Faible mobilisation pour l’acte XXV des gilets jaunes, remontés contre les événements du 1er mai à Grenoble

sep article



FOCUS – Une centaine de gilets jaunes ont défilé pacifiquement dans les rues de Grenoble pour l’acte XXV du mouvement, ce samedi 4 mai. Au centre des préoccupations, les

heurts survenus lors d’une manifestation en marge du défilé du 1er mai. Des événements qui les ont incités à interpeller Éric Piolle en fin de parcours, lors de l’inauguration du square Silvestri.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Les gilets jaunes de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise sont bien peu nom­breux, ce samedi 4 mai au pied de la tour Perret, pour l’acte XXV du mou­ve­ment. « Beaucoup sont aux ras­sem­ble­ment de Lyon ou de Chambéry, comme ceux de Crolles, de Champagnier ou de Voreppe », tente de jus­ti­fier l’un d’entre eux.

 

Ils vont ainsi attendre lon­gue­ment que d’autres les rejoignent… en vain. C’est donc une petite troupe d’une cen­taine de mani­fes­tants qui s’é­lance fina­le­ment en vue d’ar­pen­ter l’as­phalte gre­no­bloise. « Pour mon­trer que nous sommes tou­jours là ! », lance un inter­ve­nant, imper­tur­ba­ble­ment pré­sent sur le front jaune fluo depuis le 17 novembre der­nier.

 

 

« La violence c’est Castaner »

 

Mais avant de par­tir, plu­sieurs gilets jaunes vont suc­ces­si­ve­ment expo­ser leurs pro­po­si­tions sur le sens à don­ner à cette nou­velle marche. Pour la visi­bi­lité ? « Il y a une bro­cante bou­le­vard Foch. Nous pour­rions pas­ser par là pour dis­tri­buer des tracts », sou­met un quin­qua­gé­naire.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Plus remon­tée, une jeune femme fus­tige « les pro­me­nades du samedi » et entend reve­nir aux « fon­da­men­taux » et aux actions coup de poing. Notamment en « investi[ssant] la pré­fec­ture ». Brouhaha désap­pro­ba­teur dans les rangs, tant l’i­dée paraît irréa­liste et, sur­tout, ris­quée.

 

Un autre inter­ve­nant rap­pelle alors le paci­fisme emblé­ma­tique des gilets jaunes gre­no­blois et incite les par­ti­ci­pants à res­ter dans cette logique-là, sans pour autant tra­hir les fon­de­ments du mou­ve­ment. Et ce der­nier d’af­fir­mer que « la vio­lence c’est Castaner, et la cor­rup­tion c’est Macron ».

 

L'une des personnes interpellées le 1er mai témoigne. © Joël Kermabon - Place Gre'net

L’une des per­sonnes inter­pel­lées le 1er mai témoigne. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

De fait, les heurts avec la police* qui ont mar­qué la fin du défilé du 1er mai et les huit inter­pel­la­tions qui ont suivi res­tent dans toutes les mémoires. L’occasion pour deux des per­sonnes pla­cées en garde à vue de décrire les cir­cons­tances de leur inter­pel­la­tion par les forces de l’ordre, ainsi que celles d’autres mani­fes­tants.

 

 

Relative indifférence des passants effectuant leurs emplettes

 

Alors que le cor­tège s’est remis en route pour rejoindre le bou­le­vard Foch et sa bro­cante, aucune force de police ne pointe à l’ho­ri­zon… Si ce n’est un com­mis­saire en civil qui suit la pro­gres­sion de la mani­fes­ta­tion, émet­teur radio à la main. Après un bref pas­sage par la bro­cante salué par quelques klaxons, les mani­fes­tants se dirigent vers le centre-ville, per­tur­bant ainsi tem­po­rai­re­ment la cir­cu­la­tion des tram­ways.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Le tout dans la rela­tive indif­fé­rence des très nom­breux Grenoblois effec­tuant leurs emplettes, les gilets jaunes sem­blant désor­mais faire par­tie inté­grante du pay­sage des fins de semaine. Qu’importe ! Indépendamment du nombre, « ce qui compte c’est d’être vus », objectent des mar­cheurs.

 

Parvenu rue Félix-Poulat, le cor­tège est cha­leu­reu­se­ment salué par les Algériens de Grenoble qui, eux aussi, tiennent leur énième ras­sem­ble­ment en sou­tien au peuple d’Algérie.

 

 

Publiquement interpellé, Éric Piolle condamne « les violences policières »

 

Sur le coup de 16 heures, les gilets jaunes vont fina­le­ment pro­fi­ter de l’i­nau­gu­ra­tion du square Silvestri pour inter­pel­ler Éric Piolle. Mais que reprochent-ils au maire de Grenoble ? Son absence de sou­tien public au mou­ve­ment et sa non-dénon­cia­tion des « vio­lences poli­cières » qu’ils jugent una­ni­me­ment « injustes et dis­pro­por­tion­nées ».

 

Une mani­fes­tante, témoin ocu­laire des troubles sur­ve­nus au Jardin de ville, a ainsi saisi l’oc­ca­sion pour racon­ter à l’é­dile ce qui s’é­tait passé dans le pas­sage de la rue Montorge : les mani­fes­tants, repous­sés à coup de lacry­mo­gènes par la police, se sont retrou­vés coin­cés dans cet endroit étroit, sans repli pos­sible, a‑t-elle relaté.

 

"<yoastmark

 

Une dis­cus­sion au cours de laquelle le maire s’est dit « conscient de la situa­tion » et a fer­me­ment condamné les « vio­lences poli­cières ». Et Éric Piolle de rap­pe­ler que Grenoble n’a pas connu d’a­gis­se­ment de cas­seurs, ni de gros débor­de­ments.

 

 

« Je ne sais pas si c’est le meilleur interlocuteur »

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Pas de quoi satis­faire cer­tains de ses inter­lo­cu­teurs, tou­te­fois… Ces der­niers regrettent en effet que ces décla­ra­tions n’aient pas fait l’ob­jet d’une décla­ra­tion publique plus tôt.

 

Idem sur les réseaux sociaux : « Gilets jaunes, je ne sais pas si c’est le meilleur inter­lo­cu­teur », a ainsi iro­ni­que­ment posté une inter­naute. Une allu­sion directe à l’ex­pul­sion de sans-abris et de mili­tants de Droit au loge­ment (Dal) de l’an­cien bâti­ment du Crédit agri­cole à Grenoble.

 

Il y a, en tout cas, fort à parier que des gilets jaunes seront encore au ren­dez-vous samedi pro­chain pour l’acte XXVI du mou­ve­ment. Et bien malin qui peut pré­dire quelle sera l’is­sue de cette fronde…

 

Joël Kermabon

 

 

  • * Ce point pré­cis fait l’ob­jet d’un article détaillé à paraître très pro­chai­ne­ment sur Place Gre’net.

 

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
3525 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. a 4 il pour­ront faire un belote ou une par­touze

    sep article
  2. JK

    05/05/2019
    22:06

    Les socio­pathes se ren­contrent ? Eric PIOLLE recherche déses­pé­ré­ment sa base. Apperement, les migrants, ça rap­ports pas autant, donc il se tourne vers les gilets jaunes 🙂

    sep article