Nouveau ras­sem­ble­ment à Crolles des sala­riés de STMicroelectronics pour récla­mer la prime Macron

Nouveau ras­sem­ble­ment à Crolles des sala­riés de STMicroelectronics pour récla­mer la prime Macron

FIL INFO – Nouvelle action des sala­riés de STMicroelectronics du site de Crolles jeudi 7 mars. Après un pre­mier ras­sem­ble­ment devant le site le 21 jan­vier, les syn­di­cats CGT, CFDT et CFE-CGC appe­laient de nou­veau à la mobi­li­sa­tion. En cause ? STMicroelectronics « refuse » de ver­ser la prime Macron à ses sala­riés. La direc­tion répond pour­tant avoir pro­posé une prime excep­tion­nelle, sous forme de sup­plé­ment d’intéressement. 

La CGT, la CFDT et la CFE-CGC ne désarment pas face à la direc­tion de STMicroelectronics. Après un pre­mier ras­sem­ble­ment devant le site de Crolles le lundi 21 jan­vier, les trois syn­di­cats ont de nou­veau appelé les sala­riés à la mobi­li­sa­tion, ce jeudi 7 mars. Des mou­ve­ments de pro­tes­ta­tion qui ne se tra­duisent pas par une grève : les ras­sem­ble­ments sont à chaque fois orga­ni­sés durant le temps de pause, entre midi et 14 heures.

Rassemblement des salariés de STMicroelectronics le 21 janvier. Photo Facebook.

Rassemblement des sala­riés de STMicroelectronics le 21 jan­vier. Photo Facebook.

Motif de la colère syn­di­cale ? Le « refus » de la direc­tion de STMicro de ver­ser la fameuse prime Macron. « La direc­tion, avec mépris, a refusé caté­go­ri­que­ment de ver­ser cette prime », écri­vait la CGT dans un tract dif­fusé en jan­vier. Pour ce nou­veau ras­sem­ble­ment, une péti­tion demande à la direc­tion « de convo­quer une réunion de négo­cia­tion le plus tôt pos­sible pour mettre en œuvre le dis­po­si­tif de prime décidé par le gou­ver­ne­ment ».

STMicro sou­ligne avoir pro­posé une prime d’in­té­res­se­ment aux salariés

Du côté de STMicroelectronics, le son de cloche est bien dif­fé­rent. « Le 19 décembre 2018, la direc­tion géné­rale de ST France a annoncé sa déci­sion de ver­ser une prime de sou­tien au pou­voir d’achat », répond le groupe à Place Gre’net. Une prime excep­tion­nelle « ver­sée sous forme d’un sup­plé­ment d’intéressement ». Et qui se veut dédiée en prio­rité aux « pre­miers niveaux de salaires » tout en inté­grant les embauches récentes.

Le site crollos de STMicrolectronics © Artechnic

Le site de STMicroelectronics à Crolles. © Artechnic

Montant de cette prime ? De 300 à 800 euros, selon le mon­tant de la rému­né­ra­tion annuelle brute des sala­riés concer­nés. La direc­tion de STMicroelectronics pré­cise par ailleurs que la pro­po­si­tion a été remise aux trois orga­ni­sa­tions syn­di­cales le 7 février, après deux jours de dis­cus­sion sur les « moda­li­tés d’at­tri­bu­tion de cette prime ». Et conclut en pré­ci­sant que cette pro­po­si­tion est « tou­jours dis­po­nible pour signa­ture ».

« Prime excep­tion­nelle » contre « Prime Macron »

Mais « prime excep­tion­nelle » ne signi­fie pas « prime Macron », rétorquent les syn­di­cats. « Ce n’est pas du tout le même dis­po­si­tif », estime Alice Pelletier de la CGT STMicroelectronics. La syn­di­ca­liste note ainsi que le sup­plé­ment d’intéressement, contrai­re­ment à la prime Macron, n’est pas défis­ca­lisé. « La direc­tion nous a dit qu’elle cou­vri­rait la fis­ca­lité, mais ce n’est pas comme cela que ça marche ! », ajoute-t-elle.

Pour la CGT, prime d'intéressement ne signifie pas prime Macron. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Pour la CGT, prime d’in­té­res­se­ment ne signi­fie pas prime Macron. © Florent Mathieu – Place Gre’net

De plus, le « sup­plé­ment » d’in­té­res­se­ment inter­roge Alice Pelletier, qui affirme que l’in­té­res­se­ment lui-même des sala­riés n’est pas encore défini. « On ne peut pas faire un sup­plé­ment à quelque chose que l’on ne connaît pas encore », iro­nise-t-elle. Enfin, la syn­di­ca­liste estime que ce mode d’at­tri­bu­tion de prime ne concer­nera qu’une cer­taine tranche de sala­riés, au lieu de pro­fi­ter à tous. Moins de 40 % des sala­riés seraient ainsi concernés.

La volonté est-elle de main­te­nir la pres­sion sur les ins­tances diri­geantes de STMicroelectronics ? Dans leur péti­tion, les orga­ni­sa­tions syn­di­cales rap­pellent en effet que la prime Macron reste négo­ciable au sein des entre­prises jus­qu’au 31 mars. Et si la CGT n’a jamais man­qué de cri­ti­quer le « tour de passe-passe » du pré­sident de la République sur fond de crise des gilets Jaunes, le syn­di­cat semble bien décidé à faire appli­quer la prime Macron en bonne et due pour les sala­riés de STMicro.

FM

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Européennes 2024 : le PCF Isère prône un « Airbus de la micro­élec­tro­nique » pour atteindre la sou­ve­rai­neté industrielle

FOCUS - Dans le cadre de la campagne des européennes, le PCF Isère a présenté, mardi 28 mai 2024, en présence de Marc Dorel, candidat Lire plus

La CGT du Crous Grenoble-Alpes boycotte la venue à Grenoble de la présidente du Cnous Bénédicte Durand
La CGT du Crous Grenoble-Alpes boy­cotte la venue à Grenoble de la pré­si­dente du Cnous Bénédicte Durand

FLASH INFO - Les tensions entre la CGT et le Crous Grenoble-Alpes ne semblent pas retomber. En témoigne un nouvel échange au vitriol entre le Lire plus

Le vide et ses métiers sont à l’hon­neur à Grenoble avec la pre­mière édi­tion du Vacuum Technologies For Tomorrow

FLASH INFO - L'annonce a de quoi surprendre, mais le vide sera à l'honneur à Grenoble les mercredi 29 et jeudi 30 mai 2024 au Lire plus

Le comité local Attac 38 donne le coup d'envoi à une nouvelle campagne appelant à taxer les plus riches
Le comité local Attac 38 lance une nou­velle cam­pagne appe­lant à taxer les plus riches

FLASH INFO - Des militants du comité local Attac 38 se sont donné rendez-vous devant l'hôtel des impôts de Grenoble, avenue Rhin-et-Danube, jeudi 23 mai Lire plus

Après l'annulation du premier par la justice, un projet Inspira 2 se dessine sur Sablons et Salaise-sur-Sanne
Projet indus­trialo-por­tuaire : Inspira à peine enterré, Inspira 2 se des­sine à Sablons et Salaise-sur-Sanne

FOCUS - Le projet Inspira, mort et enterré? Loin de là. Après avoir vu son annulation confirmée en appel début 2024, les porteurs du projet Lire plus

Grenoble et son CCAS affectent un bâtiment à l'hébergement des sans-domicile et à la lutte contre le non-recours
Grenoble : un bâti­ment dédié à l’hé­ber­ge­ment des sans-domi­cile et à la lutte contre le non-recours

FLASH INFO - Lors du conseil municipal du lundi 13 mai, la Ville de Grenoble a validé une convention entre elle et son CCAS pour Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !