Perturbateurs endocriniens : échec de Bruxelles, à Grenoble chercheurs et politiques accusent les lobbys

sep article

Notre indépendance c

Une nouvelle fois, la Commission européenne a échoué mardi 30 mai à trouver un accord sur les critères scientifiques qui permettraient de définir précisément ce qu’est un perturbateur endocrinien. La question n’est pas anodine puisque la réglementation qui va être mise en place va justement dépendre de la définition de ces substances chimiques agissant comme des leurres hormonaux et suspectées d’être à l’origine de maladies.

 

 

C’est aussi à par­tir de ces cri­tères que pourra être dres­sée une liste de pro­duits, essen­tiel­le­ment des pes­ti­cides et des bio­cides, qui pour­raient être inter­dits sur le mar­ché euro­péen. S’ils par­viennent à se mettre d’ac­cord, les pays euro­péens seront les pre­miers à prendre de telles mesures dans le monde.

 

Mais, depuis la pre­mière mou­ture pro­po­sée en juin 2016, et après trois ans de retard – Bruxelles avait jus­qu’en décembre 2013 pour lis­ter ces fameux cri­tères – la Commission euro­péenne n’a jamais réussi à réunir la majo­rité qua­li­fiée des États membres.

 

 

Rémy Slama et Michèle Bonneton mettent en cause les lobbys

 

 

En cause ? Une défi­ni­tion jugée trop res­tric­tive, notam­ment par la France, et qui fait le jeu des lob­bys indus­triels. Une posi­tion que défend à Grenoble l’é­pi­dé­mio­lo­giste Rémy Slama, auteur de plu­sieurs études sur le sujet. Celui-ci a inter­pellé Bruxelles à plu­sieurs reprises, notam­ment le 7 avril der­nier dans une lettre ouverte signée par plu­sieurs cher­cheurs euro­péens et amé­ri­cains. Une posi­tion que sou­tient aussi la dépu­tée de l’Isère Michèle Bonneton, qui réclame une har­mo­ni­sa­tion au niveau euro­péen. Cela atten­dra encore un peu… Nouvelle ten­ta­tive de vote avant l’été ?

 

PC

 

commentez lire les commentaires
2286 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.