À l’Élysée, le président du Département Jean-Pierre Barbier vante la “réciprocité” et sa politique culturelle

sep article



FIL INFO – Jean-Pierre Barbier faisait partie des présidents de conseils départementaux invités à l’Élysée pour une réunion avec le président de la République, jeudi 21 février. Un temps d’échange au cours duquel il a pris la parole pour vanter son concept de « réciprocité consentie » pour les allocataires du RSA. Ainsi que la politique culturelle menée par sa majorité au sein du Département de l’Isère.

 

 

« Le Premier ministre a émis l’i­dée d’une contre­par­tie aux aides sociales. En Isère, c’est fait. » Ainsi s’est exprimé le pré­sident du Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère face au pré­sident de la République, le jeudi 21 février. Jean-Pierre Barbier fai­sait en effet par­tie des pré­si­dents de conseils dépar­te­men­taux invi­tés à l’Élysée dans le cadre de la consul­ta­tion natio­nale.

 

Élysée : déjeuner d'Emmanuel Macron en présence des présidents des Conseils départementaux © Jean-Pierre Barbier - Facebook

Emmanuel Macron durant le déjeu­ner en pré­sence des pré­si­dents des Conseils dépar­te­men­taux. © Jean-Pierre Barbier – Facebook

 

Sans sur­prise, le pré­sident du Département a vanté devant le chef de l’État le concept de « réci­pro­cité consen­tie » mis en place à l’in­ten­tion des allo­ca­taires du RSA. Inscrite au sein du Contrat d’en­ga­ge­ment réci­proque signé entre l’al­lo­ca­taire et le Département, la réci­pro­cité peut se tra­duire par du béné­vo­lat asso­cia­tif ou des enga­ge­ments décrits comme « plus infor­mels ».

 

 

Jean-Pierre Barbier veut exclure les dépenses culturelles du Pacte financier

 

La réci­pro­cité chère au Conseil dépar­te­men­tal n’a cepen­dant pas été le seul sujet abordé par Jean-Pierre Barbier. Ce der­nier a ainsi mis l’ac­cent sur la poli­tique cultu­relle menée par sa majo­rité. Une poli­tique cultu­relle où le patri­moine ter­ri­to­rial occupe une place pré­pon­dé­rante, que ce soit à tra­vers les musées dépar­te­men­taux ou des opé­ra­tions telles Paysage-Paysages.

 

Le président du Département de l'Isère Jean-Pierre Barbier a vanté à l'Élysée sa politique de réciprocité et ses investissements culturels.Jean-Pierre Barbier. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Jean-Pierre Barbier. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Le pré­sident du Département affirme ainsi que « la culture doit être un vec­teur d’éducation et de cohé­sion sociale », tout en per­met­tant « de lut­ter contre l’ignorance et l’intolérance ». À cet égard, Jean-Pierre Barbier a sug­géré que les dépenses cultu­relles ne soient pas concer­nées par le Pacte finan­cier. Un pacte qu’il n’a eu de cesse de dénon­cer comme un « dik­tat » de l’État.

 

Pour Jean-Pierre Barbier, il ne fait aucun doute que les pré­si­dents des dépar­te­ments sont des inter­lo­cu­teurs à prendre en compte. « La France qui s’est expri­mée, c’est celle des ter­ri­toires sou­vent ruraux », conclut-il. Tout en espé­rant que le pré­sident de la République aura entendu son mes­sage et ceux de ses homo­logues, por­tés « de manière concrète et prag­ma­tique ».

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1786 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.