Accusé de tous les maux par un ex-salarié, le groupement économique solidaire Ulisse réfute en bloc

sep article



FOCUS – La direction d’Ulisse, groupement économique solidaire grenoblois, participait à une conférence portant sur la précarité énergétique, le 12 mars dernier, dans le cadre de la Biennale des Villes en transition. Un moment choisi par un ex-salarié et l’union syndicale précaires solidaires pour faire une action choc accusant Ulisse de ne pas respecter le droit du travail. Accusation contre laquelle la direction s’inscrit en faux.

 

 

Conférence-débat à La Plateforme, Place de Verdun © Charles Thiebaud -placegrenet.fr

Conférence-débat à La Plateforme, place de Verdun, le 12 mars 2019. © Charles Thiebaud ‑placegrenet.fr

« Heureux qui comme Ulisse ne res­pecte pas le droit du tra­vail ! » pou­vait-on lire sur la ban­de­role, déployée le 12 mars devant l’an­cien musée de pein­ture, au moment où s’a­che­vait la confé­rence « Comment lut­ter effi­ca­ce­ment contre la pré­ca­rité éner­gé­tique ».

 

Une confé­rence à laquelle par­ti­ci­pait Jean-Jérôme Calvier, direc­teur géné­ral adjoint d’Ulisse, grou­pe­ment éco­no­mique soli­daire gre­no­blois (cf. enca­dré), dans le cadre de la Biennale des Villes en tran­si­tion.

 

 

Rendez-vous surprise

 

Michael Adam, ex-sala­rié d’Ulisse Énergie sou­tenu par des mili­tants de l’u­nion syn­di­cale pré­caires Solidaires, qui patien­taient jusque-là dans la salle, venaient de pas­ser à l’ac­tion avec ce « ren­dez-vous sur­prise ».

 

L’un après l’autre, ils ont alors posé publi­que­ment des ques­tions accu­sa­toires : com­ment une entre­prise « au ser­vice de l’emploi et du déploie­ment d’ac­ti­vi­tés éco­no­miques » peut-elle délais­ser ses propres sala­riés ? « Comment, M. Calvier, est-il pos­sible que des per­sonnes cen­sées accom­pa­gner, être des conseillers en éner­gie, puissent se retrou­ver elles-mêmes en situa­tion de pré­ca­rité ? »

 

Banderole déployée à la Place de Verdun, 12 mars 2019 ©Charles Thiebaud -placegrenet.fr

Banderole déployée à la Place de Verdun, 12 mars 2019 © Charles Thiebaud ‑placegrenet.fr

 

Michael Adam a, pour sa part, dénoncé un « grand écart entre les valeurs affi­chées et la situa­tion en interne » de l’en­tre­prise. Une semaine avant la fin de son contrat, l’ex-sala­rié avait exercé son droit de retrait le 21 février der­nier, durant sept jours, le « len­de­main du malaise d’un col­lègue ».

 

Un ex-salarié interpelle le directeur adjoint d'Ulisse Energie © Charles Thiebaud -placegrenet.fr

Un ex-sala­rié inter­pelle le direc­teur adjoint d’Ulisse Energie. © Charles Thiebaud ‑placegrenet.fr

Opéré car­diaque, Michael Adam explique qu’il s’in­quié­tait pour sa santé. Il sou­haite « dénon­cer une situa­tion extrê­me­ment com­pli­quée, avec des ten­sions géné­rées par une coor­di­na­tion du tra­vail dys­fonc­tion­nelle ». Un contexte dif­fi­cile qui ne serait pas récent, selon lui.

 

Les sala­riés seraient dans une « situa­tion mora­le­ment et psy­chi­que­ment dif­fi­cile ». Et iraient au tra­vail « avec la peur au ventre ». « Il y a une grande dif­fi­culté en matière de droit du tra­vail. L’encadrement est arbi­traire », dénonce l’ex-sala­rié. Il soup­çonne par ailleurs Jean-Jérôme Calvier de vou­loir le pré­sen­ter comme un cas isolé, « un tra­vailleur mécon­tent », suite à la non-recon­duc­tion de son contrat, alors que cette démarche serait col­lec­tive.

