La Chaud Vive

La sta­tion de ski aban­don­née de La Chaud (Saint-Honoré 1500) revient à la vie avec “La Chaud vive !”

La sta­tion de ski aban­don­née de La Chaud (Saint-Honoré 1500) revient à la vie avec “La Chaud vive !”

FOCUS – La sta­tion fan­tôme de La Chaud sur la com­mune de Saint-Honoré 1 500, en Matheysine, s’ap­prête à sor­tir d’un long som­meil, le 1er juin pro­chain. Les com­pa­gnies de danse Épiderme de Nicolas Hubert et Ke Kosa de Giulia Arduca la feront revivre, le temps d’un après-midi, grâce au mini-fes­ti­val “La Chaud vive !”. Au pro­gramme : trois per­for­mances cho­ré­gra­phiques de 16 heures à 22 heures, dans ce lieu où la nature a repris ses droits.

Il fera chaud, ce 1er juin, à La Chaud, sur les hau­teurs du pla­teau de la Matheysine. Les pas de danse se mêle­ront à l’en­vi­ron­ne­ment apo­ca­lyp­tique de la sta­tion aban­don­née sur la com­mune de Saint-Honoré, dans le cadre de la sai­son 3 de Paysage>Paysages, l’o­pé­ra­tion cultu­relle pro­po­sée par le Département de l’Isère.

« La Chaud Vive ! » pro­po­sera de 16 heures à 22 heures trois spec­tacles en exté­rieur dans cet envi­ron­ne­ment inso­lite. Un lieu qui a ins­piré, et même « fas­ciné », Giulia Arduca et Nicolas Hubert, cho­ré­graphes à l’o­ri­gine du pro­jet. « Les élus locaux ont été éton­nés que l’on s’intéresse à autre chose que les friches et les tags », s’a­musent-ils.

La Chaud Vive

La Chaud Vive

« L’idée est d’i­ma­gi­ner que pen­dant quelques heures ce lieu, rede­vienne un lieu fré­quenté, pour, cette fois-ci, des rai­sons cultu­relles, et non tou­ris­tiques, ou spor­tives », ajoute le cho­ré­graphe Nicolas Hubert. En plus des spec­tacles, de nom­breuses ani­ma­tions sont au pro­gramme. Elles met­tront en lumière cer­taines spé­cia­li­tés culi­naires locales, ou encore des pro­duits arti­sa­naux. L’association « Les amis du Pain », sera ainsi de la par­tie, pour res­tau­rer le public présent.

Un lieu unique, pour des spec­tacles uniques

Les com­pa­gnies gre­no­bloises Ke Kosa et Epiderme pro­po­se­ront ainsi trois spec­tacles : Toucher pas Touché, 500/Cinquecento, et Transhumance. Des repré­sen­ta­tions qui ont voca­tion à se faire dans des espaces tels que ceux exis­tant dans cette sta­tion fan­tôme. « L’espace fait par­tie inté­grante de la per­for­mance. Le spec­tacle, uni­que­ment en espace public, est ainsi dif­fé­rent selon le lieu où on le joue », jus­ti­fie Nicolas Hubert.

500/Cinquecento, par exemple, une « créa­tion contem­po­raine à ten­dance cho­ré­gra­phique » de la com­pa­gnie Ke Kosa, gra­vite autour de trois pro­ta­go­nistes : un homme, une femme, et une Fiat 500. Ils nous embarquent pour un voyage de 500 km, en 500 heures. Pour se jouer cette pièce demande un espace par­ti­cu­lier, prêt à accueillir, cette voi­ture ita­lienne, et ses passagers.

500/Cinquecento

500/Cinquecento : 500 km, en 500h, en Fiat 500. ©Stéphane Tasse

Le ter­rain de ten­nis, à entre autres retenu l’at­ten­tion de Giulia Arduca pour ce spec­tacle. Mais ils rap­pellent, que toute la sta­tion sera uti­li­sée pour les per­for­mances, qui sont au nombres de trois. Les lieux pré­cis, seront com­mu­ni­qués sur place.

Un espace aban­donné comme ter­rain de jeu

La construc­tion de la sta­tion à Saint-Honoré a com­mencé dans les années 70 et s’est arrê­tée net en 1993, suite à l’a­ban­don du pro­jet par les pro­mo­teurs. Mise aux enchères, en 2004, elle n’a pas trouvé d’a­che­teur. Elle est depuis lais­sée à l’a­ban­don. Très vite les graffs, et la flore y ont élus domicile.

« C’est comme si cette sta­tion était un bou­let de l’his­toire qui se traîne, de par le fait que ce soit un échec. Mais nous nous pro­po­sons de redon­ner vie à cet espace » jus­ti­fie le cho­ré­graphe. Il vient pré­sen­ter avec sa troupe : Toucher pas Touché. Une pièce avec deux dan­seurs et un musi­cien en live.

Images de la pièce Toucher pas toucher

Images de la pièce Toucher pas tou­ché. © Clémence Foucher

Une ren­contre expé­ri­men­tale, sur le tou­cher, et le contact au sens plus large. « On a voulu par­tir des codes du com­bat avec un ring, en gar­dant à l’i­dée, qu’une per­for­mance artis­tique à des faux airs de com­bat. Une per­for­mance c’est fina­le­ment jeter son corps dans la bataille », témoigne Nicolas Hubert. Un spec­tacle qui n’est pas seule­ment axé sur le com­bat, à l’en croire, mais sur une rela­tion tumul­tueuse, ryth­mée par des séquences d’a­mour et de conflit.

Accessibilité faci­li­tée

Au pre­mier abord, ce lieu aban­donné pour­rait poser ques­tion quant à son acces­si­bi­lité. Mais les orga­ni­sa­teurs se montrent ras­su­rants et confirment qu’il est situé à moins d’une heure de Grenoble, et à seule­ment dix minutes du vil­lage de Saint-Honoré. Des places de par­king seront du reste amé­na­gées en nombre, pour accueillir les festivaliers.

Pour ce pre­mier, samedi du mois de juin, en plus des spec­tacles pro­po­sés, ce sera aussi l’oc­ca­sion de décou­vrir, cette infra­struc­ture peu com­mune, où la nature à (re)pris ses quartiers…

Mohamed Benmaazouz

Fort sou­tien des collectivités

La « Chaud Vive », est par ailleurs un pro­jet sou­tenu par plu­sieurs col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales telles que la com­mu­nauté de com­munes Matheysine, le dépar­te­ment de l’Isère ou encore la mai­rie de St Honoré. Cette der­nière four­nit une aide logistique.

Place Gre'net

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les adjoints Gilles Namur et Margot Belair, Bertrand Raynaud (Alp’Études), Quentin De Neeff ( directeur de projet en mission d’aménagement des espaces publics), Frédéric Cacciali (pour la Sages) et Nathalie Durand (direction de l’urbanisme et de l’aménagement). © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : de nou­veaux espaces publics quar­tier Flaubert pour le trans­for­mer et l’a­dap­ter au chan­ge­ment climatique

FOCUS - À l'occasion d'une visite guidée organisée sur site, la Ville de Grenoble a présenté, le 10 juillet 2024, ce que va devenir le Lire plus

Les livreurs à vélo et des élus prennent la pose devant leur nouveau local situé 8, rue Saint-François à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
La Ville de Grenoble met un local flam­bant neuf à la dis­po­si­tion des livreurs de repas à domicile

FOCUS - La Ville de Grenoble a décidé de mettre gratuitement à disposition des livreurs de repas à vélo un local situé en plein cœur Lire plus

Soixante-dix jeunes Isérois relient Grenoble à Nice à vélo élec­trique pour pro­mou­voir le don du sang

EN BREF - Quelque 70 jeunes Isérois, âgés de 15 à 17 ans, ont pris le départ du projet Grenoble-Nice, vendredi 12 juillet 2024, devant Lire plus

Gazage des pigeons: des associations animalistes annoncent un “happening” devant la mairie de Vienne le 17 juillet
Gazage des pigeons : des asso­cia­tions ani­ma­listes annoncent un “hap­pe­ning” devant la mai­rie de Vienne

FLASH INFO - L'Association justice animaux Savoie (Ajas) et l'association Paris animaux Zoopolis (Paz) annoncent l'organisation d'un “happening” devant l'hôtel de Ville de Vienne, mercredi Lire plus

Des riverains et commerçants dénoncent la piétonnisation “surprise” de la rue Lazare-Carnot, quartier Championnet à Grenoble
Grenoble : des rive­rains et com­mer­çants dénoncent la pié­ton­ni­sa­tion “sur­prise” de la rue Lazare-Carnot, quar­tier Championnet

FOCUS - Surprise pour des riverains et des commerçants du quartier Championnet de Grenoble: depuis le lundi 1er juillet, un tronçon de la rue Lazare-Carnot, Lire plus

Vézeronce-Curtin : le ges­tion­naire d’une rési­dence séniors en liqui­da­tion judi­ciaire, 42 per­sonnes âgées livrées à elles-mêmes

EN BREF - Placée en liquidation judiciaire, la société Cormaline, gestionnaire de la résidence séniors du Clos des Tilleuls, à Vézeronce-Curtin, dans le Nord-Isère, a Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !