition” du portrait d’Emmanuel Macron à Poisat étaient convoqués, ce 7 mai, par le délégué du procureur pour un rappel à la loi.Les activistes d'ANV - Cop21 convoqués accompagnés de sympathisants. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les acti­vistes d’ANV – Cop21 convo­qués accom­pa­gnés de sym­pa­thi­sants. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Avec le recul, cette réqui­si­tion valait-elle le coup ? « Oui ! », rétorque Valentin. « Elle par­ti­cipe d’un mou­ve­ment où nous essayons de faire prendre conscience aux gens. » Le mili­tant ne se berce pas d’illu­sions. « Il est évident que cette action par elle-même n’aura pas un grand impact. C’est de la com­mu­ni­ca­tion de masse, nous essayons juste de par­ler aux gens. »

 

Actions non vio­lentes, marches pour le cli­mat, rap­port du Giec… Autant de signes d’une prise de conscience que les mili­tants sou­haitent mas­sive. « Cette action en est une parmi beau­coup d’autres. Par ailleurs, d’autres mou­ve­ments de déso­béis­sance civile émergent et des scien­ti­fiques s’en­gagent », s’en­flamme Valentin. « Tout ça fait par­tie d’un tout. Alors, oui, ça vaut le coup ! On peut regret­ter que ça arrive tard, mais néan­moins c’est bien là ! », assure-t-il.

 

 

Une cinquantaine de portraits “réquisitionnés” dans les mairies de France

 

Toujours est-il que les mili­tants ont tout inté­rêt à se tenir à car­reau pen­dant au moins six ans ! En effet, le rap­pel à la loi, loin d’être un clas­se­ment sans suite, consti­tue une mise en garde sur le carac­tère répré­hen­sible des agis­se­ments consta­tés.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

En cas de réci­dive, le pro­cu­reur de la République est en droit, sauf élé­ment nou­veau, de mettre en œuvre une com­po­si­tion pénale ou d’en­ga­ger des pour­suites. Ce qui n’a pas empê­ché les acti­vistes de pour­suivre leurs actions depuis le 21 février. Ils ont ainsi déjà “réqui­si­tionné” plus de trente-neuf por­traits dans des mai­ries de France.

 

Ces pho­to­gra­phies d’Emmanuel Macron, tenues en lieu sûr, sont par­fois exhi­bées au cours d’ac­tions coup de poing. Pourquoi avoir choisi cette forme d’ac­tion ? « En lais­sant des murs vides à la place des por­traits que nous décro­chons, nous illus­trons sym­bo­li­que­ment le vide de la poli­tique cli­ma­tique et sociale du gou­ver­ne­ment », expliquent les acti­vistes d’ANV – Cop21.

 

Joël Kermabon

 

Immobilier des Alpes - Offres exceptionnelles de séjours aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
1944 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.