 

 

« Il n’y a absolument pas de précarisation des salariés »

 

Bien que sur­pris, Jean-Jérôme Calvier a gardé son calme face à ces accu­sa­tions publiques et a répondu sur-le-champ aux reproches, en quelques mots . « Il y a beau­coup de confu­sion en ce moment. Il n’y a abso­lu­ment pas de pré­ca­ri­sa­tion des sala­riés », a‑t-il notam­ment assuré.

 

Les par­te­naires tels que GEG, mais aussi la Métro et le CCAS de Grenoble, pré­sents à cette confé­rence, ont par ailleurs pris la parole pour rap­pe­ler les mis­sions de l’insertion en géné­ral, et sou­te­nir Ulisse et le bilan de Soleni en par­ti­cu­lier, dans le cadre de la lutte contre la pré­ca­rité éner­gé­tique.

 

L'ex-salarié et une syndicaliste font part du tract au directeur adjoint d'Ulisse © Charles Thiebaud -placegrenet.fr

L’ex-sala­rié et une syn­di­ca­liste font part du tract au direc­teur adjoint d’Ulisse © Charles Thiebaud ‑placegrenet.fr

À la fin de la séance, Michael Adam et Alizée Coastets-Girardot, de l’u­nion syn­di­cale ont remis au direc­teur adjoint un tract repre­nant leurs griefs : « Nos contrats de tra­vail ne sont pas res­pec­tés », « notre santé s’est dégra­dée », « nous tou­chons des salaires de misère », « nos condi­tions de tra­vail sont déplo­rables » et « nous n’a­vons aucune pers­pec­tive pro­fes­sion­nelle ». « Le titre [« Heureux qui comme Ulisse ne res­pecte pas le droit du tra­vail ! », ndlr] est dif­fa­ma­toire », leur a‑t-il rétor­qué.

 

 

« Certains salariés n’acceptaient plus les consignes de l’encadrement »

 

Sans sur­prise, le récit du direc­teur adjoint, contacté après coup, est dia­mé­tra­le­ment opposé. Ce der­nier tient d’a­bord à rap­pe­ler le rôle et la fonc­tion d’Ulisse Énergie, asso­cia­tion à but non lucra­tif, « une toute petite struc­ture ». Créée en 2014, elle porte le dis­po­si­tif Soleni, « ser­vice d’ac­com­pa­gne­ment à la maî­trise de l’éner­gie pour des ménages en pré­ca­rité ».

 

L’association pro­pose des CDD pour une durée entre six et vingt-quatre mois. L’objectif ? « Recruter, for­mer et accom­pa­gner vers l’emploi des per­sonnes qui, au départ, en sont éloi­gnées. » Un pro­jet social auquel il tient, tout comme le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion.

 

Ulisse : l'insertion par l'activité économique IAE DR

Métiers en Insertion par l’ac­ti­vité éco­no­mique (IAE) pro­po­sés par Ulisse. DR

 

Jean-Jérôme Calvier tient à rap­pe­ler que la situa­tion a été com­pli­quée. En 2018, Ulisse Énergie aurait perdu beau­coup d’argent, même si le résul­tat exact 2018 n’est pas encore connu. « On n’a pas eu assez d’ac­ti­vité », déplore-t-il. Pourquoi ? Essentiellement par manque de repé­rage de ménages de la part des tra­vailleurs sociaux.

 

Quant à l’en­ca­dre­ment qui serait arbi­traire, le direc­teur adjoint le réfute. « L’encadrement tech­nique est évi­dem­ment bien­veillant, c’est tout l’in­té­rêt de nos struc­tures. » Et, d’autre part, des enca­drants auraient été mis en dif­fi­culté par des per­sonnes en inser­tion. Victimes de pres­sions, voire de pro­pos dif­fa­ma­toires, des enca­drants s’en seraient confiés à la direc­tion et aux délé­gués du per­son­nel.

