1er mai à Grenoble : convergence des luttes et tensions en marge du défilé

sep article
2,50 € par mois pour prendre le bus et le tram : et si c

REPORTAGE VIDÉO – Environ 7 500 personnes selon les organisations syndicales, 4 200 pour la police ont participé au traditionnel défilé du 1er mai, placé sous le signe de l’unité à Grenoble. Si la manifestation s’est déroulée dans le calme jusqu’à son terme, au Jardin de ville, des tensions avec les forces de l’ordre ont marqué une partie de l’après-midi.

 

 

Environ 7 500 personnes selon les syndicals, 4 200 pour la police ont participé au traditionnel défilé du 1er mai placé sous le signe de l'unité à Grenoble.Les gilets jaunes en tête du cortège. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Gilets jaunes, en tête du cortège. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le traditionnel défilé du 1er mai à Grenoble a rassemblé 7 500 personnes d’après les organisateurs, 4 200 selon la préfecture de l’Isère. Une manifestation placée sous le signe de l’unité et de la convergence des luttes à l’appel de six syndicats, rejoints par des mouvements féministes et de défense du climat ainsi que les gilets jaunes.

 

 

Les gilets jaunes en tête de cortège

 

En tête de cortège, devant la banderole unitaire des organisations syndicales, les gilets jaunes ont tout de suite imposé leur rythme à la manifestation. Si celle-ci s’est déroulée dans le plus grand calme jusqu’à son point d’arrivée, il n’en a pas été de même en début d’après-midi. Des tensions entre manifestants et forces de l’ordre ont alors quelque peu entaché cet événement populaire.

 

Retour en images sur quelques séquences du défilé captées en amont des heurts, survenus durant le temps festif marquant la fin des prises de parole des syndicats.

 

 

 

Des lancers de grenades lacrymogènes place Grenette

 

Quelques événements ont néanmoins marqué la fin du défilé. Le premier s’est déroulé à l’issue des prises de parole des syndicats. Les gilets jaunes, scandalisés de ne pas avoir été invités à s’exprimer à leur tour, ont investi la scène pour s’emparer du micro. S’en est ensuivi un moment de confusion avec les organisateurs. Finalement, l’intersyndicale a précisé qu’elle n’avait rien contre le mouvement et qu’une personne pourrait s’exprimer. Une jeune femme a alors pu prendre la parole.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

D’autres tensions, plus graves, ont eu lieu durant le concert du groupe Opium du peuple qui a clos la fin de la manifestation. Un groupe de gilets jaunes a en effet décidé de continuer à manifester, en reprenant le chemin du centre-ville. Sauf que, pour les autorités, il s’agissait d’une manifestation non déclarée.

 

Une fois le groupe parvenu place Victor-Hugo, des heurts sont survenus. Les forces de l’ordre ont encerclé puis repoussé à l’aide de grenades lacrymogène les manifestants vers la place Genette et le Jardin de ville. À cette heure, beaucoup de familles avec enfants profitant de ce jour de congé sur la place ont pris de plein fouet les gaz de la police.

 

 

Six personnes en garde à vue

 

Les policiers ont chargé les manifestants jusque dans le passage menant au jardin depuis la rue Montorge. Là ils ont interpellé deux personnes et usé de matraques. Une grenade lacrymogène atterrira même en plein milieu de l’espace de jeux où évoluaient de jeunes enfants. Le calme est ensuite revenu et un cortège s’est dirigé vers l’Hôtel de police pour demander la libération des personnes interpellées.

 

Les pompiers ont pris en charge deux personnes blessées. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les pompiers ont pris en charge deux personnes blessées. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Il ne parviendra pas à l’atteindre, les forces de l’ordre bouclant la plupart des rues adjacentes. Sans compter qu’elles ont repoussé et dispersé – souvent violemment ont relaté des témoins – des petits groupes de manifestants épars. Ce n’est qu’aux alentours de 17 heures que la situation est enfin redevenue stable.

 

Bilan ? Six policiers légèrement  blessés rapporte France Bleu Isère, autant de personnes placées en garde à vue en début de soirée. Un témoin oculaire fait également état de quatre manifestants blessés dont deux ont fait l’objet d’une prise en charge par les pompiers pour être hospitalisés.

 

Joël Kermabon

 

commentez lire les commentaires
1337 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.