“Fierté d’être fran­çais”, “Perte des valeurs”… Christian Coigné écrit à Emmanuel Macron

“Fierté d’être fran­çais”, “Perte des valeurs”… Christian Coigné écrit à Emmanuel Macron

FIL INFO – Christian Coigné, maire de Sassenage et vice-pré­sident de l’Association des maires de France, adresse à son tour un cour­rier au pré­sident de la République. Une lettre dans laquelle l’élu dénonce une perte des repères iden­ti­taires et judéo-chré­tiens autant que des valeurs de res­pect de la loi et de tra­vail. Et attend de l’État plus de contrôles sur les chô­meurs et moins de règle­men­ta­tions pour les communes.

Après le maire de Saint-Martin-d’Hères, c’est au tour du maire de Sassenage, Christian Coigné, d’é­crire au pré­sident de la République. Un envoi qui fait suite à son entre­tien de quelques minutes avec Emmanuel Macron lors d’un « déjeu­ner répu­bli­cain » à Valence, le 24 jan­vier dernier.

Celui qui est éga­le­ment vice-pré­sident de l’Association des maires de France tient ainsi à pré­ci­ser sa pen­sée auprès de l’Élysée. Et ce autant sur la base des « doléances » de ses admi­nis­trés que de son « constat très per­son­nel ».

Christian Coigné, maire de Sassenage © Nils Louna - Place Gre'net

Christian Coigné, maire de Sassenage. © Nils Louna – Place Gre’net

Sans sur­prise, la tona­lité du cour­rier de Christian Coigné, conseiller dépar­te­men­tal de l’Isère, est bien dif­fé­rente de celle de son col­lègue com­mu­niste David Queiros. Pour le maire de Sassenage, grand nombre des pro­blèmes pro­viennent ainsi de « la perte de valeurs ». « La France est absor­bée par la mon­dia­li­sa­tion », écrit-il, non sans décrire une Marseillaise et un dra­peau fran­çais « trop sou­vent réduits à des emblèmes spor­tifs ».

« La reli­gion est une croyance en fort déclin »

Autre élé­ment dom­ma­geable à ses yeux : le « rejet de notre culture judéo-chré­tienne ». Si le maire n’ou­blie pas que la loi de 1905 a séparé l’Église de l’État, il n’en juge pas moins que « la reli­gion est une croyance en fort déclin (sic) ». Un phé­no­mène que Christian Coigné asso­cie à « l’ir­res­pect des ins­ti­tu­tions et des autres » ainsi qu’à la « soli­da­rité répu­bli­caine ». Dans une France moins « judéo-chré­tienne » qu’a­vant, cette soli­da­rité ne serait donc plus à ses yeux qu’un « vain mot ».

Pour Christian Coigné, l'État doit se préoccuper du « déclin de la croyance en la religion » © Florent Mathieu - Place Gre'net

Pour Christian Coigné, l’État doit se pré­oc­cu­per du « déclin de la croyance en la reli­gion ». © Florent Mathieu – Place Gre’net

Au-delà des consi­dé­ra­tions iden­ti­taires, Christian Coigné veut éga­le­ment insis­ter sur les valeurs de res­pect et de tra­vail. « Les lois de la République sont bafouées », estime-t-il, avant de décrire une France où « le voleur et le délin­quant n’est pas puni, ou trop peu ». Tandis que « le citoyen père de famille peut être sanc­tionné dure­ment pour un infrac­tion excep­tion­nelle ». Et d’ap­pe­ler les forces de l’ordre à faire preuve de dis­cer­ne­ment entre le « délin­quant » et le « père de famille ».

Le tra­vail ne serait, quant à lui, plus la prio­rité, ni le garant d’une vie décente. Autant de fac­teurs qui pro­duisent un sen­ti­ment d’i­so­le­ment et une dis­pa­ri­tion de la « vie sociale et com­mu­nau­taire ». En ayant le sen­ti­ment de ne plus être « maître de soi », le Français esti­me­rait avoir « tous les droits » dans une société inéga­li­taire. Et consi­dè­re­rait que l’État et les ser­vices publics sont « à [sa] dis­po­si­tion pour faire droit à [ses] besoins ».

« Redonner goût à notre appar­te­nance d’être français »

Le maire de Sassenage ne se limite pas à des constats. Il délivre aussi des solu­tions. En pre­mier lieu, « redon­ner goût à notre appar­te­nance d’être fran­çais ». Un objec­tif qui passe, explique-t-il, par « la fierté indi­vi­duelle d’ap­par­te­nir à un groupe qui réus­sit », et donc par « l’es­prit de com­pé­ti­tion dans l’é­du­ca­tion des jeunes ». Mais aussi par une « contri­bu­tion per­son­nelle de pro­gres­sion à la vie com­mune », dont s’ac­quit­te­rait chaque Français, sans qu’il soit pré­cisé sous quelle forme.

Christian Coigné plaide pour un système où chaque refus de poste par un employeur mènerait à une réduction de la durée d'indemnité du demandeur d'emploi. DR

Christian Coigné plaide pour un sys­tème où chaque refus de poste par un employeur mène­rait à une réduc­tion de la durée d’in­dem­nité du deman­deur d’emploi. DR

Christian Coigné entend encore « redon­ner goût au tra­vail ». Sa pro­po­si­tion ? Obliger les employeurs à décla­rer tous les mois à Pôle Emploi leurs offres dis­po­nibles. « Pôle Emploi remet­trait alors à chaque deman­deur d’emploi une liste de dix emplois dans un rayon de dix kilo­mètres », pour­suit l’élu. Il appar­tien­drait ensuite à l’employeur, et non au deman­deur, de jus­ti­fier d’un refus de poste motivé. Et chaque refus rédui­rait la durée de l’indemnité chô­mage du deman­deur d’emploi.

Enfin, sur le cha­pitre ins­ti­tu­tion­nel, le maire de Sassenage demande « plus de pou­voir pour les élus de proxi­mité », y com­pris face à des inter­com­mu­na­li­tés jugées trop éten­dues et dans une démarche « d’as­pi­ra­tion [et de] dis­pa­ri­tion des déci­sions de proxi­mité ». Christian Coigné appelle l’État à en finir avec les règles « concoc­tées à foi­son par des tech­no­crates [qui] brident la liberté d’en­tre­prendre », telles les PLU, loi Alur, Élan et Notre.

FM

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le groupe Société civile d'Alain Carignon édite un livret pour fustiger les 10 ans de mandat d'Éric Piolle
Le groupe Société civile d’Alain Carignon édite un livret sur les 10 ans de man­dat d’Éric Piolle

FOCUS - Le groupe d'opposition de Grenoble Société civile a édité un document d'une douzaine de pages dressant le bilan des dix ans de mandat Lire plus

La Métropole alerte sur les risques du protoxyde d'azote, de plus en plus populaire chez les jeunes
La Métropole alerte sur les risques du pro­toxyde d’a­zote, de plus en plus popu­laire chez les jeunes

FLASH INFO - Christophe Ferrari, président de la Métropole de Grenoble, et Pierre Bejjaji, conseiller métropolitain délégué à la Prévention spécialisée, se sont rendus au Lire plus

Le Smmag inaugure le lancement du service M Vélo + sur le Pays Voironnais avec une première agence à Voiron
Le Smmag lance le ser­vice M Vélo + sur le Pays voi­ron­nais avec une pre­mière agence à Voiron

FLASH INFO - Une cérémonie en grandes pompes a été organisée à Voiron pour inaugurer le déploiement du service M Vélo + sur le Pays Lire plus

La biblio­thèque Saint-Bruno fer­mée jus­qu’en novembre 2024 pour des tra­vaux de « réno­va­tion complète »

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce des travaux pour la rénovation complète de la bibliothèque Saint-Bruno, dans le cadre de son programme Bienvenue Lire plus

Les syndicats dénoncent "une répression syndicale" à Science Po Grenoble, sur fond de saisie de la déléguée à l'égalité
Déléguée à l’é­ga­lité sai­sie à Sciences Po Grenoble pour du har­cè­le­ment moral : les syn­di­cats y voient « une répres­sion syndicale »

FLASH INFO - Les syndicats CGT, FSU et Sud Éducation 38 de l'Université Grenoble-Alpes comme les organisations étudiantes Ourse1Organisation universitaire pour la représentation syndicale étudiante Lire plus

StopMicro revendique une "victoire" après la suspension du projet d'extension de Soitec sur Bernin
Suspension du pro­jet d’ex­ten­sion de Soitec à Bernin : StopMicro reven­dique une « victoire »

FLASH INFO - Le collectif StopMicro revendique une victoire alors que l'entreprise Soitec vient de suspendre son extension prévue sur la zone d'activité économique de Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !