L’association pro-vie Alliance Vita ciblée par des rassemblements féministes à Grenoble

sep article



REPORTAGE VIDÉO – Une centaine de militants pour la cause féministe ont défendu le droit des femmes à disposer de leur corps, ce lundi 28 janvier devant la Maison diocésaine de Grenoble. Leur cible ? L’association pro-vie Alliance Vita qui diffuse, depuis le 14 janvier, un cycle de formation bioéthique intitulé « Université de la Vie ». De quoi ulcérer les opposants qui fustigent une association « proche de l’extrême droite, anti-IVG et patriarcale ».

 

 

Une centaine de militants de la cause féministe ont protesté contre la tenue de conférences organisées par l'association pro-vie Alliance Vita à Grenoble.© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Depuis le 14 jan­vier, c’est le même scé­na­rio chaque lundi aux abords de la Maison dio­cé­saine de Grenoble. Là, se retrouvent imper­tur­ba­ble­ment depuis trois semaines des mili­tantes fémi­nistes, des repré­sen­tants de syn­di­cats ou encore de par­tis poli­tiques*. Le tout sous très haute pro­tec­tion poli­cière.

 

L’objectif de ces ras­sem­ble­ments à répé­ti­tion ? Défendre le droit des femmes à dis­po­ser de leur corps, le droit à l’IVG pour toutes et l’ex­ten­sion du droit à la PMA. L’endroit du ras­sem­ble­ment n’est pas ano­din puisque c’est dans les locaux dio­cé­sains que l’as­so­cia­tion pro-vie Alliance Vita pro­pose une série de quatre confé­rences. En l’oc­cur­rence, un « cycle de for­ma­tion bioé­thique » inti­tulé « Université de la Vie », dif­fusé en direct depuis Paris dans 150 villes de France. Et ce à rai­son d’une for­ma­tion par semaine jus­qu’au 4 février.

 

 

Une association « patriarcale, anti-IVG et contre la PMA pour les lesbiennes »

 

Il n’en fal­lait pas plus pour ulcé­rer des oppo­sants, remon­tés comme des cou­cous chaque semaine. Ces der­niers jugent en effet l’as­so­cia­tion pro-vie Alliance Vita proche de l’ex­trême droite, « patriar­cale, anti-IVG et contre la PMA pour les les­biennes ». Et consi­dèrent qu’elle défend le droit à la vie en l’opposant au droit à l’avortement.

 

Place Gre’net a suivi deux de ces ras­sem­ble­ments. Notamment ceux des 21 et 28 jan­vier dont nous vous pro­po­sons quelques séquences, avec la réac­tion d’Augustin Cathignol, délé­gué dépar­te­men­tal de l’as­so­cia­tion incri­mi­née.

 

 

« Près de 5 000 femmes sont obligées d’aller avorter à l’étranger »

 

En France, le droit à l’a­vor­te­ment est « de fait » remis en cause, estiment conjoin­te­ment la Plateforme des droits des femmes et le mou­ve­ment Noustoutes de l’Isère. Manque de moyens, fer­me­tures de centres IVG dues à la poli­tique d’aus­té­rité menée ces der­nières années… Mais pas seule­ment.

 

« Le recours à la clause de conscience empêche la prise en charge des femmes dans les délais légaux », déplorent les fémi­nistes. Soit douze semaines en France, ce qui est trop court, estiment-elles. Conséquence : « Près de 5 000 femmes sont obli­gées d’al­ler avor­ter à l’é­tran­ger », sou­lignent les mili­tantes.

 

Manifestation contre la tenue de conférences organisées par pro-vie Alliance Vita à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

S’ajoute à cela les coûts des consul­ta­tions, des exa­mens et de l’IVG qui rendent son accès aux plus dému­nis quasi impos­sible. Sans oublier le sen­ti­ment de culpa­bi­lité qui pèse sur les femmes. Une forme de puni­tion sou­vent infli­gée « dans le cadre de l’ins­ti­tu­tion hos­pi­ta­lière et d’une manière géné­rale dans l’en­semble de la société ».

 

Autant de reculs ali­men­tés par « un cli­mat réac­tion­naire géné­ra­lisé en Europe », expliquent les tenants de la cause des femmes. En cause ? « Les dis­cours du Pape ou les décla­ra­tions de Marine Le Pen », accusent-ils. Du pain béni pour les anti-IVG. Lesquels, décom­plexés, « com­battent ouver­te­ment le droit des femmes à dis­po­ser de leur corps », dénoncent les mili­tantes.

 

Joël Kermabon

 

 

* Notamment : Plateforme droits des femmes de l’Isère Planning fami­lial 38 Solidaires Isère Solidaires étudiant.e.s Grenoble NPA 38 Jeunes Insoumis.es Grenoble Jeunes Communistes de l’Isère – JC 38 Jeunes Communistes de Grenoble Jeunes Ecologistes Grenoble Jeunes Génération.s Isère Unl Isère EELV Isère Féministes Insoumis.es Grenoble UEC Grenoble PCF Isère PCF Grenoble France Insoumise Grenoble Grenoble en lutte

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2845 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ne pour­rait elle pas faire un peu d’ef­fort sur les slo­gans, c’est d’une misère intel­lec­tuel et ça manque de dignité. Sans vou­loir remettre en cause l’a­vor­te­ment :

    « Mon corps m’ap­par­tient » ==> si il y a un bébé à l’in­té­rieur de ton ventre de 9 mois : non tu ne fais pas ce que tu veux. De plus es ce que un bébé ou un phoe­tus est ce vrai­ment à toi ? n’es ce pas une deuxième per­sonne ?

    C’est mon droit , c’est ma loi ==> oui ok mais une loi ça peut être changé…

    « alliance vi … ta mère  » avec une femme à poil ==> qu’elle vul­ga­rité.

    « un pavé dans ta geule » ==> la haine et un appel à la vio­lence, top !

    « patriar­cal » ==> Qu’elle est le rap­port avec l’IVG ?

    « PMA pour les femmes » » ==> qu’elle rap­port avec l’IVG ? et un peu par pro­vo­ca­tion je dirai : Au lieu d’a­vor­ter tu peux faire un acou­che­ment sous X et ça évite les PMA…

    Voilà bonne jour­née.
    Bisous.

    sep article
  2. A quand des dégra­da­tions et des mani­fes­ta­tions devant des mos­quées dont les fidèles remettent le droit des femmes en cause, et pas uni­que­ment par les paroles, à com­men­cer par la mos­quée Al-Kawthar ?

    Ces per­sonnes d’ex­treme gauche auront-elles le cou­rage face a d’autres beau­coup moins paci­fistes que les catho­liques et qui pour le coup s’en­combrent le moins pos­sible de concepts de démo­cra­tie, de liberté d’ex­pres­sion et du droits des femmes a dis­po­ser de leurs corps ?
    Je ne pense pas.

    sep article