Les retraités venus remettre des cadeaux à Olivier Véran ont été bloqués par un cordon de police

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

REPORTAGE PHOTO – Nouvelle manifestation des retraités à Grenoble jeudi 31 janvier. Cette fois, les manifestants avaient prévu des « cadeaux » à l’intention du député En marche de l’Isère Olivier Véran. Une réponse aux « cadeaux » du gouvernement que sont, à leurs yeux, la hausse de la CSG et autres pertes de pouvoir d’achat. Mais les retraités n’ont pu accéder à la permanence parlementaire, protégée par un cordon de police.

 

 

Les retraités de l’agglomération grenobloise se donnaient rendez-vous rue Félix-Poulat, ce jeudi 31 janvier à 14 h 30. Objet du rassemblement ? Exiger, une nouvelle fois, l’annulation de la hausse de leur CSG et une revalorisation de leurs pensions. Une manifestation de plus pour faire entendre le ras-le-bol de nombre de personnes à la retraite, qui estiment subir une baisse importante de leur pouvoir d’achat depuis plusieurs années.

 

Rassemblement des retraités rue Félix-Poulat à Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rassemblement des retraités rue Félix-Poulat à Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Particularité de cette nouvelle manifestation : les retraités avaient préparé des « cadeaux » à l’intention du député En marche Olivier Véran. Des paquets cadeaux, évidemment vides, en guise de réponse aux « cadeaux » du gouvernement : des taxes et des factures en hausse. Mais aussi à ceux, jugés bien réels, à l’égard des plus grandes fortunes, via la réforme de l’ISF ou l’absence supposée de lutte contre l’exil fiscal.

 

 

Rendez-vous est pris avec Olivier Véran le 15 février

 

Avant de prendre le départ de la manifestation, les retraités étaient prévenus : Olivier Véran n’est pas présent à Grenoble. Le député a toutefois pris l’engagement de rencontrer des représentants des retraités le 15 février. « Même si on sait que ces rencontres ne font pas avancer grand-chose, nous irons pour faire avancer vos revendications », explique au micro un responsable CGT. À cet effet, les manifestants étaient invités à remplir des questionnaires.

 

© Florent Mathieu – Placegrenet.fr

 

Depuis la rue Félix-Poulat en passant par la rue de la République, les retraités n’en ont pas moins suivi le chemin qui mène à la permanence des députés Olivier Véran et Émilie Chalas. Le tout en brandissant banderoles et pancartes aux couleurs des organisations syndicales organisatrices du rendez-vous, telles que la CGT, FSU ou encore la CFE-CGC. Sans oublier les drapeaux du PCF, qui flottaient également au vent de la grisaille hivernale.

 

 

Un cordon de policiers bloquait la rue de la permanence parlementaire

 

Pour autant, les retraités ont été privés de permanence parlementaire. Arrivée rue de Belgrade, un cordon de policier barrait l’accès à la voie. Pas de quoi intimider les manifestants qui ont fait face à trois fourgons de police, une voiture banalisée et quelques motards. Avec une interdiction formelle de franchir le cordon, pour eux comme pour les journalistes.

 

Les « cadeaux » des retraités affluent par dessus le cordon de policiers © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les « cadeaux » des retraités affluent par dessus le cordon de policiers. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Les collaborateurs du député ont tout de même pu récupérer les cadeaux symboliques que les manifestants faisaient passer par-dessus les policiers. Des policiers tout sourire, qui ont toutefois lancé quelques piques aux manifestants. « Ils sont généreux les anciens ! », s’est amusé l’un d’eux. Tandis qu’un autre lançait, à l’intention d’une dame d’un certain âge : « Il va falloir y aller, c’est bientôt l’heure de Questions pour un champion ! »

 

 

Des cadeaux jetés à la poubelle

 

Ce blocage policier n’étonne pas Joël Marseille, membre du PCF et retraité de l’enseignement. « Ici, c’est un peu Fort Chabrol. Il y a dix jours, on s’est fait gazer un peu méchamment. C’est symptomatique du dialogue que le gouvernement veut instaurer avec le mouvement social », estime-t-il. Du côté de la permanence parlementaire du député Olivier Véran, refus de s’exprimer. Ses collaborateurs ne s’estiment pas légitimes pour commenter le blocage policier.

 

Les « cadeaux » des retraités ont immédiatement pris le chemin des poubelles © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les « cadeaux » des retraités ont immédiatement pris le chemin des poubelles © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Des policiers qui, une fois la manifestation passée, ont emmené dans l’un de leurs fourgons quelques « cadeaux » symboliques laissés par les manifestants. « Ce sont des pièces à conviction », a plaisanté (ou pas) l’un des agents. Quant aux autres paquets-cadeaux ? Ils ont fini dans les poubelles vertes de l’immeuble de la permanence parlementaire des deux députés isérois. Une manière, peut-être, de cultiver le symbole jusqu’au bout.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2242 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Un policier qui parle ? Et même deux ?
    Oh c’est sur je vais à la manif du 5 pour voir ça de prés ;nouveaux équipements meurtriers et la parole en plus,pas trés futée d’accord, mais quand même !

    sep article
  2. C’est ça Grenoble. On rabaisse tout le monde même les personnes âgées avec des mots sans vulgarité. J’espère que ce « monsieur  » prendra conscience de ce qu’il dit quand il sera vieux

    sep article