Nous toutes : le mouvement contre les violences sexistes prépare une « déferlante féministe » à Grenoble

sep article



FOCUS – Le mouvement féministe Nous toutes organise le 24 novembre dans toute la France une « déferlante féministe ». Avec un objectif : rassembler des milliers de personnes « pour en finir avec les violences sexistes et sexuelles ». Dans cette perspective, des dizaines de comités locaux se constituent dans tout l’Hexagone et notamment à Grenoble où s’est déroulée, ce 24 octobre, une première réunion.

 

 

Ce 24 octobre sur le coup de 18 h 30, le res­tau­rant Ici Grenoble situé rue du Vieux Temple s’a­nime. Près de soixante-dix per­sonnes ont en effet fait le dépla­ce­ment, à l’in­vi­ta­tion du comité local du mou­ve­ment fémi­niste Nous toutes, lancé au cours de l’été. Des femmes en très grande majo­rité, seuls cinq ou six hommes ayant répondu pré­sent.

 

Objectif de cette pre­mière réunion publique d’in­for­ma­tion et de sen­si­bi­li­sa­tion sur les vio­lences faites aux femmes : les invi­ter à s’en­ga­ger pour sou­te­nir le mou­ve­ment ou encore à agir en son sein.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Autre enjeu : pré­pa­rer la marche de grande ampleur pré­vue samedi 24 novembre à Grenoble comme dans beau­coup d’autres villes en France. Une « défer­lante fémi­niste pour en finir avec toutes les vio­lences sexistes et sexuelles », espère le mou­ve­ment, qui se dérou­lera la veille de la Journée inter­na­tio­nale pour l’é­li­mi­na­tion de la vio­lence à l’é­gard des femmes.

 

 

Un mouvement dans lequel toute personne peut s’impliquer

 

Assises der­rière une table fai­sant face à l’as­sis­tance, cinq jeunes femmes : le noyau dur du groupe gre­no­blois. Claire, Coline, Margot, Pauline et Chloé vont tour à tour prendre la parole pour se pré­sen­ter. Toutes ont suivi des par­cours très dif­fé­rents avant de se ren­con­trer dans le cadre de la Plateforme des droits des femmes de Grenoble.

 

© Nous toutes

© Nous toutes

« J’ai voulu par­ti­ci­per à ce comité local parce que j’ai 23 ans. J’ai subi moult vio­lences sexistes dans ma vie. J’en ai marre que l’im­pu­nité existe encore ! », résume Pauline.

 

Quant à Margot, 26 ans, c’est « la petite pilule rouge du fémi­nisme » ava­lée dix ans aupa­ra­vant qui lui a fait prendre conscience des pro­blèmes du sexisme.

 

« Le mou­ve­ment Nous toutes inter­vient un an après la vague de libé­ra­tion de la parole #Metoo. Là, nous allons repas­ser à l’ac­tion afin de nous orga­ni­ser pour mettre fin à toutes ces vio­lences », com­mence par expli­quer à l’au­di­toire Coline, étu­diante à Sciences Po. « Pour ça, notre pre­mière grosse action c’est la marche du 24 novembre et nous ferons tout pour qu’elle soit réus­sie ! », enchaîne à son tour Margot.

 

Nous toutes, un groupe fermé ? Pas du tout. « C’est un mou­ve­ment à la fois citoyen et com­posé d’as­so­cia­tions qui se retrouvent dans les valeurs du fémi­nisme et dans lequel toute per­sonne, femme ou homme, peut s’im­pli­quer. Que ce soit au niveau natio­nal ou sur Grenoble », s’empresse de pré­ci­ser Margot.

 

 

Structurer le comité local pour plus d’efficacité

 

Pour autant, pas si simple d’or­ga­ni­ser une marche de l’am­pleur sou­hai­tée. « Ça coûte de l’argent, il faut que le mou­ve­ment soit financé », sou­ligne Coline. D’où la cam­pagne de finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif lan­cée sur la pla­te­forme Kisskissbankbank qui a déjà réuni, à l’heure de rédac­tion de cet article, plus de 90 % de son objec­tif.

 

Sa fina­lité ? Pouvoir finan­cer les flyers, les affiches, les cars pour véhi­cu­ler les par­ti­ci­pants éloi­gnés ou encore rému­né­rer les per­sonnes tra­vaillant à temps plein sur l’o­pé­ra­tion. Des mis­sions que seule la struc­tu­ra­tion du comité local peut per­mettre de mener à bien, ce que les inter­ve­nantes ont expli­qué en détail au public.

 

De gauche à froite : Pauline, Chloé, Coline et Margot. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Pauline, Chloé, Coline et Margot. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

À cha­cune sa par­tie donc, avec quatre groupes. Un groupe com­mu­ni­ca­tion qui, outre la dif­fu­sion de com­mu­ni­qués de presse, va lar­ge­ment s’ap­puyer sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, WhatsApp). La par­tie réseau incombe, quant à elle, à un deuxième groupe chargé de tra­vailler avec les asso­cia­tions, les syn­di­cats et les par­tis poli­tiques « au niveau des reven­di­ca­tions à éla­bo­rer », indique Coline. Un groupe action est prévu pour les col­lages d’af­fiches et les dis­tri­bu­tions de flyers, tan­dis que le groupe ani­ma­tion s’oc­cu­pera du déroulé des réunions et de la moti­va­tion des troupes, assure Claire.

 

 

« Vous voulez que ça change ? Nous aussi ! »

 

Après diverses inter­ven­tions de per­sonnes du public, un quizz « péda­go­gique » a porté sur les chiffres des vio­lences envers les femmes. L’occasion de faire d’in­quié­tants et dou­lou­reux constats…

 

Claire lors du quizz final. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Claire lors du quizz final. © Joël Kermabon – Place Gre’net

L’assistance a ainsi pu apprendre que 254 femmes sont vic­times de viols ou de ten­ta­tives de viol chaque jour en France mais que seule­ment 1 % des viols sont condam­nés. Ou bien encore qu’un tiers des femmes ont subi du har­cè­le­ment sexuel au cours de leur vie pro­fes­sion­nelle.

 

 

Là ne s’ar­rête pas cet impres­sion­nant décompte. Ainsi 16 % de la popu­la­tion a subi des mal­trai­tances sexuelles dans son enfance, 80 % des femmes en situa­tion de han­di­cap ont subi des sévices, tan­dis que 59 % des les­biennes ont dû sup­por­ter dis­cri­mi­na­tions et vio­lences au cours de ces deux der­nières années…

 

« Il faut que vous ayez ces chiffres en tête, que quand vous ren­con­trez quel­qu’un vous puis­siez lui dire “mais tu te rends compte ? », lance Claire à la can­to­nade. Cette der­nière en est per­sua­dée, il faut faire pas­ser le mes­sage et convaincre d’autres femmes et d’autres hommes pour les ral­lier à la cause.

 

« Vous vou­lez que ça change ? Nous aussi ! » C’est en tout cas ce qu’af­firme avec force le mou­ve­ment Nous toutes sur les tracts qui seront pro­chai­ne­ment dis­tri­bués en amont de la mani­fes­ta­tion.

 

Joël Kermabon

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
5178 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Bonjour, j’ai­me­rais contac­ter ces femmes afin d’é­chan­ger sur un futur pro­jet que j’ai en tête, à quel numéro ou adresse mail pour­rais je faire ça ?
    Merci par avance.

    sep article