Une mosquée fermée six mois pour prêches radicaux à Grenoble : le sommet de l’iceberg dans l’agglomération ?

sep article



FOCUS – Le préfet de l’Isère a ordonné la fermeture pour six mois de la mosquée Al-Kwathar à Grenoble. En cause : les propos d’un de ses imams incitant à la violence et à la discrimination et légitimant le djihad armé. Le prédicateur et l’association gestionnaire ont également fait l’objet d’une mesure de gel de leurs avoirs, dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme. Radicalisation ? Dans l’agglomération, les signes visibles d’un durcissement de la lutte se multiplient ces dernières semaines.

 

 

La mos­quée Al-Kawthar à Grenoble. © Florian Espalieu

Le pré­fet de l’Isère a ordonné, ce 5 février, la fer­me­ture pour six mois de la mos­quée Al-Kwathar à Grenoble. La mesure pren­dra effet le 7 février si aucun recours conten­tieux n’est déposé dans un délai de qua­rante-huit heures.

 

En cause ? « Les pro­pos tenus et les idées et théo­ries dif­fu­sées au sein de ce lieu de culte pro­voquent à la vio­lence, à la haine et à la dis­cri­mi­na­tion », sou­lignent les ser­vices de la pré­fec­ture dans un com­mu­ni­qué.

 

Qui pré­cisent encore : « À tra­vers plu­sieurs de ses prêches, l’imam légi­time le dji­had armé, pro­voque à la vio­lence, à la haine et à la dis­cri­mi­na­tion contre les fidèles des autres cultes et véhi­cule un mes­sage contraire aux valeurs répu­bli­caines en légi­ti­mant la cha­ria et la dis­cri­mi­na­tion envers les femmes. »

 

L’arrêté pré­fec­to­ral inter­vient à l’issue d’une pro­cé­dure contra­dic­toire menée avec les repré­sen­tants de l’association ges­tion­naire du lieu de culte, « qui n’ont pas contesté la teneur des pro­pos tenus en son sein », pré­cise la pré­fec­ture.

 

 

Gel des avoirs de l’imam et de l’association gestionnaire

 

Les prêches radi­caux de l’i­mam ne sont pas seuls en cause. La struc­ture ges­tion­naire du lieu de culte, l’as­so­cia­tion musul­mane dau­phi­noise (AMD), est éga­le­ment direc­te­ment visée. Comme l’i­mam, celle-ci a ainsi fait l’ob­jet d’un gel des avoirs par arrêté conjoint du ministre de l’Économie et des Finances et du ministre de l’Intérieur. Une sanc­tion finan­cière dans l’ob­jec­tif de lut­ter contre le finan­ce­ment du ter­ro­risme.

 

Grande salle de prière de la mosquée Al-Kawthar de la Villeneuve © Florian Espalieu - Place Gre'net

Grande salle de prière de la mos­quée Al-Kawthar de la Villeneuve. © Florian Espalieu – Place Gre’net

Ce n’est pas la pre­mière fois que cette mos­quée située rue des Trembles dans le quar­tier de La Villeneuve à Grenoble est le théâtre de faits de radi­ca­li­sa­tion. Le 3 juin 2014, un imam tuni­sien, soup­çonné d’a­voir recruté des dji­ha­distes, avait été inter­pellé à sa sor­tie. En novembre 2015, une jeune Grenobloise qui fré­quen­tait la mos­quée Al-Kwathar avait par ailleurs quitté sa famille pour par­tir faire le dji­had en Syrie.

 

L’islam radi­cal a‑t-il trouvé à Grenoble un ter­reau fer­tile ?

 

L’annonce de la fer­me­ture tem­po­raire de la mos­quée Al-Kwathar inter­vient en effet quelques jours avant le déli­béré, attendu le 12 février, de l’é­cole Philippe-Grenier. Cette école musul­mane basée à Échirolles est pré­ve­nue pour avoir tenté de se sous­traire à un contrôle de l’Éducation natio­nale et pour dis­pen­ser « un ensei­gne­ment non conforme à l’instruction obli­ga­toire mal­gré mise en demeure ». Elle pour­rait à son tour faire l’ob­jet d’une pro­cé­dure de fer­me­ture.

 

Salle de classe CE2 Philippe Grenier © Page Facebook de l'école Grenier

Salle de classe CE2 Philippe Grenier © Page Facebook de l’é­cole Grenier

 

« C’est une école que l’on doit qua­li­fier d’école sala­fiste », avait sou­li­gné le pro­cu­reur de la République Olivier Nagabbo lors de l’au­dience. « C’est de l’obscurantisme, du lavage de cer­veau. Cette école est nocive. »

 

 

Hassan Iquioussen, conférencier controversé, bientôt à Échirolles

 

L’annonce inter­vient aussi à quelques jours, le 17 février, de la venue à Échirolles d’Hassan Iquioussen. Ce n’est pas la pre­mière fois que le confé­ren­cier, proche de la mou­vance des Frères musul­mans, est invité à s’ex­pri­mer dans l’ag­glo­mé­ra­tion. Mais sa venue est contro­ver­sée.

