Mondane Jactat, conseillère municipale déléguée à la santé et porteuse de la délibération. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La Ville de Grenoble s’en­gage à limi­ter l’ex­po­si­tion de la popu­la­tion aux per­tur­ba­teurs endocriniens

La Ville de Grenoble s’en­gage à limi­ter l’ex­po­si­tion de la popu­la­tion aux per­tur­ba­teurs endocriniens

FOCUS - La Ville de Grenoble a adopté à l'unanimité, ce lundi 13 mai, une délibération visant à limiter l'exposition de la population aux perturbateurs endocriniens (PE). Notamment avec son adhésion à la Charte des villes et territoires sans PE et l'élaboration d'un plan d'action en cinq points pour la période 2019-2022.

 

 

Conseil municipal du 13 mai 2019. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Conseil municipal du 13 mai 2019. © Joël Kermabon - Place Gre'net

« Agir pour garantir la bonne santé ou le bien-être d'une population c'est agir bien au-delà de l'organisation du système de soins. C'est adopter une conception large, collective et transversale de la santé pour agir sur ses déterminants », a commencé par expliquer Mondane Jactat.

 

La conseillère municipale déléguée à la santé présentait, ce lundi 13 mai, la délibération portant sur l'adhésion de Grenoble à la Charte des villes et territoires sans perturbateurs endocriniens (PE). Une charte déjà signée par près de 200 communes en France. Dont Paris, Strasbourg et Toulouse, ainsi que des régions, départements et intercommunalités.

 

Mais pas seulement puisqu'il s'agissait aussi d'adopter les objectifs du plan d’action de la Ville pour la période 2019-2022. L'objectif de cette délibération ? Limiter autant que faire se peut l'exposition de la population à ces substances chimiques d'origine naturelle ou artificielle étrangères à l'organisme.

 

 

« La Ville agit déjà pour limiter l'exposition de ses habitants, mais elle doit faire plus »

 

« L'exposition aux PE dans les périodes dites vulnérables peut avoir des conséquences à court terme sur notre santé mais aussi à long terme sur les générations futures », poursuit Mondane Jactat. De fait, rappelle-t-elle, les études scientifiques concordent pour démonter que les perturbateurs endocriniens sont les principaux responsables de nombreuses maladies. Une menace mondiale, pointée par l'Organisation mondiale de la santé et le programme des Nations unies pour l’environnement, à laquelle il faut apporter une solution.

 

La commission européenne traine des pieds pour définir et, derrière, réglementer les perturbateurs endocriniens. DR

La commission européenne traine des pieds pour définir et, derrière, réglementer les perturbateurs endocriniens. DR

Or, la réglementation européenne ne répond pas à cet enjeu, regrette l'élue. « C’est pourquoi il est important pour les villes d’agir et de prendre les mesures pour limiter l’exposition des habitants », appuie-t-elle. Si Grenoble agit déjà en ce sens, rappelle Mondane Jactat, « elle doit faire plus », affirme-t-elle. Comment ? « En structurant sa stratégie au sein d'un plan d’action pluriannuel fixant des objectifs ambitieux ».

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 59 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Rassemblement contre la tansphobie, le dimanche 26 mai 2024 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : plus de 150 per­sonnes ont par­ti­cipé à un ras­sem­ble­ment contre la transphobie

FOCUS - À l'appel du mouvement Contre offensive trans 38 et d'autres associations et collectifs, près de 150 personnes se sont rassemblées rue Félix-Poulat, dimanche Lire plus

Jeudi 23 mai 2024, des représentants de la Métropole et de la Ville de Grenoble visitaient les locaux de l'association Ça déménage. © Joël Kermabon - Place Gre'net
L’association gre­no­bloise Ça démé­nage qui aide les vic­times de vio­lences à quit­ter leur conjoint s’ins­talle à Sassenage

FOCUS - Aider les femmes victimes de violences conjugales à partir de chez elles et leur fournir au maximum ce dont elles ont besoin pour Lire plus

Après restauration, la chapelle Saint-Paul-de-Beauvert à Grenoble rouvre ses portes aux fidèles
Après res­tau­ra­tion, la cha­pelle Saint-Paul-de-Beauvert à Grenoble a rou­vert ses portes aux fidèles

FLASH INFO - La chapelle Saint-Paul-de-Beauvert, avenue Léon-Blum à Grenoble, a rouvert ses portes le samedi 18 mai 2024, après des travaux de restauration menés Lire plus

De gauche à droite : Rida Ghalloudi (Sages), Mathieu Tovenatti (Ogic), Savinien De Pizzol, (agence Dumétier), Isabelle Peters, première adjointe de la Ville de Grenoble et Margot Belair, déléguée à l'Urbanisme lors de la présentation du projet de réhabilitation des Volets Verts de l'Abbaye. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réhabilitation de la cité des Volets verts : « Nous nous bat­trons jusqu’au bout contre ce projet ! »

REPORTAGE - La Ville de Grenoble organisait, mercredi 22 mai 2024, une réunion publique d'information sur la réhabilitation de la cité des Volets verts dans Lire plus

Le comité local Attac 38 donne le coup d'envoi à une nouvelle campagne appelant à taxer les plus riches
Le comité local Attac 38 lance une nou­velle cam­pagne appe­lant à taxer les plus riches

FLASH INFO - Des militants du comité local Attac 38 se sont donné rendez-vous devant l'hôtel des impôts de Grenoble, avenue Rhin-et-Danube, jeudi 23 mai Lire plus

Européennes: la liste Écologie positive et Territoires a fait escale à Grenoble, sur les terres d'Éric Piolle
Européennes : les repré­sen­tants de la liste Écologie posi­tive et ter­ri­toires, en cam­pagne à Grenoble, taclent Éric Piolle

FOCUS - Éric Lafond, porte-parole national de la liste candidate aux élections européennes 2024 Écologie positive et territoires, et son candidat isérois Bernard Zamora ont Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !