Salon Iseramat : Tullins-Fures, capitale régionale des radioamateurs le temps d’une journée

sep article

Notre indépendance c

EN BREF – L’astronomie, une autre des passions des radioamateurs, était au cœur de cette 28e édition du salon régional Iseramat qui s’est tenue ce samedi 4 mai à Tullins-Fures. Un salon, gratuit pour les femmes et les jeunes jusqu’à 16 ans, qui a attiré un nombre significatif de visiteurs avec environ 500 entrées payantes.

 

 

Du fait de l'affluence, impossible de se croiser dans les allées du salon Iseramat. Une seconde édition de la conférence, très appréciée, sera même ajoutée dans l’après-midi. © Jean-Louis Latsague - Placegrenet.fr

Du fait de l’af­fluence, impos­sible de se croi­ser dans les allées du salon Iseramat. Une seconde édi­tion de la confé­rence, très appré­ciée, sera même ajou­tée dans l’après-midi. © Jean-Louis Latsague – Placegrenet.fr

Techniciens pas­sion­nés ou simples bidouilleurs, ils se ras­semblent une fois par an à Tullins à l’oc­ca­sion du salon Iseramat.

 

Des radio­ama­teurs qui se recon­naissent par un indi­ca­tif attri­bué par l’État en même temps que l’autorisation de pra­ti­quer ce type de com­mu­ni­ca­tion. Sans oublier, la par­ti­ci­pa­tion à des concours sanc­tion­nés par des diplômes inter­na­tio­naux.

 

Venus par­fois de loin comme Perpignan, Paris, Dijon, et bien entendu de tous les dépar­te­ments limi­trophes, ces der­niers ont pu assis­ter à des expo­si­tions de maté­riels neufs et d’occasion, des démons­tra­tions de pra­tiques peu connues, des confé­rences, décou­vrir une librai­rie tech­nique et se for­mer. Électronique, méca­nique, optique… Le nombre de sources d’intérêt est pra­ti­que­ment sans limite à Iseramat.

 

Et pour cette 28e édi­tion, le salon a été par­ti­cu­liè­re­ment orienté sur l’ob­ser­va­tion et l’é­coute du ciel, grâce à un par­te­na­riat avec l’as­so­cia­tion Albedo38, le club d’as­tro­no­mie du Pays Voironnais.

 

 

« On ne vient pas ici pour rien »

 

Jacques Vatin-Soulier – indicatif F5STQ – président de l’association Iseramat devant l’entrée du salon à la salle des fêtes de Tullins. © Jean-Louis Latsague - Placegrenet.fr

Jacques Vatin-Soulier – indi­ca­tif F5STQ – pré­sident de l’association Iseramat devant l’entrée du salon à la salle des fêtes de Tullins. © Jean-Louis Latsague – Placegrenet.fr

L’animateur prin­ci­pal ? Jacques Vatin-Soulier – indi­ca­tif F5STQ – pré­sident de l’association Iseramat depuis 19 ans et ani­ma­teur du radio-club (indi­ca­tif F6KJJ). Un exemple d’humilité et de fidé­lité mal­gré ses cin­quante ans d’ex­pé­rience en tant que radio­ama­teur.

 

« Cette année, nous accueillons sept expo­sants pro­fes­sion­nels, dix asso­cia­tions et vingt-cinq expo­sants de maté­riels d’occasion, pré­cise Jacques Vatin-Soulier. Nos bro­kers [inter­mé­diaires entre les clients et les pro­duc­teurs de ser­vices, ndlr] attirent du monde pour la rareté et la qua­lité des maté­riels pro­po­sés. Mais sur­tout, le salon accueille les amis radio­ama­teurs, qui se retrouvent dans une ambiance bon enfant, et le plai­sir de dis­cu­ter de tech­nique est sans pareil. »

 

Au pro­gramme, notam­ment, une démons­tra­tion de trans­mis­sion via le satel­lite géo­sta­tion­naire AO100, avec pour la par­tie tech­nique, le club RCNEG, radio­ama­teurs du comité d’entreprise des élec­tri­ciens et gaziers. Mais aussi, une confé­rence sur les moyens et condi­tions pour béné­fi­cier du satel­lite sur les canaux réser­vés aux radio­ama­teurs. Bref, comme le résume Jacques Vatin-Soulier, « On ne vient pas ici pour rien. »

 

 

Technologies de pointe

 

Malgré une pyra­mide des âges qui s’accroit de plus en plus, ce hobby néces­site l’u­ti­li­sa­tion de tech­niques très pous­sées et par­fois très actuelles. Transmissions numé­ri­sées, inter­con­nexion de sys­tèmes, cal­cul des posi­tions de satel­lites, ren­dez-vous de contact radio par rebond sur la lune (moon-boot) pour contac­ter l’autre côté de la Terre, écoute des bancs de météo­rites et trans­mis­sion par rebond sur ces der­niers (meteor-scat­ter)… Ou bien encore uti­li­sa­tion de trans­mis­sion télé­vi­sion pour le béné­fice de la Sécurité Civile et des pré­fec­tures, astro­no­mie, obser­va­tion du soleil… La liste est trop longue et serait de toute façon, non exhaus­tive.

 

Observation du soleil, utile pour déterminer la qualité de la propagation des ondes, au salon Iseramat, grâce à un partenariat avec le club d’astronomie Albedo38. © Jean-Louis Latsague - Placegrenet.fr

Observation du soleil, utile pour déter­mi­ner la qua­lité de la pro­pa­ga­tion des ondes, au salon Iseramat, grâce à un par­te­na­riat avec le club d’astronomie Albedo38. © Jean-Louis Latsague – Placegrenet.fr

Un emploi de l’électronique de pointe et de l’informatique à un haut niveau pour le plai­sir et pour l’assistance aux autres. Sans oublier la pra­tique via des satel­lites radio­ama­teurs, comme les « Cube ». Et si aujourd’­hui, cela peut presque paraître banal à l’heure où un simple por­table per­met de joindre les anti­podes, ces tech­ni­ciens n’en demeurent pas moins des pré­cur­seurs.

 

Peu savent qu’en 1981, le pro­jet du pre­mier pro­to­cole de numé­ri­sa­tion des trans­mis­sions radio a été conjoin­te­ment déve­loppé par des radio­ama­teurs fran­çais et alle­mands. Ce pro­to­cole bap­tisé Rose, fut ainsi le pre­mier d’une longue série, avant que les indus­triels ne s’en emparent. Motorola, Apple et tous les autres ont ainsi béné­fi­cié de la tech­ni­cité et de la créa­ti­vité de ces radio­ama­teurs ano­nymes.

 

Jean-Louis Latsague, cor­res­pon­dant à Tullins-Fures

 

 

commentez lire les commentaires
1792 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.