Le SMTC et la Sémitag expérimentent un service de vélos-taxis pour les abonnés de 75 ans et plus

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

EN BREF – Le SMTC et la Sémitag s’associent avec l’entreprise grenobloise Cycle urbain pour proposer à leurs abonnés de 75 ans et plus un service de vélos-taxis. Encore en expérimentation, l’offre comprend un carnet de dix coupons équivalant à dix transports, sur le périmètre du grand centre-ville de Grenoble.

 

 

« Avec l’appui à ce service d’aide à la marche à pied, on est vraiment dans de la dentelle ! ». C’est ainsi que le directeur de la Sémitag Philippe Chervy présente un nouveau dispositif de vélos-taxis réservé à titre expérimental aux abonnés Tag détenteurs d’un pass 75 et +. Le SMTC* et la Tag veulent ainsi, en partenariat avec la société grenobloise Cycle urbain, proposer aux personnes âgées un accompagnement supplémentaire et sur-mesure dans leurs déplacements.

 

De gauche à droite, Philippe Chervy, Yann Mongaburu et Cécile Jayet © Florent Mathieu - Place Gre'net

De gauche à droite, Philippe Chervy, Yann Mongaburu et Cécile Jayet © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le principe ? Les personnes achetant un abonnement Tag 75 et + se voient proposer un carnet de dix coupons, équivalent à dix trajets avec Cycle urbain. Des coupons qui permettent de réserver auprès de la société un triporteur avec chauffeur pour effectuer des trajets dans le grand centre-ville de Grenoble. Le périmètre du vélo taxi irradie en effet depuis la place Victor-Hugo en direction de la gare, de l’hôpital Michallon et des quartiers Clémenceau, Stalingrad et Chorier.

 

 

Un service en phase avec les personnes âgées

 

Le but est bien de jouer la carte de la forte proximité. « Le vélo-taxi permet le porte-à-porte que le transport public ne peut pas réaliser », explique Yann Mongabutu, président du SMTC. Un complément aux services déjà existants de la Tag dont l’expérimentation est prévue sur un an, de mars 2019 à mars 2020. Mais qui ne bénéficiera qu’aux soixante premières personnes de 75 ans et plus souscrivant un abonnement.

 

La zone couverte par le service de vélo taxi proposé par la Tag.

La zone couverte par le service de vélo taxi proposé par la Tag.

Pourquoi cette tranche d’âge ? « Dans les différentes expérimentations, on s’est rendu compte qu’en grande partie ce sont les personnes âgées qui utilisent les vélos-taxis. Nous avons donc voulu commencer par ce public-là », poursuit Yann Mongaburu.

 

La directrice et fondatrice de Cycle urbain Cécile Jayet confirme : « De plus en plus, nous proposons des transports à des personnes âgées, et nous avons un taux de fidélisation très important. »

 

Les personnes âgées sont ainsi sensibles à la dimension d’accompagnement du service. « Nous pouvons aller les chercher à domicile, s’assurer que tout va bien, les accompagner en amont et en aval. Nous sommes sur un service de proximité et de bienveillance », décrit encore Cécile Jayet. Et d’ajouter que la taille de l’équipe de Cycle urbain – trois chauffeurs et un quatrième bientôt en fonction – participe à cette proximité : « Ce sont des personnes que l’on côtoie tous les jours. »

 

 

Favoriser une entreprise locale

 

Dix trajets peuvent être vite dépensés, et le chiffre de soixante utilisateurs vite atteint. Que faire en cas de succès foudroyant ? « Nous attendrons la conclusion de ce test pour pérenniser le système », explique Yann Mongaburu. Pour autant, le président du SMTC n’écarte aucune possibilité : « C’est calibré pour être organisé pendant un an mais, si le succès est fort, nous nous poserons des questions avant. On ne s’interdit pas de l’élargir pour l’avenir. »

 

Le SMTC et la Sémitag vont proposer aux abonnés de 75 et plus un service de vélos-taxis en phase d'expérimentation.Les vélos taxi de Cycle Urbain sont équipés d'une assistance électrique. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les vélos-taxis de Cycle Urbain sont équipés d’une assistance électrique. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Yann Mongaburu tient aussi à insister sur le caractère local du partenariat avec Cycle urbain et ses vélos triporteurs (équipés tout de même d’une assistance électrique). Une manière d’essayer de damer le pion au « marché des grandes entreprises », note-t-il. En pensant très fort, sans pour autant la citer, à la plateforme Uber et sa récente implantation sur Grenoble. Coût de l’opération pour la Tag ? 300 euros par mois, répondent ses services.

 

Florent Mathieu

 

 

  • * Syndicat mixte des transports en commun.

 

commentez lire les commentaires
1954 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. La joie, l’enthousiasme et la pleine adhésion se lisent sur le visage de Philippe Chervy .
    Qu’est ce qu’il ne faut pas faire !!
    Place Gre’net, vous êtes cruels avec cette photo…tellement parlante..
    « Credo quia absurdum.. »

    sep article
  2. MDR si ce n’est pas malheureux de croire que les personnes de 75 ans et + doivent être réduits
    à prendre des vélos mouches, autrement ils sont condamnés à rester chez eux.
    Serait il pas plus judicieux de proposer des véhicules électriques avec chauffeur, ce serait plus respectueux de nos aînés.

    sep article
  3. Les taxis vont être ravis, donc vite Uber à Grenoble.

    sep article