Le Théâtre 145 lève le voile sur la pièce Présence(s) de Pascale Henry

sep article
Changeons nos vieux poêles avec la Prime Air Bois Grenoble Alpes Métropole doublée à 1600 euros !

EN BREF – La compagnie de l’auteure et metteuse en scène grenobloise Pascale Henry occupe le Théâtre 145, qui fait partie du Théâtre municipal, pour y répéter la pièce Présence(s). Laquelle sera présentée au public du 15 au 19 janvier 2019. Nous avons pu en voir un court extrait, qui nous a donné envie d’en découvrir davantage.

 

 

Le Théâtre 145 sur le Cours Berriat, à Grenoble. © Léa Raymond placegrenet.fr

Le Théâtre 145, cours Berriat, à Grenoble. © Léa Raymond – placegrenet.fr

La metteuse en scène et auteure Pascale Henry détient les clés du Théâtre 145 depuis le début du mois de décembre. Avec techniciens et comédiens, elle y travaille un texte dont elle est elle-même l’auteure : Présence(s). Une pièce qui sera présentée du mardi 15 au samedi 19 janvier 2019.

 

Nous avons pu assister à une séance de répétition avant la première représentation. Sans donner une idée précise de ce que sera la pièce, cette séance de travail laissait entrevoir la sensibilité de Pascale Henry, son appétence pour les textes, qui résonnent fortement avec leur époque et pour les interrogations qu’elle suscite sur le féminin.

 

« Je me suis intéressée à deux personnages : une mère de 45 ans environ et sa fille de 17 ans. Je me suis demandée comment elles vivaient différemment dans un même monde, comment elles l’appréhendaient d’une génération à l’autre », explique la metteuse en scène grenobloise. Autour des deux protagonistes, s’organise le découpage de la pièce.

 

 

Des générations de femmes d’aujourd’hui

 

La première partie voit la mère, en proie à une sorte de cauchemar éveillé, se poser mille questions. Un distributeur de billets lui annonce que la propriétaire de sa propre carte de crédit est décédée. Résultat : elle doute d’elle-même, de sa vie, des efforts qu’elle met en branle pour s’en sortir.

 

Pascale Henry (à droite) sur la scène du Théâtre 145 en train de donner des indications de jeu à Marie Bonnet, Clémentine Couic et Yohann Bourgeois (de gauche à droite). © Pascale Cholette

Pascale Henry (à droite) sur la scène du Théâtre 145 en train de donner des indications de jeu à Marie Bonnet, Clémentine Couic et Yohann Bourgeois (de gauche à droite). © Pascale Cholette

 

La seconde partie se concentre sur sa fille et ses deux amis. Les trois adolescents discutent et refont le monde dans une langue mi-réaliste, mi-poétique, qui est celle de l’auteure. Planant au-dessus de tous les personnages, une femme – une « présence » – joue les voix off omnisciente. Elle dévoile les pensées de chacun, fouille les intentions secrètes et les intériorités.

 

Pascale Henry donnant des indications de jeu à Marie Bonnet, Clémentine Couic et Yohann Bourgeois. © Pascale Cholette

S’il est impossible d’émettre un jugement définitif en assistant à une simple séance de répétition, on peut néanmoins reconnaître que Pascale Henry sait tirer le meilleur des comédiens de sa distribution grâce à une direction d’acteurs particulièrement bienveillante.

 

On a hâte de découvrir la pièce, écrite avec la finesse dont sait faire preuve l’auteure.

 

Adèle Duminy

 

 

Infos pratiques

 

Théâtre 145

145 cours Berriat

Présence(s)

Du mardi 15 au samedi 19 janvier 2019, à 20 h 30

Tarifs : 8 ou 10 euros

commentez lire les commentaires
1102 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.