Culture de la noix de Grenoble : baisse de bio­di­ver­sité, can­cers… Les pes­ti­cides sur la sellette

Culture de la noix de Grenoble : baisse de bio­di­ver­sité, can­cers… Les pes­ti­cides sur la sellette

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE - Riche en vitamines et en goût, la noix de Grenoble est-elle le fruit d’une agriculture respectueuse de l’environnement ? Pas toujours… Alors que le produit phare de la région iséroise vient de fêter les 80 ans de son appellation d’origine protégée, un vent de polémique souffle sur la vallée du Sud Grésivaudan. En cause : la pulvérisation de pesticides toxiques dans les noyeraies et ses impacts sur l'environnement et la santé.

 

 

80 ans Noix de Grenoble Alpe d'Huez

La noix de Grenoble a débarqué à l'Alpe d'Huez à l'occasion d'une tournée festive dans diverses stations de ski. © Page Facebook de la "Noix de Grenoble AOP".

Des vergers sur 7 000 hectares, près de 900 nuciculteurs et environ 14 000 tonnes produites par an. Produit phare incontesté de la production régionale, la noix de Grenoble domine depuis trois siècles la vallée de l’Isère, de la Haute-Savoie jusqu’à la Drôme.

 

Un produit du terroir à la fois sain et goûteux qui a célébré cette année les 80 ans de son appellation d’origine protégée (AOP).

 

Pour fêter cet anniversaire, le Comité interprofessionnel de la noix de Grenoble (CING) a organisé une vaste série d’événements. Objectif ? Faire de la classification AOP « la référence de la noix en France ». Après une tournée festive dans diverses stations de ski l'hiver dernier, les animations se sont poursuivies toute l'année lors de salons et marchés sur Paris et en Rhône-Alpes. Au menu : dégustations, ateliers, jeux, challenges ludiques… mais aussi rencontres avec les consommateurs et campagnes de relations presse.

 

 

Entre enjeux économiques… et problèmes environnementaux

 

En plein essor sur le marché mondial460 % de la production AOP sont destinés à l’exportation vers différents pays d’Europe, dont l’Italie, l’Allemagne, la Suisse ou encore l’Espagne., la filière nucicole se doit aujourd’hui de faire face à la demande grandissante des consommateurs… sans renoncer à la qualité de ses produits. Mais avec quelles conséquences pour l’environnement ?

 

« Dans la vallée du Sud Grésivaudan, et plus précisément dans le canton entre Tullins, Vinay et Saint-Marcellin, la culture de la noix devient presque une monoculture. Ce qui engendre une perte de biodiversité énorme », observe Pierre Feugier, président de l’association Grésivaudan Sud Écologie.

 

La culture de la noix débute à Montmélian, en Haute-Savoie, et s'étend jusqu'à la Drôme.

Un problème qui, rappelle-t-il, ne date pas d’hier. « Une forte mortalité d’abeilles a été observée dans cette zone entre 2009 et 2011 […] Et, depuis trois ou quatre ans, on constate qu’il y a moins d’oiseaux localement » (cf. encadré).

 

La cause, selon Pierre Feugier ? L’épandage d’insecticides néonicotinoïdes dans les vergers. « Ces produits neurotoxiques contiennent des molécules extrêmement dangereuses pour la faune des vergers. »

 

De récentes études scientifiques ont en effet montré qu'en plus de réduire la population d’abeilles les néonicotinoïdes ont fait diminuer celles de certaines espèces d’oiseaux. « Les oiseaux sont directement impactés par les pesticides, soit à travers l’alimentation, soit par une perte de fécondité, précise le président de Grésivaudan Sud Écologie. C’est pourquoi ils se reproduisent moins. »

 

 

55 000 tonnes de produits phytosanitaires utilisées par an en France

 

« Les noyers sont des arbres très hauts et donc, lors de la vaporisation, les insecticides se répandent partout dans l’atmosphère autour. Seuls 10 à 15 % du produit sont réellement efficaces », soutient Pierre Feugier.

 

Exposés aux effets de l’épandage de substances chimiques à proximité des habitations, des riverains du Sud Grésivaudan ont à leur tour tiré la sonnette d’alarme. « Plus de 55 000 tonnes de produits phytosanitaires sont utilisées chaque année en France », s’indigne Sylvia Vieuguet, à la tête de la récente association Noix Nature Santé, basée à Vinay.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 78 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

GC

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Dans un communiqué commun, Paris, Lille, Nantes, Clermont-Ferrand et Grenoble annoncent prendre un arrêté pour interdire les pesticides.© Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble, Nantes, Lille, Paris et Clermont saluent l’in­ter­dic­tion des pes­ti­cides à usage non agricole

  FIL INFO – En septembre 2019, les villes de Grenoble, Clermont-Ferrand, Nantes, Lille et Paris adoptaient simultanément un arrêté anti-pesticides sur leurs territoires. Les Lire plus

Le Département de l'Isère veut préserver les étangs... et développer une filière poisson
Pesticides dans les cours d’eau : France nature envi­ron­ne­ment obtient l’an­nu­la­tion des arrê­tés préfectoraux

  FIL INFO — Après le tribunal administratif de Lyon en octobre, c'est celui de Grenoble qui a donné raison à France nature environnement Auvergne-Rhône-Alpes en Lire plus

Dans un communiqué commun, Paris, Lille, Nantes, Clermont-Ferrand et Grenoble annoncent prendre un arrêté pour interdire les pesticides.© Joël Kermabon - Place Gre'net
Nouvel appel à un ras­sem­ble­ment anti-pes­ti­cides du mou­ve­ment des coque­li­cots à Grenoble jeudi 31 octobre

FIL INFO — Le mouvement des coquelicots reprennent des couleurs en Isère. Les anti-pesticides sont invités à se rassembler de nouveau à Grenoble jeudi 31 Lire plus

Le nouveau maire d'Eybens, Nicolas Richard et son adjointe Élodie Taverne © Antoine Beau - placegrenet.fr
La Ville d’Eybens inter­dit à son tour l’u­sage de pes­ti­cides sur son territoire

  FIL INFO — Après Grenoble, Eybens vient d'adopter un arrêté anti-pesticides sur son territoire. Si les agents de la commune n'emploient plus de produits Lire plus

L’exposition aux pesti­cides double quasi­ment le risque de survenue de la maladie de Parkinson parmi les agri­cul­teurs
Pesticides : la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de l’Isère signent une charte « de bon voisinage »

  FIL INFO — La FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de l'Isère ont signé une « charte de bon voisinage » à l'occasion de la Foire de Lire plus

Dans un communiqué commun, Paris, Lille, Nantes, Clermont-Ferrand et Grenoble annoncent prendre un arrêté pour interdire les pesticides.© Joël Kermabon - Place Gre'net
Aux côtés de Paris, Lille, Nantes et Clermont-Ferrand, Grenoble adopte un arrêté anti-pesticides

  EN BREF — Paris, Nantes, Lille, Clermont-Ferrand et Grenoble viennent d'engager "une démarche concertée pour faire changer la loi ». Les cinq villes annoncent Lire plus

Flash Info

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

|

09/05

12h05

|

|

06/05

20h04

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin