Fin de la trêve hivernale : les associations d’aide aux migrants dénoncent les remises à la rue

sep article

FIL INFO – Comme chaque année, ce 31 mars marque le terme de la trêve hivernale, avec son lot d’incertitudes pour les personnes mises à la rue. Mercredi, les organisations d’aide et soutien aux étrangers migrants appelaient à se rassembler cours de la libération, à Grenoble.

 

 

Rassemblement du 28 mars 2018 contre la fin de la trêve hivernale, devant des Agecos ou sont logés des migrants, sur le Cours de la Libération, à Grenoble. © Léa Raymond - placegrenet.fr

Rassemblement du 28 mars 2018 contre la fin de la trêve hivernale, devant des Agecos ou sont logés des migrants, cours de la Libération, à Grenoble. © Léa Raymond – placegrenet.fr

Les familles mises à l’abri durant l’hiver dans des Algecos situés cours de la libération à Grenoble, dans le cadre de l’hébergement d’urgence, ont été prévenues : elles doivent avoir quitté les lieux le 3 avril au plus tard, du fait de la fin de la trêve hivernale.

 

Plusieurs organisations dont la Coordination iséroise de solidarité avec les étrangers migrants (Cisem) et le Droit au logement (Dal) appelaient à un rassemblement sur place mercredi 28 mars pour dénoncer l’absence de solution proposée à l’issue de cette période. « Même si, officiellement, la fin de la trêve hivernale ne sera pas brutale mais progressive, il n’empêche que, chaque jour, nous apprenons qu’une famille ou telle ou telle personne – même âgée ou sérieusement malade – est chassée de son hébergement », expliquent de concert la Cisem et le Dal, pour qui cette incertitude quant au devenir des familles est intolérable.

 

« De nouveau, de plus en plus de personnes – migrantes ou de nationalité française – sont condamnées à la rue. Un véritable scandale dans ce pays dont on nous rappelle régulièrement qu’il est la cinquième puissance du monde ! »

 

 

Quatre douches pour quinze familles

 

La peur de retourner à la rue est grande chez ces personnes “logées” ici depuis décembre dernier, après avoir fait appel au 115. Elles demandent la normalisation de leur situation administrative et un relogement. Et se plaignent, avec leurs soutiens, d’un manque d’informations de la part de la Direction départementale de la cohésion sociale sur la suite des événements.

 

Salle de bain et WC dans Agecos où sont logés des migrants, sur le Cours de la Libération, à Grenoble. © Léa Raymond - placegrenet.fr

Salle de bain et WC dans Agecos où sont logés des migrants, sur le Cours de la Libération, à Grenoble. © Léa Raymond – placegrenet.fr

Une quinzaine de familles vivent actuellement avec leurs enfants dans ces petits Algecos, avec quatre douches communes, cinq toilettes, trois réfrigérateurs et une cuisinière électrique qui sert à la préparation des repas. Un logement qui n’est pas d’un grand confort. Un père de trois enfants raconte ainsi la difficulté d’avoir de l’eau chaude pour doucher ses enfants. En quinze minutes, toute l’eau du chauffe-eau est consommée et il faut alors attendre…

 

Quant au lavage et au séchage du linge, ils coûtent à chaque fois 15 euros à la laverie automatique, précise un autre père de famille, qui ajoute que le linge n’est malgré tout pas toujours sec.

 

Migrants logés dans Agecos, sur le Cours de la Libération, à Grenoble. © Léa Raymond - placegrenet.fr

Migrants logés dans Agecos, sur le Cours de la Libération, à Grenoble. © Léa Raymond – placegrenet.fr

Les enfants en âge d’être scolarisés le sont toutefois. Ils vont à l’école maternelle et primaire du quartier. « Malgré les conditions, il a de bons résultats » a dit la directrice d’école au père d’un garçon de 9 ans qui rapporte ses propos.

 

Le plus âgé des mineurs a 16 ans. Sa mère ayant été hospitalisée il y a peu de temps, le jeune garçon, orphelin de père, vit seul. Il poursuit ses études au lycée et aimerait devenir ingénieur électronicien.

 

Les organisations appellent à un nouveau rassemblement sur place le matin du 3 avril prochain.

 

VC

 

 

commentez lire les commentaires
1432 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.