Les retraités venus remettre des cadeaux à Olivier Véran ont été bloqués par un cordon de police

sep article



REPORTAGE PHOTO – Nouvelle manifestation des retraités à Grenoble jeudi 31 janvier. Cette fois, les manifestants avaient prévu des « cadeaux » à l’intention du député En marche de l’Isère Olivier Véran. Une réponse aux « cadeaux » du gouvernement que sont, à leurs yeux, la hausse de la CSG et autres pertes de pouvoir d’achat. Mais les retraités n’ont pu accéder à la permanence parlementaire, protégée par un cordon de police.

 

 

Les retrai­tés de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise se don­naient ren­dez-vous rue Félix-Poulat, ce jeudi 31 jan­vier à 14 h 30. Objet du ras­sem­ble­ment ? Exiger, une nou­velle fois, l’an­nu­la­tion de la hausse de leur CSG et une reva­lo­ri­sa­tion de leurs pen­sions. Une mani­fes­ta­tion de plus pour faire entendre le ras-le-bol de nombre de per­sonnes à la retraite, qui estiment subir une baisse impor­tante de leur pou­voir d’a­chat depuis plu­sieurs années.

 

Rassemblement des retraités rue Félix-Poulat à Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rassemblement des retrai­tés rue Félix-Poulat à Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Particularité de cette nou­velle mani­fes­ta­tion : les retrai­tés avaient pré­paré des « cadeaux » à l’in­ten­tion du député En marche Olivier Véran. Des paquets cadeaux, évi­dem­ment vides, en guise de réponse aux « cadeaux » du gou­ver­ne­ment : des taxes et des fac­tures en hausse. Mais aussi à ceux, jugés bien réels, à l’é­gard des plus grandes for­tunes, via la réforme de l’ISF ou l’ab­sence sup­po­sée de lutte contre l’exil fis­cal.

 

 

Rendez-vous est pris avec Olivier Véran le 15 février

 

Avant de prendre le départ de la mani­fes­ta­tion, les retrai­tés étaient pré­ve­nus : Olivier Véran n’est pas pré­sent à Grenoble. Le député a tou­te­fois pris l’en­ga­ge­ment de ren­con­trer des repré­sen­tants des retrai­tés le 15 février. « Même si on sait que ces ren­contres ne font pas avan­cer grand-chose, nous irons pour faire avan­cer vos reven­di­ca­tions », explique au micro un res­pon­sable CGT. À cet effet, les mani­fes­tants étaient invi­tés à rem­plir des ques­tion­naires.

 

© Florent Mathieu – Placegrenet.fr

 

Depuis la rue Félix-Poulat en pas­sant par la rue de la République, les retrai­tés n’en ont pas moins suivi le che­min qui mène à la per­ma­nence des dépu­tés Olivier Véran et Émilie Chalas. Le tout en bran­dis­sant ban­de­roles et pan­cartes aux cou­leurs des orga­ni­sa­tions syn­di­cales orga­ni­sa­trices du ren­dez-vous, telles que la CGT, FSU ou encore la CFE-CGC. Sans oublier les dra­peaux du PCF, qui flot­taient éga­le­ment au vent de la gri­saille hiver­nale.

 

 

Un cordon de policiers bloquait la rue de la permanence parlementaire

 

Pour autant, les retrai­tés ont été pri­vés de per­ma­nence par­le­men­taire. Arrivée rue de Belgrade, un cor­don de poli­cier bar­rait l’ac­cès à la voie. Pas de quoi inti­mi­der les mani­fes­tants qui ont fait face à trois four­gons de police, une voi­ture bana­li­sée et quelques motards. Avec une inter­dic­tion for­melle de fran­chir le cor­don, pour eux comme pour les jour­na­listes.

 

Les « cadeaux » des retraités affluent par dessus le cordon de policiers © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les « cadeaux » des retrai­tés affluent par des­sus le cor­don de poli­ciers. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Les col­la­bo­ra­teurs du député ont tout de même pu récu­pé­rer les cadeaux sym­bo­liques que les mani­fes­tants fai­saient pas­ser par-des­sus les poli­ciers. Des poli­ciers tout sou­rire, qui ont tou­te­fois lancé quelques piques aux mani­fes­tants. « Ils sont géné­reux les anciens ! », s’est amusé l’un d’eux. Tandis qu’un autre lan­çait, à l’in­ten­tion d’une dame d’un cer­tain âge : « Il va fal­loir y aller, c’est bien­tôt l’heure de Questions pour un cham­pion ! »

 

 

Des cadeaux jetés à la poubelle

 

Ce blo­cage poli­cier n’é­tonne pas Joël Marseille, membre du PCF et retraité de l’en­sei­gne­ment. « Ici, c’est un peu Fort Chabrol. Il y a dix jours, on s’est fait gazer un peu mécham­ment. C’est symp­to­ma­tique du dia­logue que le gou­ver­ne­ment veut ins­tau­rer avec le mou­ve­ment social », estime-t-il. Du côté de la per­ma­nence par­le­men­taire du député Olivier Véran, refus de s’ex­pri­mer. Ses col­la­bo­ra­teurs ne s’es­timent pas légi­times pour com­men­ter le blo­cage poli­cier.

 

Les « cadeaux » des retraités ont immédiatement pris le chemin des poubelles © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les « cadeaux » des retrai­tés ont immé­dia­te­ment pris le che­min des pou­belles © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Des poli­ciers qui, une fois la mani­fes­ta­tion pas­sée, ont emmené dans l’un de leurs four­gons quelques « cadeaux » sym­bo­liques lais­sés par les mani­fes­tants. « Ce sont des pièces à convic­tion », a plai­santé (ou pas) l’un des agents. Quant aux autres paquets-cadeaux ? Ils ont fini dans les pou­belles vertes de l’im­meuble de la per­ma­nence par­le­men­taire des deux dépu­tés isé­rois. Une manière, peut-être, de culti­ver le sym­bole jus­qu’au bout.

 

Florent Mathieu

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2691 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Un poli­cier qui parle ? Et même deux ?
    Oh c’est sur je vais à la manif du 5 pour voir ça de prés ;nou­veaux équi­pe­ments meur­triers et la parole en plus,pas trés futée d’ac­cord, mais quand même !

    sep article
  2. C’est ça Grenoble. On rabaisse tout le monde même les per­sonnes âgées avec des mots sans vul­ga­rité. J’espère que ce « mon­sieur  » pren­dra conscience de ce qu’il dit quand il sera vieux

    sep article