 

Mosquée Teisseire © Joël Kermabon

Car l’homme a, à plu­sieurs reprises, été épin­glé pour ses pro­pos anti­sé­mites. Et reste dans le viseur des ser­vices de ren­sei­gne­ment. En 2017, sa venue à Mulhouse avait d’ailleurs dû être annu­lée.

 

Cette invi­ta­tion, l’as­so­cia­tion des musul­mans unis, ges­tion­naire de la mos­quée Teisseire, l’as­sume plei­ne­ment. « Le dimanche 17 février 2019, la mos­quée de Teisseire a invité un confé­ren­cier qui est une grande figure du prêche, peu importe ce que des per­sonnes peuvent pen­ser, sou­ligne-t-elle sur sa page Facebook. Nous ne sommes pas les avo­cats de Hassan Iqioussen ou quel­qu’un d’autre (…). Nous fai­sons venir des confé­ren­ciers dans le cadre de notre pro­jet de construc­tion de mos­quée. » *

 

Cette confé­rence vise en effet, entre autres, à récol­ter des dons pour construire la future mos­quée de Teisseire dont les pre­miers coups de pelle sont atten­dus dès sep­tembre pro­chain. Le per­mis de construire a été déli­vré fin 2018 par la mai­rie de Grenoble.

 

L’annonce de cette confé­rence n’a pas été du goût de tous. L’association dit avoir dû faire face à de nom­breux « mes­sages de haine et de vio­lence de la part de cer­tains musul­mans ayant une vision lit­té­ra­liste de l’is­lam, et ne sou­hai­tant pas la venue d’Hassan Iquioussen ». Elle a aussi fait bon­dir le repré­sen­tant élu du Rassemblement natio­nal à Échirolles, ville où se tien­dra cette confé­rence. Alexis Jolly a d’ailleurs écrit au pré­fet de l’Isère pour deman­der l’in­ter­dic­tion de la confé­rence. (article mis à jour le 6 février à 22 heures)

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

* Dans un cour­rier qu’elle nous a adressé le 6 février, l’as­so­cia­tion des musul­mans unis s’é­tonne de voir son nom asso­cié à un article trai­tant des pro­blé­ma­tiques de « prêches radi­caux » ou « d’in­ci­ta­tion à la vio­lence ». « Nous ne sou­hai­tons pas entrer dans la polé­mique au sujet des pro­pos tenus par Hassan Iquioussen mais il semble néces­saire de pré­ci­ser qu’il a lui même, dès 2004, démenti être anti­sé­mite », pré­cise l’as­so­cia­tion. Laquelle réaf­firme sa « désap­pro­ba­tion totale et com­plète à toutes formes d’an­ti­sé­mi­tisme, [l”]association œuvrant de manière active depuis des années à entre­te­nir un dia­logue inter­re­li­gieux nourri, pros­père et sin­cère. À ce sujet, nous rece­vons très régu­liè­re­ment le rab­bin Nissim Sultan et des repré­sen­tants du dio­cèse de Grenoble au sein de notre mos­quée. » (article mis à jour le 6 février à 22 heures).

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
5924 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. L’extrême gauche et une par­tie de la gauche font preuve d’un anti­clé­ri­ca­lisme à deux vitesses. Là, on ne les entend pas car ils pro­tègent leur « pro­lé­ta­riat de sub­sti­tu­tion » ! (depuis qu’ils ont aban­donné les ouvriers et employés). Que n’au­rait-on pas entendu de leur part si les mes­sages de haine avaient été pro­fé­rés par des fon­da­men­ta­listes chré­tiens ! Quand il s’a­git des isla­mistes, c’est déni et silence radio.

    sep article
  2. sep article
  3. sep article
    • “Ils peuvent fer­mer toutes les Mosquées et les Minarets , cela m’est com­plè­te­ment égal , et idem pour tous les éta­blis­se­ments ” public reli­gieux ( églises et cathé­drales ) d’ailleurs la “majo­rité du peuple …s’en “tape ” n’en a rien a “foutre”

      sep article
  4. Oh que oui. depuis des années, avec un forte accé­lé­ra­tion depuis 2014, on laisse faire.
    Il faut bien com­prendre que les tra­fi­quants et les isla­mistes ont le même inté­rêt : ils ne peuvent pros­pé­rer que dans des quar­tiers ren­fer­més sur eux-mêmes.

    sep article
  5. Ils sont ou les anti­clé­ri­caux d’ex­trème gauche qui mani­fes­taient devant le dio­cèse ?
    On ne les voit pas devant cette mos­quée ni devant l’é­cole Philippe Grenier ?

    sep article