Le Dal en première ligne contre les expulsions locatives pour l’acte XX des gilets jaunes à Grenoble

sep article

Notre indépendance c

REPORTAGE VIDÉO – Plus de 400 per­sonnes ont mani­festé contre les expul­sions et pour le droit au loge­ment lors de l’acte XX des gilets jaunes, ce samedi 30 mars à Grenoble. Parti de la tour Perret, le cor­tège a ral­lié le quar­tier de l’Arlequin en pas­sant par l’Abbaye, Léon Jouhaux, Malherbe et Teisseire. Les mani­fes­tants ont ainsi dénoncé les loyers trop chers, les loge­ments vacants, les démo­li­tions de loge­ments sociaux et l’absence d’arrêté anti-expul­sion.

 

 

Acte XX des gilets jaunes ce samedi 30 mars à Grenoble : plus de 400 personnes ont défilé contre les expulsions et pour le droit au logement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Plus de 400 per­sonnes ont défilé dans les quar­tiers de l’Abbaye, Léon Jouhaux, Malherbe, Teisseire.et enfin de l’Arlequin ce samedi 30 mars pour l’acte XX des gilets jaunes. Pourquoi avoir emprunté un tra­jet tra­ver­sant ces quar­tiers plu­tôt que l’ha­bi­tuelle déam­bu­la­tion dans le centre-ville de Grenoble ?

 

Parce qu’on y retrouve, explique l’as­so­cia­tion Droit au loge­ment (Dal 38), « la plu­part des gens mena­cés d’expul­sion et dans une situa­tion de pré­ca­rité ». En cause ? La fin de la trêve hiver­nale et, avec elle, la reprise des expul­sions loca­tives à par­tir de ce lundi 1er avril.

 

Les gilets jaunes, le Dal et plus d’une ving­taine d’as­so­cia­tions ont ainsi pro­testé contre les expul­sions et les cou­pures et pour le droit au loge­ment. Mais pas seule­ment. Au nombre des slo­gans, ceux dénon­çant notam­ment les loyers trop chers pour des reve­nus trop bas, les loge­ments vacants, les démo­li­tions de loge­ments sociaux et l’absence d’arrêté anti-expul­sion.

 

 

« On ne comprend plus ce que vous faites ! »

 

En tête de cor­tège, il n’é­tait plus ques­tion du Ric, de la démis­sion d’Emmanuel Macron ou des habi­tuelles reven­di­ca­tions carac­té­ri­sant les ras­sem­ble­ments de gilets jaunes. C’est le Dal qui lan­çait régu­liè­re­ment les slo­gans der­rière – autre nou­veauté – une voi­ture sono.

 

Dans la petite foule, seule une cen­taine de mani­fes­tants arbo­rait un gilet jaune. Ce qui peut prê­ter à confu­sion pour un décompte objec­tif puisque le jaune est éga­le­ment la cou­leur des gilets por­tés par le Dal. Et ce « depuis plus long­temps que les gilets jaunes », sou­ligne mali­cieu­se­ment une mili­tante.

 

Les manifestants passent devant des immeubles de l'Abbaye aux fenêtres condamnées. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les mani­fes­tants passent devant des immeubles de l’Abbaye aux fenêtres condam­nées. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Autre obser­va­tion, l’ab­sence remar­quée des figures qui ont animé les cor­tèges des gilets jaunes au fil des vingt der­nières semaines. Pas plus que n’é­taient pré­sents bien d’autres fidèles des marches du samedi. Faut-il y voir le signe d’une cer­taine éro­sion de la moti­va­tion fluo ? Toujours est-il que la grogne est mani­feste sur la page Facebook du mou­ve­ment gre­no­blois.

 

« On dirait que les gilets jaunes de Grenoble cherchent à se rac­cro­cher à n’im­porte quel mou­ve­ment pour peut (sic) qu’il mani­feste. Au total, on ne com­prend plus ce que vous faites ni pour­quoi vous êtes dans la rue. Il faut reve­nir aux fon­da­men­taux », résume un gilet jaune.

 

 

Être présents « devant tout logement ou foyer où des personnes sont menacées »

 

Ce sont les rythmes bré­si­liens des jeunes per­cus­sion­nistes de la Batukavi qui ont accueilli les mani­fes­tants, une fois le cor­tège par­venu dans le quar­tier de l’Arlequin. Là, les par­ti­ci­pants ont assisté aux prises de parole orga­ni­sées par des habi­tants du quar­tier. Dont l’une pour exi­ger la mise en place d’un réfé­ren­dum contre les démo­li­tions.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'ent

© Joël Kermabon – Place Gre’ent

L’occasion pour le Dal 38 d’in­vi­ter les mani­fes­tants à une nou­velle mobi­li­sa­tion dès ce lundi 1er avril. Il s’a­git d’empêcher l’ex­pul­sion des 18 per­sonnes héber­gées au centre Perce-Neige » pen­dant l’hiver. Tout autant que de leur deman­der d’être pré­sents « devant tout autre loge­ment ou foyer où des per­sonnes sont mena­cées ».

 

Le Dal signale aussi que d’autres ini­tia­tives vont se dérou­ler pen­dant tout le mois d’avril en France et en Europe. Retour en images sur cette mani­fes­ta­tion qui s’est dérou­lée dans le calme et sous les géné­reux rayons d’un soleil prin­ta­nier.

 

 

Joël Kermabon

 

 

commentez lire les commentaires
1699 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.