Le nombre de jours consécutifs où la température ne descend pas de jour comme de nuit en-dessous de 35 °C sera de 46 à Grenoble en 2050.

Cop 21… Cop 24 : en 2050, le nombre de jours de cha­leur extrême sera mul­ti­plié par quinze à Grenoble

Cop 21… Cop 24 : en 2050, le nombre de jours de cha­leur extrême sera mul­ti­plié par quinze à Grenoble

WEB-DOCUMENTAIRE – Épisode 5 – Faute de par­ve­nir à atté­nuer le chan­ge­ment cli­ma­tique, l’Homme n’a d’autre choix que de s’a­dap­ter. En 2050, à Grenoble, il devra notam­ment faire face à des étés de plus en plus chauds. Le nombre de jours consé­cu­tifs où la tem­pé­ra­ture ne des­cen­dra pas, de jour comme de nuit, en-des­sous de 35 °C repré­sen­tera ainsi la moi­tié des étés. Mais ce ne sont pas tant les impacts à court terme qui inquiètent les scien­ti­fiques que ceux à plus long terme…

Dans les Alpes, le réchauffement climatique va deux fois plus vite que dans le reste de la France © Anne Delestrade - CREA Mont-Blanc

Les Alpes se réchauffent. Et l’Homme dans tout ça ? © Anne Delestrade – CREA Mont-Blanc

Dans les Alpes, les gla­ciers fondent, les pics de cha­leur s’in­ten­si­fient et les pré­ci­pi­ta­tions font le grand écart entre épi­sodes de pluie intenses et séche­resses marquées.

Les trente pro­chaines années vont suivre la même ten­dance. Les pro­jec­tions réa­li­sées dans la capi­tale du Dauphiné par le cabi­net Tec, mis­sionné par la Métropole de Grenoble ne sont guère réjouissantes.

Les cani­cules et épi­sodes de cha­leur extrêmes * vont se mul­ti­plier. Le nombre de jours consé­cu­tifs où la tem­pé­ra­ture ne des­cend pas, de jour comme de nuit, en-des­sous de 35 °C devrait pas­ser de trois aujourd’­hui à qua­rante-six en 2050. L’été 2003 devien­drait ainsi la norme, avec des tem­pé­ra­tures qui aug­men­te­raient de 1,4 à 2,7 °C et des pré­ci­pi­ta­tions en baisse de 6 à 10 %.

L’hiver, la hausse du ther­mo­mètre devrait oscil­ler entre 1,5 °C et 3,5 °C, accom­pa­gnée d’une aug­men­ta­tion des pré­ci­pi­ta­tions de 9 à 14 % mais, sur­tout, de chutes de neige en baisse de 50 à 86 %.

Le cadre de vie gre­no­blois devrait être affecté par ces changements

Conséquence à la moi­tié du siècle ? Intensification de la cha­leur en ville, risques d’i­non­da­tion accrus, feux de forêts plus fré­quents, pré­dit l’é­tude. « Le chan­ge­ment cli­ma­tique va induire une aug­men­ta­tion géné­ra­li­sée des tem­pé­ra­tures et des extrêmes ainsi qu’une plus grande varia­bi­lité des pré­ci­pi­ta­tions. Le cadre de vie gre­no­blois, la popu­la­tion ainsi que les res­sources natu­relles devraient être affec­tés sur le long terme par ces changements. »

Etudiants assis dans l'herbe à côté de la Caserne de Bonne de Grenoble. © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Etudiants assis dans l’herbe à côté de la Caserne de Bonne de Grenoble. © Elodie Rummelhard – pla​ce​gre​net​.fr

D’autant que les efforts enga­gés de 2005 à 2015, s’ils ont atteint leurs objec­tifs, ne sont pas suf­fi­sants. Grenoble fait d’ailleurs par­tie des qua­torze zones mises à l’a­mende par la Commission euro­péenne pour ses dépas­se­ments chro­niques de pol­luants atmosphériques.

La Métropole visait une baisse de 14 % des émis­sions de gaz à effet de serre entre 2005 et 2014 ? Elle a certes été de 23 % mais « la baisse reste encore insuf­fi­sante dans le sec­teur des trans­ports », pointe la Métro. La barre est désor­mais haut pla­cée : la baisse doit atteindre 35 % en 2020 puis 50 % en 2030.

Des efforts insuf­fi­sants dans le trans­port et le chauf­fage au bois

L’objectif de bais­ser de 14 % la consom­ma­tion d’éner­gie a été éga­le­ment atteint mais cette dimi­nu­tion repose essen­tiel­le­ment sur le sec­teur indus­triel. Du côté de la pol­lu­tion issue du tra­fic rou­tier, les objec­tifs sont légè­re­ment dépas­sés : baisse des par­ti­cules fines de 27 % (pour un objec­tif de 24 %) et du dioxyde d’a­zote de 48 % (pour un objec­tif de 47 %). Mais les efforts n’ont pas été suf­fi­sants dans les sec­teurs du trans­port et du chauf­fage au bois.

Même topo du côté de la la pro­duc­tion d’éner­gie renou­ve­lable. Celle-ci atteint 16,3 % – pour un objec­tif de 14 % – mais cette pro­duc­tion repose en grande par­tie sur l’hy­dro­élec­tri­cité et la bio­masse dans les cen­trales de pro­duc­tion des réseaux de cha­leur. « Pour atteindre les objec­tifs 2020 et 2030 (20 % et 30 %), toutes les filières devront être déve­lop­pées, que ce soit bio­masse, le solaire ther­mique et pho­to­vol­taïque, la géo­ther­mie ou le biogaz. »

« Il se peut que l’enchaînement des évé­ne­ments ne soit plus contrôlable ».

Le plus dur reste donc à faire. En atten­dant, faute de pou­voir atté­nuer le chan­ge­ment cli­ma­tique, l’Homme n’a d’autre choix que de s’a­dap­ter. Et d’en­cais­ser. Car les effets à court terme sur la santé humaine ne sont rien par rap­port aux impacts à plus long terme, alerte le pro­fes­seur de phy­sio­lo­gie Jean-François Toussaint.

Ce méde­cin a tra­vaillé sur les impacts sani­taires de la stra­té­gie d’a­dap­ta­tion au chan­ge­ment cli­ma­tique. Un rap­port auquel ont contri­bué dix-huit scien­ti­fiques et dont les conclu­sions sont alar­mantes. « Si les tem­pé­ra­tures de sur­face aug­mentent de 4 à 6 °C d’ici à la fin du siècle, sou­ligne l’é­tude, il se peut que l’enchaînement des évé­ne­ments ne soit plus contrôlable ».

Cliquez sur l’i­mage ci-des­sous pour lan­cer le web-documentaire :

Webdoc Coup de chaud sur les Alpes : au cœur du réchauffement climatique

Patricia Cerinsek

*Article mis à jour le 6 mai 2019 : les

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

M’Hamed Benharouga, Nathalie Levrat, Michel Vendra et Antoine Aufragne (Just). © Florent Mathieu - Place Gre'net
La Ville de Sassenage s’al­lie à Just pour mettre en place une mutuelle communale

FOCUS - La Ville de Sassenage a signé une convention avec la mutuelle Just pour la mise en place d'une mutuelle communale, afin de permettre Lire plus

Le PCF André Chassaigne et le RN Jordan Bardella s'invitent à la Foire de printemps de Beaucroissant 2024
Beaucroissant : le PCF André Chassaigne et le RN Jordan Bardella s’in­vitent à la Foire de prin­temps 2024

FLASH INFO - La Foire de printemps de Beaucroissant est de retour pour sa 53e édition, les samedi 20 et dimanche 21 avril 2024. Version Lire plus

Grenoble en sixième position des villes "où il fait bon vivre avec son chien", selon 30 millions d'amis
Grenoble, sixième ville « où il fait bon vivre avec son chien », selon 30 mil­lions d’amis

FLASH INFO - La Ville de Grenoble arrive 6e parmi les villes de plus de 100 000 habitants "où il fait bon vivre avec son chien". Créé Lire plus

La Métropole alerte sur les risques du protoxyde d'azote, de plus en plus populaire chez les jeunes
La Métropole alerte sur les risques du pro­toxyde d’a­zote, de plus en plus popu­laire chez les jeunes

FLASH INFO - Christophe Ferrari, président de la Métropole de Grenoble, et Pierre Bejjaji, conseiller métropolitain délégué à la Prévention spécialisée, se sont rendus au Lire plus

Le Smmag inaugure le lancement du service M Vélo + sur le Pays Voironnais avec une première agence à Voiron
Le Smmag lance le ser­vice M Vélo + sur le Pays voi­ron­nais avec une pre­mière agence à Voiron

FLASH INFO - Une cérémonie en grandes pompes a été organisée à Voiron pour inaugurer le déploiement du service M Vélo + sur le Pays Lire plus

La biblio­thèque Saint-Bruno fer­mée jus­qu’en novembre 2024 pour des tra­vaux de « réno­va­tion complète »

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce des travaux pour la rénovation complète de la bibliothèque Saint-Bruno, dans le cadre de son programme Bienvenue Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !