Nuit de la solidarité : 1757 personnes sans-abris recensées sur le territoire de la Métro

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO – La Métropole de Grenoble livre les premiers résultats de la Nuit de la solidarité, organisée le mercredi 30 janvier. Au total, 620 bénévoles ont participé à des maraudes dans dix communes, afin de faire remplir des questionnaires aux personnes en grande précarité. Bilan : la Métro recense 1 757 sans-abris sur son territoire.

 

 

Quel (pre­mier) bilan pour la Nuit de la soli­da­rité ? Organisée le mer­credi 30 jan­vier par la Métro et Un toit pour tous, le ren­dez-vous conviait des béné­voles à aller à la ren­contre des sans-abris afin de leur faire rem­plir un ques­tion­naire. Objectif : mieux cer­ner le nombre et le pro­fil des per­sonnes en grande pré­ca­rité sur le ter­ri­toire métro­po­li­tain. De quoi aga­cer le col­lec­tif Parlons-en, pour qui la col­lec­ti­vité allait « redé­cou­vrir la lune ».

 

Maraude du collectif grenoblois Help SDF. Certains de ses membres ont participé à la Nuit de la solidarité © Anaïs Mariotti - Place Gre'net

Maraude du col­lec­tif gre­no­blois Help SDF. Certains de ses membres ont par­ti­cipé à la Nuit de la soli­da­rité. © Anaïs Mariotti – Place Gre’net

 

Grenoble-Alpes Métropole disait espé­rer 500 béné­voles. Ce sont au final 620 volon­taires qui se sont mobi­li­sés, sur dix com­munes de son ter­ri­toire dont Grenoble, Fontaine, Échirolles ou Saint-Martin-d’Hères. Le nombre de per­sonnes ren­con­trées ? Précisément 104 dans la rue, alors que la tem­pé­ra­ture frô­lait zéro degrés. Mais 199 per­sonnes ont éga­le­ment été dénom­brées dans des cam­pe­ments et 43 dans des squats.

 

 

Au total, 1 757 personnes recensées

 

Affiche de la Nuit de la solidarité © Grenoble Alpes Métropole

Affiche de la Nuit de la soli­da­rité © Grenoble Alpes Métropole

« Il convient que de tels chiffres [soient] com­plé­tés du nombre de per­sonnes dis­po­sant d’une solu­tion pré­caire pour la nuit », pré­cise la Métro. Autrement dit : 143 per­sonnes, en milieu hos­pi­ta­lier ou en gym­nase. Auxquelles viennent enfin s’ajouter 439 per­sonnes héber­gées dans le cadre du dis­po­si­tif d’hé­ber­ge­ment hiver­nal, et 829 dans des struc­tures d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence. Soit, au total, 1 757 per­sonnes recen­sées en situa­tion de grande pré­ca­rité.

 

« Les réflexions en cours seront ren­for­cées par un tel diag­nos­tic, tout comme par les obser­va­tions com­plé­men­taires qu’il reste à mener, et se pour­sui­vront (…) afin de tout mettre en œuvre pour réduire dras­ti­que­ment le nombre de per­sonnes vivant à la rue », conclut la Métro.

 

Son pre­mier élé­ment de réponse ? Le plan Logement d’a­bord, qui pour­rait per­mettre à 300 per­sonnes d’ac­cé­der tous les ans à un loge­ment pérenne, estime-t-elle. Et ceci jus­qu’à 2023.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1938 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.