Journée “collège mort” à Aimé Césaire pour protester contre l’immobilisme du rectorat

sep article



FIL INFO – Les parents d’élèves et l’équipe éducative du collège Aimé Césaire ont lancé une opération “collège mort” ce vendredi 15 février. Une nouvelle action face à l’absence de réaction du rectorat concernant la baisse des dotations horaires d’enseignants. Avec notamment pour le collège, la suppression de deux postes d’enseignants à la rentrée scolaire 2019 – 2020.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Le col­lège avait été blo­qué durant deux heures ce ven­dredi 8 février. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Une mani­fes­ta­tion devant le rec­to­rat de Grenoble puis le blo­cage du col­lège Aimé Césaire le ven­dredi 8 février avant une entre­vue au rec­to­rat…

 

Rien n’y a fait. L’administration est res­tée sourde à la demande du col­lec­tif d’en­sei­gnants et de parents d’é­lèves de revoir sa copie.

 

Celle de la baisse des dota­tions horaires d’enseignants pré­vue pour la ren­trée 2019 – 2020. Concrètement pour le col­lège ? Une baisse glo­bale de trente heures accom­pa­gnée de la dis­pa­ri­tion de deux postes d’enseignants. En réac­tion à l’i­ner­tie du rec­to­rat, le col­lec­tif a lancé, ce ven­dredi 15 février une opé­ra­tion “col­lège mort”. Une nou­velle action pour défendre les condi­tions d’ap­pren­tis­sage des col­lé­giens à Aimé Césaire.

 

 

« Des heures en plus seraient bienvenues pour des classes moins chargées »

 

« Nous avons été reçus ce mer­credi 13 février par Monsieur Laporte, l’ad­joint de la direc­trice aca­dé­mique. Ce der­nier nous a expli­qué les rai­sons de cette dota­tion horaire qui est, de leur point de vue, tout à fait en adé­qua­tion avec les besoins », rap­porte Lucie Giroud. La pré­si­dente du conseil local FCPE s’ins­crit en faux contre l’as­ser­tion du rec­to­rat. « Non, cela ne cor­res­pond pas aux besoins du quar­tier. Des heures en plus seraient bien­ve­nues pour des classes moins char­gées et pou­voir aider les élèves dans les matières impor­tantes », rétorque-t-elle.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Pas de quoi satis­faire le col­lec­tif donc, qui estime n’a­voir obtenu aucune réponse. Et encore moins l’as­su­rance d’un quel­conque enga­ge­ment de l’ad­mi­nis­tra­tion allant dans le sens d’une aug­men­ta­tion du nombre d’heures d’en­sei­gne­ment. « Nous avons ainsi pris la déci­sion de blo­quer le col­lège aujourd’­hui et de faire un appel à un “col­lège mort” », explique Lucie Giroud.

 

 

« Il n’y a pas un bruit dans le collège aujourd’hui ! »

 

Dans cet objec­tif,  l’é­quipe édu­ca­tive a pré­venu les familles, via les car­nets de cor­res­pon­dance, de ne pas envoyer leurs enfants. « Seuls les élèves de troi­sième peuvent ren­trer car ils ont leur épreuve de bre­vet blanc. Nous ne tenions pas à les péna­li­ser », s’empresse-t-elle de pré­ci­ser. Les parents qui sou­tiennent les actions de l’é­quipe ont bien joué le jeu. « Il n’y a pas un bruit dans le col­lège aujourd’­hui ! », com­mente Lucie Giroud.

 

Pour autant, le col­lec­tif ne reste pas les bras bal­lants et compte bien faire bou­ger les lignes. « Nous sommes en train de tra­vailler sur un cour­rier pour inter­pel­ler les dépu­tés et le pré­sident du dépar­te­ment de l’Isère », nous confie Lucie Giroud. Quant à la suite ? « Si rien ne se passe, nous pour­sui­vrons le mou­ve­ment, mais rien de décidé. Nous ne savons pas encore quels leviers nous pou­vons encore action­ner pour nous faire entendre », confesse-t-elle.

 

JK

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
1404 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.