Centre LGBT de Grenoble : un nouvel espace regroupant onze associations en vue de créer des synergies

sep article

FOCUS – Militants LGBT et élus grenoblois ont inauguré, vendredi 17 mai, le nouveau Centre LGBT de Grenoble. Un local de 150 mètres carrés regroupant pas moins de onze associations d’accueil des personnes, de lutte contre l’homophobie et pour l’égalité des droits. Et la promesse de nouvelles synergies entre les structures.

 

 

Moment de fête rue Sergent-Bobillot vendredi 17 mai. À l’occasion de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, le (tout) nouveau Centre LGBT de Grenoble ouvrait ses portes. Une inauguration très officielle en présence de nombreux élus, à commencer par le maire de Grenoble Éric Piolle et ses adjoints Emmanuel Carroz, Kheira Capdepon, Alain Denoyelle et Emmanuel Carroz, ou encore le conseiller municipal Yann Mongaburu.

 

Grenoble inaugurait venredi 18 mai son nouveau Centre LGBT, un espace plus grand pour onze associations de lutte pour les droits et contre l'homophobie.Un local déjà bien rempli le soir de son inauguration © Florent Mathieu - Place Gre'net

Un local déjà bien rempli le soir de son inauguration. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Les onze associations (cf. encadré) qui composent le Centre LGBT ont de quoi se réjouir : autrefois regroupées dans un espace de 20 mètres carrés à l’étage du bâtiment propriété de la Ville, elles investissent à présent les 150 mètres carrés de son rez-de-chaussée. Un changement remarquable qui n’empêchait pas de se sentir à l’étroit le soir de l’inauguration. « On veut des locaux plus grands ! », plaisantaient d’ores et déjà des militants serrés comme des sardines.

 

 

Développer des synergies nouvelles

 

Le Centre LGBT n’a pas vocation à accueillir autant de monde à la fois. Mais son nouvel espace va permettre aux associations de pouvoir travailler en même temps, et non en rotation comme autrefois. Plus important encore : l’aménagement des locaux facilite des permanences d’accueil pour les personnes homosexuelles ou transgenres, l’un des cœurs de mission d’associations du centre comme À jeu égal, Rita, SOS Homophobie ou encore Le Refuge.

 

Éric Piolle prend la parole durant l'inauguration, aux côtés de Damien Duport-Besson, trésorier et membre du CA du Centre LGBT © Florent Mathieu - Place Gre'net

Éric Piolle prend la parole durant l’inauguration, aux côtés de Damien Duport-Besson, trésorier et membre du CA du Centre LGBT. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La proximité entre associations peut aussi créer de nouvelles synergies. « On espère que les liens vont s’intensifier. Un espace comme cela permet d’envisager nos actions différemment, de pouvoir organiser des choses d’envergure ensemble », explique Françoise, membre du conseil d’administration du centre et de l’association Les Voies d’Elles. « C’est une nouvelle vie qui commence dans le centre ! », confirme Maud, membre de Grenoble Fiertés.

 

Pour le moment, les occupants du centre prennent surtout leurs marques, après avoir intégré les lieux le 17 avril. Les salles se meublent, entre bureaux et espaces d’accueil ou de détente, avec d’ores et déjà une bibliothèque et bientôt, espèrent les militants, une filmothèque. « Notre centre va être encore plus beau dans les mois à venir », promet Françoise, enthousiaste.

 

 

Une nouvelle étape pour les associations

 

Plus grand, plus fonctionnel, ce nouveau Centre LGBT constitue aussi une nouvelle étape dans les combats menés par les associations et celles et ceux qui les portent, ou les ont portés. Comme l’adjoint à l’Égalité des droits et à la Vie associative de Grenoble. Militant de longue date avant d’être élu en 2014 sur la liste Une ville pour tous, Emmanuel Carroz ne cache ni sa fierté, ni son émotion.

 

Emmanuel Carroz (à droite) et Bernard Macret © Florent Mathieu - Place Gre'net

Bernard Macret et Emmanuel Carroz. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Je suis très content en tant qu’élu de voir que quelque chose auquel j’ai participé il y a vingt ans prend de l’ampleur ! », confie-t-il ainsi. Et s’il explique s’être mis en retrait de ses activités militantes en 2014 « parce que ce n’est pas possible d’avoir deux casquettes », il ne s’en proclame pas moins toujours autant attaché à la défense des droits des personnes LGBT. « Pas de favoritisme, et pas de culpabilité ! », résume l’adjoint.

 

« Le travail est encore immense car rien n’est jamais acquis : il faut toujours avancer, et nous serons à vos côtés dans les années qui viennent », assure de son côté Éric Piolle. Un soutien pratique, par la mise à disposition du local municipal, mais aussi financier. Le Centre LGBT de Grenoble est ainsi subventionné à hauteur de 2 500 euros par an, somme à laquelle s’ajoutent les subventions versées à certaines associations d’aide et d’accueil des personnes.

 

Florent Mathieu

 

 

Les onze associations du Centre LGBT de Grenoble

 

À jeu égal

Les Voies d’Elles

L’Association des Parents et futurs parents Gays et Lesbiens (AGPL)

Contact

Grenoble Fiertés

La Chorale Free Sons

Grrrnoble Bear Association

Rando’s Rhône-Alpes

Rita

Le Refuge

SOS Homophobie

 

commentez lire les commentaires
2045 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Je constate un certain manque d’ambition chez les militants LGBT. Ils auraient dû construire un parti politique et se présenter pour les élections européennes, voire présidentielles avec M Piolle leur candidat naturel, pardon pour le jeu des mots 🙂

    sep article