 

 

« Les devoirs des salariés étaient complètement mis de côté »

 

Concernant l’or­ga­ni­sa­tion du tra­vail ? « Les devoirs des sala­riés étaient com­plè­te­ment mis de côté […] Certains n’ac­cep­taient abso­lu­ment plus les consignes de l’en­ca­dre­ment ». Suite à plu­sieurs départs, Ulisse Énergie manque aujourd’­hui de per­son­nel. « On est en train de recru­ter de nou­velles per­sonnes pour réa­li­ser le tra­vail d’ac­com­pa­gne­ment sur la maî­trise de l’éner­gie », pré­cise le direc­teur géné­ral adjoint.

 

Rapport présenté par un conseiller en maîtrise de l'énergie d'Ulisse à un locataire. DR

Rapport pré­senté par un conseiller en maî­trise de l’éner­gie d’Ulisse à un loca­taire. DR

« Ce métier, au ser­vice des ménages pas for­cé­ment dis­po­nibles sur les horaires de bureau tra­di­tion­nels, demande de la sou­plesse », recon­naît-il. Par contre, « les heures sup­plé­men­taires sont récu­pé­rées, y com­pris les temps de tra­jets », pré­cise-t-il. Et en contre­par­tie, les sala­riés béné­fi­cient d’aménagements pour construire leur pro­jet pro­fes­sion­nel (ren­dez-vous admi­nis­tra­tifs, for­ma­tion, entre­tiens…).

 

Quant à la repré­sen­ta­ti­vité de l’ac­tion lan­cée par l’ex-sala­rié, le direc­teur adjoint en doute fort. « M. Adam se fait le porte-parole de cinq per­sonnes. En interne, cer­taines ne se sentent pas du tout concer­nées par ces pro­pos, ni soli­daires. Depuis 2014, on a eu 25 sala­riés. Or l’as­so­cia­tion n’a jamais eu ce genre de remarques. La façon de tra­vailler n’a pour­tant pas du tout changé. »

 

 

Huit personnes sur dix ont trouvé des solutions en sortant d’Ulisse

 

En ce qui concerne la situa­tion sala­riale, les salaires se situent au smic horaire, avec des temps de tra­vail s’é­che­lon­nant entre 26 et 35 heures par semaine. « C’est la réa­lité éco­no­mique et le modèle du sec­teur d’insertion par l’activité éco­no­mique (IAE) conven­tionné par l’État, assure Jean-Jérôme Calvier. Par ailleurs, on ne peut pas aug­men­ter les salaires puisque, der­rière, on ne peut pas aug­men­ter le prix de vente de la pres­ta­tion. »

 

Façonnage manuel avec L'atelier Grenoble d'Ulisse. DR

Façonnage manuel avec L’atelier Grenoble d’Ulisse. DR

Pour ce qui est des pers­pec­tives pro­fes­sion­nelles, « on ne peut pas dire que l’ac­com­pa­gne­ment soit insuf­fi­sant ou inexis­tant puisque huit per­sonnes sur dix ont trouvé des solu­tions » en sor­tant d’Ulisse.

 

« Nous sommes vrai­ment déçus et désa­gréa­ble­ment sur­pris de cette inter­pel­la­tion publique. Car, pour tous les points du tract, nous avons déjà apporté des réponses for­melles au sein des ins­tances dédiées. »

 

Jean-Jérôme Calvier conclut sur l’ex-sala­rié, qui a béné­fi­cié de plu­sieurs for­ma­tions en habi­li­ta­tion élec­trique et en maî­trise de l’éner­gie, tout au long de son par­cours. « Il est passé à un poste de conseiller parce qu’il mon­trait des com­pé­tences rela­tion­nelles inté­res­santes pour ce métier. Malheureusement, il n’a pas eu une sor­tie dyna­mique. Mais on lui sou­haite bien évi­dem­ment de trou­ver un emploi stable. »

 

Charles Thiebaud

 

 

« Ulisse, solidaires pour l’emploi »

 

Ulisse, grou­pe­ment éco­no­mique soli­daire gre­no­blois qui compte près de cin­quante sala­riés, com­prend cinq struc­tures d’in­ser­tion par l’ac­ti­vité éco­no­mique :

 

Ulisse Solidura
Ulisse Grenoble Solidarité
Ulisse Services
Ulisse Intérim
Ulisse Energie

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
2383 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.