Le SMTC et la Sémitag expérimentent un service de vélos-taxis pour les abonnés de 75 ans et plus

sep article



EN BREF – Le SMTC et la Sémitag s’associent avec l’entreprise grenobloise Cycle urbain pour proposer à leurs abonnés de 75 ans et plus un service de vélos-taxis. Encore en expérimentation, l’offre comprend un carnet de dix coupons équivalant à dix transports, sur le périmètre du grand centre-ville de Grenoble.

 

 

« Avec l’ap­pui à ce ser­vice d’aide à la marche à pied, on est vrai­ment dans de la den­telle ! ». C’est ainsi que le direc­teur de la Sémitag Philippe Chervy pré­sente un nou­veau dis­po­si­tif de vélos-taxis réservé à titre expé­ri­men­tal aux abon­nés Tag déten­teurs d’un pass 75 et +. Le SMTC* et la Tag veulent ainsi, en par­te­na­riat avec la société gre­no­bloise Cycle urbain, pro­po­ser aux per­sonnes âgées un accom­pa­gne­ment sup­plé­men­taire et sur-mesure dans leurs dépla­ce­ments.

 

De gauche à droite, Philippe Chervy, Yann Mongaburu et Cécile Jayet © Florent Mathieu - Place Gre'net

De gauche à droite, Philippe Chervy, Yann Mongaburu et Cécile Jayet © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le prin­cipe ? Les per­sonnes ache­tant un abon­ne­ment Tag 75 et + se voient pro­po­ser un car­net de dix cou­pons, équi­valent à dix tra­jets avec Cycle urbain. Des cou­pons qui per­mettent de réser­ver auprès de la société un tri­por­teur avec chauf­feur pour effec­tuer des tra­jets dans le grand centre-ville de Grenoble. Le péri­mètre du vélo taxi irra­die en effet depuis la place Victor-Hugo en direc­tion de la gare, de l’hô­pi­tal Michallon et des quar­tiers Clémenceau, Stalingrad et Chorier.

 

 

Un service en phase avec les personnes âgées

 

Le but est bien de jouer la carte de la forte proxi­mité. « Le vélo-taxi per­met le porte-à-porte que le trans­port public ne peut pas réa­li­ser », explique Yann Mongabutu, pré­sident du SMTC. Un com­plé­ment aux ser­vices déjà exis­tants de la Tag dont l’ex­pé­ri­men­ta­tion est pré­vue sur un an, de mars 2019 à mars 2020. Mais qui ne béné­fi­ciera qu’aux soixante pre­mières per­sonnes de 75 ans et plus sous­cri­vant un abon­ne­ment.

 

La zone couverte par le service de vélo taxi proposé par la Tag.

La zone cou­verte par le ser­vice de vélo taxi pro­posé par la Tag.

Pourquoi cette tranche d’âge ? « Dans les dif­fé­rentes expé­ri­men­ta­tions, on s’est rendu compte qu’en grande par­tie ce sont les per­sonnes âgées qui uti­lisent les vélos-taxis. Nous avons donc voulu com­men­cer par ce public-là », pour­suit Yann Mongaburu.

 

La direc­trice et fon­da­trice de Cycle urbain Cécile Jayet confirme : « De plus en plus, nous pro­po­sons des trans­ports à des per­sonnes âgées, et nous avons un taux de fidé­li­sa­tion très impor­tant. »

 

Les per­sonnes âgées sont ainsi sen­sibles à la dimen­sion d’ac­com­pa­gne­ment du ser­vice. « Nous pou­vons aller les cher­cher à domi­cile, s’as­su­rer que tout va bien, les accom­pa­gner en amont et en aval. Nous sommes sur un ser­vice de proxi­mité et de bien­veillance », décrit encore Cécile Jayet. Et d’a­jou­ter que la taille de l’é­quipe de Cycle urbain – trois chauf­feurs et un qua­trième bien­tôt en fonc­tion – par­ti­cipe à cette proxi­mité : « Ce sont des per­sonnes que l’on côtoie tous les jours. »

 

 

Favoriser une entreprise locale

 

Dix tra­jets peuvent être vite dépen­sés, et le chiffre de soixante uti­li­sa­teurs vite atteint. Que faire en cas de suc­cès fou­droyant ? « Nous atten­drons la conclu­sion de ce test pour péren­ni­ser le sys­tème », explique Yann Mongaburu. Pour autant, le pré­sident du SMTC n’é­carte aucune pos­si­bi­lité : « C’est cali­bré pour être orga­nisé pen­dant un an mais, si le suc­cès est fort, nous nous pose­rons des ques­tions avant. On ne s’in­ter­dit pas de l’é­lar­gir pour l’a­ve­nir. »

 

Le SMTC et la Sémitag vont proposer aux abonnés de 75 et plus un service de vélos-taxis en phase d'expérimentation.Les vélos taxi de Cycle Urbain sont équipés d'une assistance électrique. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les vélos-taxis de Cycle Urbain sont équi­pés d’une assis­tance élec­trique. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Yann Mongaburu tient aussi à insis­ter sur le carac­tère local du par­te­na­riat avec Cycle urbain et ses vélos tri­por­teurs (équi­pés tout de même d’une assis­tance élec­trique). Une manière d’es­sayer de damer le pion au « mar­ché des grandes entre­prises », note-t-il. En pen­sant très fort, sans pour autant la citer, à la pla­te­forme Uber et sa récente implan­ta­tion sur Grenoble. Coût de l’o­pé­ra­tion pour la Tag ? 300 euros par mois, répondent ses ser­vices.

 

Florent Mathieu

 

 

  • * Syndicat mixte des trans­ports en com­mun.

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
2655 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. La joie, l’enthousiasme et la pleine adhé­sion se lisent sur le visage de Philippe Chervy .
    Qu’est ce qu’il ne faut pas faire !!
    Place Gre’net, vous êtes cruels avec cette photo…tellement par­lante..
    « Credo quia absur­dum.. »

    sep article
  2. MDR si ce n’est pas mal­heu­reux de croire que les per­sonnes de 75 ans et + doivent être réduits
    à prendre des vélos mouches, autre­ment ils sont condam­nés à res­ter chez eux.
    Serait il pas plus judi­cieux de pro­po­ser des véhi­cules élec­triques avec chauf­feur, ce serait plus res­pec­tueux de nos aînés.

    sep article
  3. Les taxis vont être ravis, donc vite Uber à Grenoble.

    sep article