La justice confirme la fermeture pour six mois de la mosquée Al-Kwathar à Grenoble

sep article



EN BREF – Le juge des référés a confirmé la fermeture administrative, pour six mois, de la mosquée Al-Kwathar à Grenoble. L’association musulmane dauphinoise gestionnaire du lieu de culte avait saisi la justice après la décision du préfet d’ordonner une telle mesure. En cause, les prêches radicaux de son imam et, notamment, des propos justifiant le « djihad armé ».

 

 

Mosquée Al-Kawthar dans le quar­tier de la Villeneuve à Grenoble. © Florian Espalieu

Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble a rejeté la demande de l’as­so­cia­tion musul­mane dau­phi­noise, ges­tion­naire de la mos­quée Al-Kwathar à Grenoble, de sus­pendre la déci­sion du pré­fet de l’Isère. Le 5 février, le repré­sen­tant de l’État avait en effet ordonné la fer­me­ture pour six mois du lieu de culte après les prêches radi­caux de son imam.

 

En cause ? « La tenue au cours de prêches, de pro­pos de nature à pro­vo­quer la vio­lence, la haine ou la dis­cri­mi­na­tion contre les fidèles des autres cultes et consti­tuant le ter­reau d’ac­tions ter­ro­ristes, ainsi que la fré­quen­ta­tion du lieu par des indi­vi­dus radi­ca­li­sés adeptes du dji­had armé », enfonce le juge des réfé­rés dans son déli­béré.

 

 

Une vingtaine d’individus radicalisés fréquentent ou ont fréquenté la mosquée

 

Dans son mémoire de défense, le pré­fet du dépar­te­ment est revenu sur les « réfé­rences reli­gieuses qua­li­fiées de radi­cales » extraites de prêches depuis 2011 et jus­qu’à une période récente de l’i­mam. Des prêches mis en ligne « com­por­tant de nom­breux pas­sages inci­tant à la haine et à la vio­lence entre les chré­tiens et les juifs, légi­ti­mant la dis­cri­mi­na­tion et la cha­ria, et jus­ti­fiant le dji­had armé ».

 

Grande salle de prière de la mosquée Al-Kawthar de la Villeneuve © Florian Espalieu - Place Gre'net

Grande salle de prière de la mos­quée Al-Kawthar de la Villeneuve. © Florian Espalieu – Place Gre’net

L’imam n’est pas seul en cause. Une ving­taine d’in­di­vi­dus radi­ca­li­sés fré­quentent ou ont fré­quenté la mos­quée Al-Kwathar située rue des Trembles, dans le quar­tier de La Villeneuve à Grenoble. Certains ont déjà été inter­pel­lés et par­fois condam­nés pour des faits d’a­po­lo­gie du ter­ro­risme.

 

Depuis, l’i­mam a été révo­qué et l’as­so­cia­tion a mis en place un sys­tème vidéo.

 

 

Le tribunal a jugé que cette fermeture ne portait pas atteinte au droit de culte et de réunion

 

Pour appuyer sa demande de sus­pendre la déci­sion du pré­fet de l’Isère, l’as­so­cia­tion a expli­qué que celle-ci péna­li­sait des cen­taines de fidèles et consti­tuait ainsi une « atteinte grave et mani­fes­te­ment illé­gale au droit de culte et de réunion » alors que « les mos­quées envi­ron­nantes sont dans l’im­pos­si­bi­lité d’ac­cueillir le flux des fidèles ».

 

Mais pour le tri­bu­nal, « quelle que soit la res­pon­sa­bi­lité de l’as­so­cia­tion, ou l’in­ten­sité du rôle social joué par ce lieu de culte, et alors qu’il existe dans l’ag­glo­mé­ra­tion d’autres lieux où les fidèles peuvent se rendre, il n’ap­pa­raît pas en l’é­tat de l’ins­truc­tion que le pré­fet de l’Isère aurait […] porté une atteinte à la fois grave et mani­fes­te­ment illé­gale à la liberté de culte ni à celle de réunion ».

 

Le pré­fet a éga­le­ment ordonné le gel pour six mois des avoirs de l’i­mam et de l’as­so­cia­tion ges­tion­naire, dans le cadre de la lutte contre le finan­ce­ment du ter­ro­risme. Décision qui n’a pas fait l’ob­jet de recours en référé de la part de l’as­so­cia­tion.

 

PC

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1692 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. 6 mois tota­le­ment insuf­fi­sant, la fer­me­ture défi­ni­tive est la seule vraie solu­tion pour cette mos­quée.

    sep article