Nicolas Richard élu nouveau maire d’Eybens… Ou le changement dans la continuité

sep article



EN BREF – Nicolas Richard a été élu maire d’Eybens, lors du conseil municipal du mardi 9 avril 2019. L’ancien adjoint à la transition écologique et au patrimoine succède ainsi à Francie Mégevand, qui avait annoncé son intention de démissionner en début d’année. Le mot d’ordre ? La continuité. Le nouveau maire met sans surprise l’accent sur l’aspect écologique et social afin d”« effectuer une transition rapide vers d’autres modèles de société ». De quoi mobiliser son camp en vue de la campagne de 2020.

 

 

 

Francie Mégevand, maire d'Eybens. © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Francie Mégevand, maire d’Eybens. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Francie Mégevand sait tenir ses enga­ge­ments. L’ancienne maire d’Eybens avait pro­mis de ne pas se repré­sen­ter, c’est chose faite.

 

Elle a même écourté son séjour à la mai­rie d’Eybens, pour une tran­si­tion « plus sereine et dans la conti­nuité des agents de la ville, des Eybinoises et Eybinois ».

 

Bien que sou­mise à l’avis d’un conseil muni­ci­pal extra­or­di­naire, la pas­sa­tion de pou­voir du 9 avril 2019 n’é­tait donc qu’une for­ma­lité pour Nicolas Richard. Avec, à son ancien poste, un suc­ces­seur tout trouvé : Henry Reverdy, qui tra­vaillait déjà avec lui en binôme lorsque qu’il était adjoint. « Il connaît très bien les dos­siers, la reprise s’est faite tout natu­rel­le­ment. »

 

Le nouveau maire d'Eybens, Nicolas Richard et son adjointe Élodie Taverne © Antoine Beau - placegrenet.fr

Le nou­veau maire d’Eybens, Nicolas Richard et son adjointe Élodie Taverne. © Antoine Beau – placegrenet.fr

Quant aux agents de la ville, Nicolas Richard les a tous ren­con­trés lundi. Un pre­mier temps d’écoute et de par­tage, au cours duquel il a dû ras­su­rer et convaincre. Bon nombre de fonc­tion­naires s’in­quiètent en effet des sup­pres­sions de postes et des avan­ce­ments de grades, au point mort.

 

Une situa­tion qui, selon le nou­veau maire, s’explique par la réduc­tion des dota­tions géné­rales de fonc­tion­ne­ment (DGF), déci­sion prise sous le quin­quen­nat Hollande.

 

« La Ville a perdu 1,2 mil­lion d’euros par an. Aujourd’hui, ce n’est pas l’État qui donne de l’argent à la com­mune, mais l’inverse. » Eybens ver­se­rait ainsi envi­ron 200 000 euros à l’État, pour contri­buer au rem­bour­se­ment de la dette.

 

 

Allier social et écologie, tout en consultant régulièrement les citoyens

 

Du chan­ge­ment donc, mais dans la conti­nuité : « Les pro­jets res­tent les mêmes », affirme Nicolas Richard, qui entend allier social et éco­lo­gie, tout en consul­tant régu­liè­re­ment les citoyens.

 

Manifestation devant la gendarmerie d'Eybens, avril 2019. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Manifestation devant la gen­dar­me­rie d’Eybens, avril 2019. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Un objec­tif qui passe, selon le maire, par la créa­tion d’une délé­ga­tion d’adjoint à la citoyen­neté, à la vie asso­cia­tive, l’économie et l’innovation sociale, mené par le binôme Jean-Jacques Pierre et Gilles Bugli. Objectif ? Valoriser ces thèmes et de faire le lien avec les dif­fé­rentes ins­tances citoyennes exis­tantes.

 

D’autres pro­jets vont dans ce sens, comme la mise en place d’une concier­ge­rie soli­daire (Consol’) et d’une cham­pi­gnon­nière dans les caves de l’ancienne bras­se­rie de la Frise. Mais aussi le lan­ce­ment de « Mousticator ». Ce pro­jet de lutte contre les mous­tiques repose sur la mobi­li­sa­tion citoyenne et les solu­tions de l’Établissement inter­dé­par­te­men­tal pour la démous­ti­ca­tion.

 

 

Nouveau marché de Noël et nouvelle brocante

 

Et puis il y a les mesures plus poli­tiques, en vue peut-être de répondre à cer­taines dis­sen­sions qui auraient pro­vo­qué la for­ma­tion du groupe d’opposition de gauche Pour le res­pect des enga­ge­ments.

 

Eybens. DR

Eybens. DR

« On essaie de recons­truire avec les com­mer­çants et le monde asso­cia­tif un nou­veau mar­ché de Noël et une nou­velle bro­cante, vrai­ment dédiée à l’activité éco­no­mique eybi­noise », assure Nicolas Richard. La sup­pres­sion de ces deux ren­dez-vous annuels avait fait vive­ment réagir. Pour le maire actuel, il s’agit sim­ple­ment d’éviter que ces évè­ne­ments ne pro­fitent à des concur­rents au com­merce local.

 

Et ce der­nier de qua­li­fier d”« incom­pré­hen­sibles et bles­sants » les pro­pos tenus par Raoul Urru, membre du groupe dis­si­dent, après sa démis­sion en plein conseil muni­ci­pal, le 20 sep­tembre. Ce der­nier avait alors déclaré dans Le Dauphiné libéré que le vivre-ensemble était en dan­ger, et qua­li­fié de « très par­ti­cu­lière » l’exer­cice du pou­voir par Francie Mégevand…

 

Antoine Beau

 

 

NICOLAS RICHARD EN BREF

 

Originaire de Haute-Saône et diplômé de Central Paris, Nicolas Richard vit depuis vingt ans à Eybens où il est chef de pro­jet pour le centre hydrau­lique d’EDF. C’est l’engagement asso­cia­tif au sein du Secours popu­laire qui l’a rap­pro­ché de la poli­tique.

 

Ce père de deux enfants n’a jamais été adhé­rent à un parti poli­tique, même s’il se décrit lui-même comme étant proche des valeurs d’Europe Écologie – Les Verts et du PS. Sa car­rière poli­tique a débuté lorsqu’il occu­pait le poste d’adjoint, après avoir rejoint le col­lec­tif citoyen Eybens Démocratie.

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3810 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Décidément à croire que nos éco­los gre­no­blois ont évo­lué sur cer­tains dogmes.

    Je me sou­viens que le mou­ve­ment RCSE (citoyens et éco­los) à la métro­pole est copré­sidé par le maire de Grenoble et d’Eybens.

    Et voici qu’un maire, ingé­nieur de cen­trale Paris (qui porte bien son nom, école pres­ti­gieuse du modèle cen­tra­lisé jaco­bin), tra­vaillant dans un des fleu­rons natio­naux, à EDF pre­mier ener­ge­ti­cien euro­péen ( bien loin des entre­prises locales prô­née dans la ville voi­sine d’a côté), qui plus est cham­pion du nucléaire, sié­gera donc sans doute aux côtés de l’illustre défen­seur du small is beau­ti­ful à la Métro.
    Parfois les oppo­sés se rap­prochent.

    En tout cas j’apprécie car ce n’est pas tou­jours ce que j’ai pu lire sur les ten­dances éco­los de l’agglo peu conci­liantes avec des visions éloi­gnées d’un modèle ultra local limite replié sur lui même faire de la place à un quasi haut fonc­tion­naire de l’Etat, ce que ce nou­veau maire pour­rait sug­gé­rer en tant que cen­tra­lien d’EDF.

    sep article