En 2015, le maire de l'Alpe d'Huez était sur la liste des candidats présentés par le président de la Région Auvergne Rhône-Alpes aux régionales.

Mesures de sécurité renforcées en préparation du Tomorrowland Winter 2019, festival “hors du commun”

Mesures de sécurité renforcées en préparation du Tomorrowland Winter 2019, festival “hors du commun”

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FIL INFO – La première édition du festival Tomorrowland Winter se déroulera du 9 au 16 mars 2019 sur la commune d’Huez. Charles Barbier, sous-préfet de l’Isère, et les représentants des forces de l’ordre ont récemment présenté les mesures de sécurité qui seront mises en œuvre dans le cadre de cet événement.

 

 

Tomorrowland Winter 2019, cela ne vous dit rien ? Et pour cause, il s’a­git de la pre­mière édi­tion hiver­nale du fes­ti­val belge de musique élec­tro Tomorrowland. Cette pre­mière, qui se dérou­lera sur la com­mune d’Huez en Isère, du 9 au 16 mars 2019, « a pu sus­ci­ter quelques inquié­tudes », avoue Charles Barbier, sous-pré­fet, direc­teur de cabi­net du pré­fet de l’Isère.

 

Ce der­nier et divers repré­sen­tants des forces de l’ordre ont ainsi pré­senté, le 28 février der­nier, le dis­po­si­tif de sécu­rité mis en place par les ser­vices de l’État en amont du fes­ti­val. Histoire de « ras­su­rer tout le monde ».

 

 

Police natio­nale, ser­vice dépar­te­men­tal d’in­cen­die et de secours, douanes, Samu, Sécurité civile, Fédération fran­çaise de sau­ve­tage et de secou­risme… nom­breux sont les acteurs impli­qués. Le grou­pe­ment de gen­dar­me­rie dépar­te­men­tal déploiera pour sa part 120 gen­darmes, le Sdis deux casernes et 22 sapeurs-pom­piers. De plus, deux héli­co­ptères seront mis à disposition.

 

 

Un important travail de préparation

 

« L’association de l’en­semble des ser­vices de l’État pour la pré­pa­ra­tion de l’é­vé­ne­ment a néces­sité un impor­tant tra­vail de pré­pa­ra­tion de la plu­part des ser­vices de l’État, de la com­mune et des orga­ni­sa­teurs du fes­ti­val », pré­cise Charles Barbier. Qui ajoute que cette copro­duc­tion se fera aussi bien pour ce qui concerne la sécu­rité civile que pour ce qui est de la lutte contre la délin­quance. D’où la mise en place d’un centre de super­vi­sion opé­ra­tion­nel et d’un centre opé­ra­tion­nel dépar­te­men­tal de crise dédiés au Tomorrowland Winter.

 

Présentation des mesures de sécurité à la préfecture de l'Isère © Charles Thiebaud

Présentation des mesures de sécu­rité à la pré­fec­ture de l’Isère © Charles Thiebaud – pla​ce​gre​net​.fr

 

Les res­pon­sables ont ainsi orga­nisé de nom­breuses réunions tech­niques, mais aussi déci­sion­nelles en pré­fec­ture. Des com­mis­sions de sécu­rité se déroulent éga­le­ment jus­qu’au 8 mars, veille du lan­ce­ment du fes­ti­val. « Et tout ça pour avoir une réponse adap­tée à la fois dans le temps, dans la durée et bien sur à l’in­ten­sité du risque qui sera opposé », conclut le sous-préfet.

 

« La dif­fi­culté de L’Alpe d’Huez, c’est que la com­mune est un peu à dis­tance. Le pre­mier éta­blis­se­ment de soins n’est qu’à Grenoble, à peu près à une heure de route. Cela repré­sente une dif­fi­culté d’a­che­mi­ne­ment d’é­ven­tuels bles­sés », ren­ché­rit le Pr Guillaume Debaty, res­pon­sable du Samu 38. D’où le ren­for­ce­ment de la régu­la­tion médicale.

 

 

Une attention et un dispositif qui sortent de l’ordinaire

 

Le sous-pré­fet tient à dédra­ma­ti­ser la situa­tion. « On a déjà pu gérer de tels évé­ne­ments. On a l’ha­bi­tude de trai­ter ou sécu­ri­ser une sta­tion de ski, qui au plus fort de son acti­vité peut aller jus­qu’à 25 000 per­sonnes pour un évé­ne­ment. Par exemple, le 31 décembre pour la Saint-Sylvestre, vous avez autant de monde. »

 

Charles Barbier, sous-préfet, directeur de cabinet de la préfecture de l'Isère © Charles Thiebaud

Charles Barbier, sous-pré­fet, direc­teur de cabi­net du pré­fet de l’Isère. © Charles Thiebaud

Qu’est-ce qui jus­ti­fie alors ces pré­cau­tions par­ti­cu­lières à l’é­gard du Tomorrowland Winter ? « C’est un évé­ne­ment un peu inha­bi­tuel. Il se déroule sur huit jours et attire une cen­taine de natio­na­li­tés dif­fé­rentes », explique Charles Barbier.

 

« La par­ti­cu­la­rité de cet évé­ne­ment, puisqu’il y en a une, c’est effec­ti­ve­ment sa durée, avec des horaires fluc­tuants un petit peu éten­dus. Et ça néces­site une atten­tion et un dis­po­si­tif qui sortent un peu de l’or­di­naire. »

 

De plus, l’é­vé­ne­ment musi­cal se déroule dans les Alpes, « dans les mon­tagnes, avec des fes­ti­va­liers qui n’ont pas for­cé­ment l’ha­bi­tude d’y être ». « On a des flux de dix heures à trois ou quatre heures du matin », sou­ligne éga­le­ment le lieu­te­nant-colo­nel Lino Ianetta du grou­pe­ment de gen­dar­me­rie Isère.

 

 

« La prévention, première de nos missions »

 

LCL Lino Ianetta, Groupement de Gendarmerie Isère © Charles Thiebaud

LCL Lino Ianetta, Groupement de Gendarmerie Isère © Charles Thiebaud – pla​ce​gre​net​.fr

« Être proac­tifs, essayer de détec­ter tout inci­dent poten­tiel », tel est le mot d’ordre du colo­nel. « Nous atten­dons des fes­ti­va­liers depuis la Suisse, Genève notam­ment, de l’aé­ro­port de Chambéry. Là, ils arri­ve­ront essen­tiel­le­ment par l’au­to­route A41. Ensuite, [il y aura] des arri­vées depuis les aéro­ports de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs et de Lyon Saint-Exupéry. Là, ce seront des flux sur l’A43 et l’A48. »

 

Lino Ianetta sou­haite prendre en charge les fes­ti­va­liers du Tomorrowland Winter dès leur arri­vée, pour « les ache­mi­ner dans les meilleures condi­tions de sécu­rité à l’Alpe d’Huez et les sta­tions satel­lites et péri­phé­riques ». Il s’a­git, selon ses mots, d”« une manœuvre glo­bale impor­tante ». « La pré­ven­tion, c’est la pre­mière de nos mis­sions, mais on aura aussi une capa­cité d’in­ter­ven­tion. »

 

« Le but du jeu, c’est de faire un évé­ne­ment 100 % sécu­ri­taire… La sécu­rité de tous, on y tient vrai­ment », affirme quant‑à elle Mélanie Turleque, orga­ni­sa­trice du fes­ti­val. « On tra­vaille avec des méde­cins fran­çais et des méde­cins belges qui ont toute l’ex­pé­rience de Tomorrowland », pré­cise-t-elle, en annon­çant une « coopé­ra­tion » réunis­sant « savoir-faire belge et fran­çais ».

 

De 20 000 à 25 000 per­sonnes sont atten­dues pour ce fes­ti­val. Les orga­ni­sa­teurs ne sont pas en mesure de don­ner un nombre exact. « Il y a encore des pro­prié­taires qui ont la capa­cité de prendre des billets à la der­nière minute, chose que le grand public ne peut plus faire aujourd’­hui ».

 

Charles Thiebaud

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

CT

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Le préfet de l’Isère autorise finalement la chasse des sangliers, cerfs et chevreuils durant le confinement

  EN BREF - La préfecture de l'Isère a autorisé, vendredi 6 novembre 2020, la chasse durant le confinement "au titre des missions d'intérêt général". Lire plus

État d’urgence sanitaire : les nouvelles mesures réglementaires applicables en Isère et sur la Métropole

  EN BREF - La préfecture de l'Isère précise quelles sont les nouvelles mesures réglementaires s'appliquant dans le département et la Métropole à compter de Lire plus

Lionel Beffre, préfet de l'Isère entouré de Aymeric Bogey, délégué de l'ARS pour l'Isère et de Viviane Henry, directrice académique lors de la présentation du plan de déconfinement en Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Déconfinement en Isère : un sas de trois semaines pour “une reprise prudente et progressive”

  FOCUS - Le préfet de l'Isère a présenté, ce samedi 9 mai, les mesures de déconfinement applicables dans le département à compter de ce Lire plus

Les pompiers ont jugulé l'incendie. © Compte Facebook de Patrick Nicole-Williams, le maire de Villefontaine.
Le bâtiment principal de la mairie de Villefontaine partiellement incendié à l’aide d’une voiture bélier enflammée

  EN BREF - Un incendie a provoqué d'importants dégâts dans le bâtiment principal de la mairie de Villefontaine dans la nuit du 16 au Lire plus

Centre d'hébergement d'urgence Marie-Reynoard. © Collectif Dourbie-hébergement
Covid-19 : ouverture au Pont-de-Claix d’un centre d’hébergement pour le confinement des sans-abri malades

  EN BREF - Un centre d'hébergement vient d'ouvrir au Pont-de-Claix pour les personnes sans abri affectées par le virus Covid-19 mais ne nécessitant pas Lire plus

Culture, sport, politique, économie : Grenoble au rythme des annulations et reports sur fond de coronavirus

  FOCUS – Alors que l'épidémie de coronavirus s'étend sur le territoire, un nombre croissant d'événements et de rendez-vous – dont certains prévus de longue date – Lire plus

Flash Info

|

18/10

11h04

|

|

17/10

22h06

|

|

16/10

22h21

|

|

16/10

14h42

|

|

16/10

7h48

|

|

15/10

23h27

|

|

15/10

10h12

|

|

15/10

9h14

|

|

14/10

12h03

|

|

13/10

22h57

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin